×

La série d’article qui suit est une transcription éditée d’une prédication de Don Carson sur Jean 1.1-53

Surprise #4: Jésus donne la vie en mourant

Et enfin, la plus grande surprise de toutes. Jésus se heurte à la mort morale et spirituelle et donne la vie en mourant lui-même. Les foules réagissent de manière prévisible. Certains croient Jésus lorsqu’ils perçoivent le miracle ; cependant, leur foi est-elle authentique ? le texte ne l’explore pas du tout. Mais certains le dénonceront simplement aux Pharisiens pour voir quels ennuis ils peuvent susciter (Jean 11:46). Et cela génère une réunion du Sanhédrin, qui tente de trouver une solution à l’énigme qui se présente à eux.

Que faisons-nous de ce type ? Il attire un tel nombre de personnes que l’autorité romaine, le seigneur suprême, la superpuissance régionale aux diktats de laquelle l’État vassal doit finalement se plier. « Il y a sûrement un danger. Ils enverront les troupes et massacreront les gens. Ils vont nous enlever notre Temple. Ils nous enlèveront notre place-forte. Ils nous enlèveront notre statut privilégié, tout cela parce que ce type attire de grandes foules religieuses, et que cela ressemble à une insurrection. Si nous le laissons continuer ainsi, tout le monde croira en lui et les Romains viendront nous enlever notre Temple et notre nation ».

C’est alors que Caïphe parle. Le langage qu’il utilise est condescendant. « Bande de nigauds, vous ne savez rien du tout. Vous êtes des ignorants. Ne réalisez-vous pas qu’il vaut mieux pour vous qu’un seul homme meure pour le peuple plutôt que toute la nation périsse ? » C’est de la politique royale. C’est de l’opportunisme brutal. Il ne montre aucun souci de justice ou de vérité, aucune réflexion sur ce qui pourrait être correctement conclu du fait – bien établi avec de nombreux témoins – que Jésus avait ressuscité Lazare d’entre les morts, aucune reconsidération de leur évaluation de Jésus, aucun culte et aucune adoration. Tout cela n’est que de la politique pour Caïphe. Ce qu’il propose, c’est une mort de substitution. « Il vaut mieux pour vous qu’un seul homme meure, même injustement, plutôt que la nation ne périsse ».

Et bien sûr, l’ironie profonde, comme tous ceux qui lisent ce livre le savent, est que dans 40 ans, la nation allait périr. Jérusalem serait écrasée, et le Temple serait détruit. De ce point de vue politique, la mort de Jésus n’a servi à rien. Mais Jean voit quelque chose de plus profond. Il commente : « Caïphe n’a pas parlé tout seul, mais en tant que grand prêtre cette année-là, il a prophétisé » (Jean 11:51). Porté par l’Esprit de Dieu. Il a prophétisé que Jésus mourrait pour la nation juive. C’est exactement ce que Caïphe avait dit. Ce n’est pas que Dieu par son Esprit utilisait Caïphe de la même façon que Dieu parlait à travers l’ânesse de Balaam. Quand l’ânesse de Balaam a donné son conseil au prophète, l’ânesse de Balaam ne donnait pas son opinion réfléchie. Elle était rendue capable de parler par la démonstration miraculeuse de la puissance de Dieu, c’est tout. Mais Caïphe donnait son avis. Et il parlait d’un sacrifice de substitution. Il s’est trompé dans les instructions. Il pensait à un sacrifice dans lequel un seul homme prendrait la place de la nation dans l’arène physique pour éviter un coup d’État politique. Mais comme souvent dans l’Évangile de Jean, les gens parlent parfois mieux qu’ils ne le savent.

Jésus a porté la mort de son peuple, non seulement du peuple juif, mais aussi des enfants de Dieu dispersés dont la mort sera aspirée, portée et anéantie dans sa propre mort.

Jésus a porté la mort de son peuple, non seulement du peuple juif, mais aussi des enfants de Dieu dispersés, dont la mort sera aspirée, portée et anéantie dans sa propre mort. Il est mort pour les remplacer. Jésus se heurte à la mort morale et spirituelle et donne la vie en mourant lui-même. L’une des formes les plus brèves dans laquelle cela s’exprime dans l’histoire de l’église est un petit poème de quatre lignes,

Lui [enfer dans l’enfer] a fait profil bas,

Fait péché, il renversa le péché,

Soumis à la tombe, il la ainsi détruite,

Et la mort, en mourant, il tua.

Nous vivons de ce côté de la croix. C’est une partie si élémentaire et fondamentale de notre confessionnalisme chrétien. Nous ne pouvons pas confesser Jésus comme le Messie, le Fils de Dieu, sans embrasser dans cette confession la vérité que Jésus est mort pour nos péchés et qu’il est ressuscité. Il est la résurrection et la vie. Mais lorsque ces mots ont été prononcés pour la première fois, même les apôtres n’avaient pas une très bonne compréhension de leur signification.

Lorsque Pierre a confessé que Jésus est le Messie, il n’incluait pas dans sa confession que le Messie devait mourir. En effet, lorsque Jésus parle de sa mort imminente, Pierre dit : « Jamais Seigneur, cela ne t’arrivera », ce qui lui vaut le reproche immortel : « Retire-toi de moi, Satan. Tu ne comprends pas les choses de Dieu ». Cela ne signifie pas que Pierre ait été submergé par la possession par le démon, et que ce n’était pas vraiment Pierre qui parlait, mais que c’était vraiment le diable lui-même. Au contraire, Pierre donnait son propre point de vue réfléchi, tout comme Caïphe donnait son propre point de vue. Mais lorsque Pierre parlait, il servait de porte-parole au diable. Lorsque Caïphe a parlé, dans la grande providence de Dieu, à la surprise de tous, il était le porte-parole de Dieu.

Soudainement les fils de la ligne et des pensées de l’Ancien Testament se retrouvent unis. Pourquoi tous ces sacrifices offerts au Jour des Expiations à la rédemption de Yom Kippour année après année, année après année, année après année ? Pourquoi la mise à mort de l’agneau de la Pâque qui détourne la colère de Dieu année après année, année après année, année après année ? Pourquoi toute cette mort ? Pourquoi cette peinture de l’approche vers Dieu au moyen de la médiation d’un prêtre, selon la prescription divine, lors de Yom Kippour, alors qu’il apportait le sang de l’expiation pour les péchés du prêtre lui-même et pour les péchés du peuple et l’aspergeait sur le sommet de l’Arche de l’Alliance ? Pourquoi tout cela ? Où tout cela aboutissait-il ? Où tout cela menait-il ?

Le fait essentiel de cette affaire est que les gens n’ont pas deviné où cela allait parce qu’ils n’avaient pas une conception assez grande de Dieu. Ils ne pouvaient pas imaginer que Dieu réconcilierait les gens avec lui-même par ce moyen, même si toutes les images étaient là, et toutes les prophéties aussi. Ils ne l’ont pas vu. L’Évangile lui-même a été une surprise spectaculaire.

Nous confessons aujourd’hui la vérité que le Christ est mort à notre place et qu’il est ressuscité d’entre les morts. Et c’est là une sagesse confessionnelle élémentaire pour nous désormais. Mais il y a encore des millions de personnes qui ont entendu ces paroles et qui ne les croient pas. Nous attendons avec impatience le jour où, par l’Esprit, ils pourront voir, où la surprise aura disparu et où ils verront et croiront. Il n’est pas étonnant que Pierre puisse parler des saints de l’Ancien Testament qui s’efforçaient de comprendre la nature des prophéties qu’ils écrivaient. Ils ont lutté pour avoir la clarté et la compréhension lorsque les Saintes Écritures parlaient des souffrances du Christ et des choses qui allaient suivre. Nous sommes tellement privilégiés, frères et sœurs en Christ, de vivre de ce côté du Calvaire et du tombeau vide.

C’est la proclamation chrétienne élémentaire qui annonce cette nouvelle encore et encore et encore à notre génération, dans l’espoir et l’attente sincères que Dieu, par la proclamation de l’évangile, permettra aux autres de voir et de croire.

EN VOIR PLUS
Chargement