Pray for Paris

Toute la France, mais plus particulièrement Paris est en train de faire face à la pire attaque terroriste sur son territoire national dans l’histoire récente. 6 attaques presque simultanées ont laissé dans leurs sillages 129 morts et plus de 350 blessés, dont presque 100 avec un pronostic vital engagé. 

Le président Hollande, avec la plupart des autres leaders politiques français, reconnaît l’état de guerre. Depuis 1955, l’état d’urgence a été déclaré seulement trois fois, mais pour la première fois celui-ci a été étendu à toute la France. Le contrôle des frontières a été réinstauré, les rassemblements de rues ont été bannis, la présence militaire et policière a été renforcée et toute personne suspectée d’être en lien avec des groupes terroristes, ou prédicateurs de la haine, a été assignée à résidence. 

Paradoxalement, la peur et la défiance sont palpables comme nous l’avons vu quand deux des kamikazes se sont fait sauter devant les grilles du stade de France où 80 000 spectateurs regardaient le match de football France-Allemagne. Initialement, ils ont cédé à la panique, en courant sur le terrain, mais ils ont quitté le stade en ordre chantant «La Marseillaise». 

Bruce Hoffman dans Inside Terrorism définit le terrorisme comme « la création et l’exploitation délibérée de la peur à travers la violence ou la menace de la violence dans le but d’un changement politique.» Tout acte terroriste implique la violence et il est créé spécifiquement pour avoir des répercussions psychologiques retentissantes qui dépassent de loin les victimes immédiates ou l’objet de l’attaque terroriste. 

Dans le cas des attaques de Paris, l’intention était de choquer, et en choquant, stimuler la peur et l’angoisse nationale. Encore plus important, le terrorisme comme il est exercé par l’état islamique ne reconnait aucune différence entre le personnel civil et militaire, parce que leur guerre n’est pas contre une nation spécifique, mais contre une culture. 

Comment devrions-nous réagir en tant que chrétiens ? 

1. Pleurez avec ceux qui pleurent

Des familles ont perdu des êtres aimés, beaucoup ont été sévèrement ou irréversiblement blessés et certains font face à un futur incertain. Priez pour les églises dans la région parisienne alors qu’elles vont offrir leur aide aux familles, voisins, amis, qui sont victimes de ces attaques, qu’elles ne les aident pas seulement à reconstruire leur vie, mais qu’elles soient aussi des panneaux indicateurs vers l’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ. 

2. Priez pour nos autorités

Le président Hollande, avec son gouvernement en consultation avec ses conseillers et les chefs militaires, mais aussi ses opposants politiques, aura des décisions difficiles à prendre dans les jours à venir. Puisque beaucoup de ces décisions auront des conséquences avec d’énormes répercussions, priez pour de la sagesse, qu’ils puissent humblement chercher à promouvoir la justice et la paix plutôt que la vengeance. 

3. Soyez des artisans de paix

On peut comprendre que la population musulmane de France ait peur de représailles et d’actes de violence et de vengeance aveugle. Une telle colère a fréquemment mené à une escalade de violence. Priez que nous puissions tendre la main à nos amis et voisins musulmans avec des actes de bonté, mais plus encore avec le message du «Prince de paix». 

4. Soyez convaincus sans honte de la souveraineté de Dieu

L’histoire est pleine de rappels que la rage débridée de l’ennemi est le tremplin pour l’avancement de l’Évangile. Récemment, j’ai lu le récit touchant de conversions de musulmans dans le livre de David Garisson A Wind in the House of Islam. Beaucoup de musulmans ne peuvent pas s’identifier avec les actes indignes commis au nom de l’Islam et cela a été le moyen souverain de Dieu pour attirer des centaines de milliers à la foi en Jésus-Christ. 

La mort est soudainement réelle. Les questions sur le mal abondent devant cette violence inimaginable et aveugle. C’est maintenant le moment de proclamer l’Évangile de Jésus-Christ, plus que jamais. 

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement