Aidez TGC Évangile à équiper les croyants pour qu'ils restent fermement attachés à l'Évangile dans une culture qui change radicalement.

×

Titre anglais : O the deep, deep love of Jesus (1890)
Thème : L’amour et le sacrifice de Jésus.

Auteur : Samuel Trevor Francis (1834-1925)
Compositeur : Thomas John Williams (1869-1944)

Contexte et message

Contexte et message : L’auteur, Samuel Trevor Francis, pasteur d’une église de Plymouth, était connu pour être un grand orateur qui encourageait les chrétiens en Grande-Bretagne et dans le monde entier. Il a connu un tournant spirituel à l’adolescence, lorsqu’il a envisagé de se suicider une nuit sur un pont au-dessus de la Tamise. Ayant connu un renouveau de sa foi, il a ensuite écrit de nombreux poèmes et hymnes. Il est devenu prédicateur en plus de sa carrière de commerçant. Il a écrit ce chant comme un témoignage personnel après avoir failli se suicider dans sa jeunesse. Il écrivit un poème de 8 strophes, dont on ne garda que trois strophes pour le chant.

Le compositeur, Thomas John Williams, est né au Pays de Galles. Ses parents étaient membres d’une église baptiste. Thomas y a été baptisé à l’âge de 12 ans. Son père est décédé alors qu’il était un petit enfant, et sa mère s’est remariée en 1876. A un moment donné, alors qu’il était enfant, il a également fréquenté la chapelle Ebenezer au Pays de Galles. Il a travaillé comme mineur de charbon un temps. En 1911, il a commencé une carrière dans le secteur des assurances, une carrière qu’il a poursuivie jusqu’à sa retraite. En tant que musicien, il a obtenu un diplôme dans une école de Londres. Peu de temps après avoir obtenu son diplôme de musique, Williams est devenu organiste dans les églises où il se trouvait. Il a même été nommé organiste et chef de chœur d’une église baptiste, de 1913 à 1931. Il a écrit un grand nombre d’airs d’hymnes et quelques hymnes.

 

 

Version française Traduction littérale
1

Torrents d’amour et de grâce,
Amour du Sauveur en croix !
À ce grand fleuve qui passe,
Je m’abandonne et je crois.

Je crois à ton sacrifice,
O Jésus, Agneau de Dieu,
Et couvert par ta justice,
J’entrerai dans le saint lieu.

Ô l’amour grand et profond de Jésus,
Vaste, non quantifié, illimité, gratuit !
Tournoyant comme un océan puissant
Dans toute sa plénitude sur moi !

Le courant de ton amour passe sous moi,
tout autour de moi,
Il me mène vers l’avant,
il me ramène à la maison.
Vers ton glorieux repos en haut !

2

Ah ! que partout se répande
Ce fleuve à la grande voix ;
Que tout l’univers entende
L’appel qui vient de la croix !

Refrain

Ô l’amour grand et profond de Jésus,
Propagez ses louanges d’un continent à l’autre !
Combien son amour pour nous est éternel,
Il demeure le même à toujours !

Il veille tant sur ceux qu’il aime
Qu’il est mort pour les appeler tous les siens ;
Il intercède sans cesse pour eux,
Et veille sur eux depuis le trône !

3

Que toute âme condamnée
Pour qui tu versas ton sang,
Soit au Père ramenée
Par ton amour tout-puissant.

Refrain

Ô l’amour grand et profond de Jésus,
C’est le meilleur amour qui existe !
C’est un océan vaste de bénédictions,
C’est un havre doux de repos !

Ô l’amour grand et profond de Jésus,
C’est le paradis des cieux pour moi ;
Et cela m’élève vers la gloire,
Car cela m’élève jusqu’à toi !

Ce chant nous invite à réfléchir sur les dimensions et l’amour de Dieu, à nous réfugier dans son amour en toute circonstance.

La première strophe compare l’amour de Jésus à l’étendue de l’océan, soulignant la nature illimitée, immuable et sacrificielle de l’affection de Dieu pour le chanteur et toute l’humanité. Le deuxième vers de cet hymne décrit l’amour de Jésus comme « vaste, non mesuré, illimité, libre ». Dans notre monde physique et fini, il est difficile de comprendre véritablement ce concept. L’océan est la plus grande chose sur terre. Son point le plus profond est plus profond que la plus haute montagne du monde, mais l’amour de Dieu est encore plus profond. De n’importe quel point de la côte, nous ne pouvons voir qu’une petite partie de la mer. L’hymne est riche en langage océanique, une image appropriée pour les concepts de profondeur et de taille, mais la métaphore décrit également le mouvement, la direction : « Roulant… sous moi, tout autour de moi, c’est le courant de ton amour ». De plus, ce courant n’est pas là pour nous éloigner mais pour nous ramener vers Dieu et la maison céleste. Il nous pousse à devenir meilleur.

Dans la deuxième strophe, l’auteur voit la manifestation de cet amour dans la mort sacrificielle du Christ. L’auteur nous invite à propager ses louanges d’un continent à l’autre ! C’est un appel direct pour être des évangélistes où que nous soyons. Il nous enseigne que l’amour de Jésus pour nous est éternel, que Jésus ne change pas et qu’il veille sur nous. Ce sont les preuves d’un amour réel de la part d’un ami. Il y a même la raison de la mort de Jésus : il voulait être notre ami. C’est pourquoi il intercède sans cesse pour nous et veille sur nous depuis le trône céleste. Il est difficile de trouver un meilleur ami.

La troisième strophe parle de l’amour de Jésus comme le meilleur amour qui existe ! Dans cet océan vaste de bénédictions, nous pouvons connaître alors un havre doux de repos ! C’est une promesse certaine pour chaque disciple de Christ. Il y aussi cette promesse d’un paradis céleste qui anime l’auteur à vivre dans l’attente de cette gloire avec Jésus.

Nous savons que l’amour de Dieu est sans limites. La réponse appropriée à cet amour est de « répandre ses louanges d’une rive à l’autre ». L’auteur s’étonne également qu’un tel amour puisse être offert à quelqu’un comme lui. Cette idée est reprise dans Romains 5:8 par Paul. C’est donc un hymne à chanter en tout temps et en toute occasion. Je conclurais avec cette phrase de l’évangéliste  Billy Graham (1918-2018), tirée de l’ouvrage « La paix avec Dieu » : « Si jamais vous doutez de l’amour de Dieu, regardez longuement et profondément la croix, car dans la croix vous trouvez l’expression de l’amour de Dieu. »

Un texte biblique à méditer :

Le lendemain, il vit Jésus s’approcher de lui et dit : « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. C’est celui à propos duquel j’ai dit : ‘Après moi vient un homme qui m’a précédé, car il existait avant moi.’ Pour ma part, je ne le connaissais pas, mais c’est afin de le faire connaître à Israël que je suis venu baptiser d’eau. »

Jean 1. 29-31

 

Version française : https://www.youtube.com/watch?v=1c5wGHxxaL8

Version anglaise moderne : https://www.youtube.com/watch?v=3B605gdrqmk

Version traditionnelle : https://www.youtube.com/watch?v=TliCy09D3v0

EN VOIR PLUS
Chargement