La question qu’il est préférable de se poser au sujet de la volonté de Dieu

Discerner la volonté de Dieu

Le croyant qui souhaite connaître la volonté de Dieu pour sa vie, doit se poser d’abord la question « Qui dois-je être ? » avant « Que devrais-je faire ? »

 

Peut-être avez-vous utilisé la Bible pour répondre à la question « Que devrais-je faire ? » Face à une décision difficile, peut-être avez-vous médité durant des heures un psaume ou une histoire dans les Évangiles en demandant à Dieu de vous montrer comment l’appliquer à votre propre dilemme. Peut-être avez-vous été frustrée devant le silence, ou pire d’avoir agi par intuition ou  « inspiration » pour vous rendre compte par la suite que ce n’était manifestement pas la volonté de Dieu que vous aviez entendue. Je connais cette situation bien mieux que je n’aimerais l’admettre, et je connais aussi la honte qui l’accompagne – cette sensation d’être complètement imperméable au Saint-Esprit, d’être juste incapable de découvrir la volonté de Dieu.

 

Mais Dieu ne cache pas sa volonté à ses enfants. En tant que parent, je ne dis pas à mes enfants, « Il existe une façon de me faire plaisir. Voyons si vous parvenez à la découvrir. » Si je ne dissimule pas ma volonté à mes enfants terrestres, à combien plus forte raison notre Père céleste ne le fera-t-il pas ? Il ne nous faut pas découvrir sa volonté. Elle est visible. Pour la voir, nous devons nous poser la question en rapport avec son souci premier. Nous devons demander, « Qui dois-je être ? »

 

Commencer par le cœur

Bien évidemment, les questions « Que devrais-je faire ? » et « Qui dois-je être ? » ne sont pas sans rapport. Mais l’ordre dans lequel nous nous les posons est important. Si nous nous concentrons sur nos actions sans interroger notre cœur, nous ne deviendrons sans doute que de meilleurs idolâtres de nous-mêmes.

 

Pensez-y. Quel bénéfice tirerais-je à choisir le bon travail si je suis toujours consumée par l’égoïsme ? Ou à choisir la bonne maison ou le bon mari si je suis toujours dévorée par la convoitise ? En quoi cela me profite-t-il de faire le bon choix si je suis toujours la mauvaise personne ? Une personne perdue peut faire des « bons choix ». Mais seule une personne en qui le Saint-Esprit réside peut faire un bon choix dans le but de glorifier Dieu.

 

L’intention de l’Évangile dans notre sanctification ne consiste pas simplement à ce que nous puissions faire de meilleurs choix, mais à ce que nous devenions de meilleures personnes. C’est cette espérance qui fit écrire à John Newton, « J’étais perdu, mais je suis maintenant trouvé. J’étais aveugle, mais maintenant je vois. »[1]C’est ce qui permet à l’apôtre Paul de dire à propos des croyants qu’ils sont « transformés en la même image, de gloire en gloire » (2 Corinthiens 3 :18). L’Évangile nous enseigne que la grâce, qui est la nôtre au travers de Christ, nous transforme progressivement, par l’action de l’Esprit, en une personne meilleure. Mais pas n’importe laquelle.

 

L’Évangile commence par nous transformer en celle que nous aurions dû être. Il nous remodèle à son image. Vous voulez savoir ce que cela aurait été d’être un vrai humain ? Regardez au seul être humain qui n’ait jamais péché.

 


[1]Traduction http://www.lefigaro.fr/international/2015/06/29/01003-20150629ARTFIG00263-la-fabuleuse-histoire-d-amazing-grace.php

Traduction : Yasmina L

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement