Ce que les chrétiens devraient savoir au sujet du coronavirus de Wuhan

istock Photoguns
Note de l'éditeur : 

Article traduit depuis The FAQs: What Christians Should Know About the Wuhan Coronavirus et  édité pour intégrer chiffres et ressources francophones.

Qu’est-il arrivé ?

Jeudi l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a déclaré qu’il y avait une urgence globale de santé publique à cause de la diffusion d’une maladie contagieuse appelée le coronavirus de Wuhan. Le Département d’État américain a aussi publié un nouvel avertissement quant aux voyages jeudi soir, disant aux citoyens américains de ne pas se rendre en Chine, d’où provient la version actuelle du virus.

Les autorités chinoises disent qu’il y a environ 10000 cas confirmés, et un nombre de morts qui s’élève à 213. Aux États-Unis on recense 120 cas potentiels et six confirmés. Le nombre total de personnes infectées par le coronavirus de Wuhan a dépassé le nombre des 8098 personnes, dans le monde entier, qui avaient été atteintes par le SRAS lors de l’épidémie de 2003.

Qu’est-ce que le coronavirus ?

La maladie dont nous parlons est techniquement une nouvelle souche de coronavirus— 2019 nouveau Coronavirus, ou 2019-nCoV. Les médias ont fait quelques fois référence à ce virus comme le coronavirus de Wuhan. Selon le Centre pour le Contrôle des Maladies (CDC en anglais), les coronavirus humains sont communs à travers le monde et les scientifiques ont identifié sept coronavirus différents qui peuvent infecter les gens et les rendre malades.

Il existe quatre coronavirus communs (229E, NL63, OC43, et HKU1). Trois ont été identifiés depuis 2002 : MERS-CoV (le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ou MERS), SARS-CoV (le coronavirus béta qui cause un syndrome respiratoire sévère aigu, ou SARS – SRAS en français), et le coronavirus nouveau de 2019 (2019-nCoV).

D’où sont venus les coronavirus ?

Les coronavirus sont communs dans de nombreuses espèces animales différentes, note le CDC, incluant les chameaux et les chauves-souris. À de rares occasions, ces coronavirus peuvent évoluer et infecter les humains puis se répandre entre les humains, comme c’est le cas des SARS-CoV et MERS-CoV.

La plupart des coronavirus infectent les animaux, mais pas les humains. Dans le futur, toutefois un ou plusieurs de ces autres coronavirus pourraient évoluer et se répandre parmi les humains, comme cela est arrivé dans le passé. Comme le note le CDC, nous ne comprenons pas encore pourquoi seulement certains coronavirus sont capables d’infecter les personnes.

On a repéré le MERS-CoV pour la première fois en Arabie saoudite, tandis que le SRAS a été d’abord trouvé en Chine, et le 2019-nCoV à Wuhan, province du Hubei, en Chine (les analyses génétiques suggèrent que ce virus a émergé d’un virus relié au SRAS).

Le virus pourrait s’être répandu depuis une réserve d’animaux sauvages vers les personnes sur le marché de gros de fruit de mer de Huanan.

Comment se transmet le coronavirus ?

Les coronavirus se propagent principalement par les gouttelettes respiratoires produites quand une personne infectée tousse ou éternue, comme cela se passe pour la diffusion de la grippe et d’autres pathogènes respiratoires.

Ainsi le 2019-nCoV, comme les autres coronavirus humain, est transmissible le plus vraisemblablement d’une personne infectée aux autres dans l’air, par la toux ou les éternuements, par le contact personnel proche, comme le fait de toucher ou serrer les mains, en touchant un objet ou une surface sur lesquels se trouve le virus, puis en touchant sa propre bouche, ou son nez, ou ses yeux avant d’avoir lavé ses mains et, plus rarement par contamination fécale.

Quelle prévention et quel traitement pour ce coronavirus ?

Il n’y a actuellement pas de vaccin contre le 2019-nCoV. La meilleure prévention est d’éviter de s’exposer à quelqu’un qui a été infecté. (Il y a peu d’évidence que le masque respiratoire standard puisse protéger un sujet sain de l’infection.)

Il n’existe pas non plus de traitement antiviral spécifique recommandé pour l’infection par le 2019-nCoV. Les personnes infectées reçoivent des soins de soutien pour les aider à supporter les symptômes et dans les cas les plus sévères, le traitement doit inclure des soins destinés à soutenir les fonctions des organes vitaux.

Quel est le danger pour les français ?

Des cas d’infection de personnes par le 2019-nCoV ont été détectés en France. A l’heure où nous publions 6 cas ont été recensés en France et sont dans un état stable selon Agnès Buzin, ministre des Solidarités et de la Santé.

Toutefois si l’OMS a déclaré la semaine dernière «  urgence de santé publique internationale » elle a encore mardi estimé qu’il n’y avait pas pour l’heure de « pandémie » (L’OMS définit la pandémie comme « la propagation mondiale d’une nouvelle maladie ».)

Pourquoi les chrétiens devraient-il se sentir concernés par le coronavirus ?

Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles les chrétiens devraient se sentir concernés par le coronavirus et pour ceux qui souffrent de la maladie. Mais la raison première, comme l’apôtre Paul nous le dit est que nous devrions « pleurer avec ceux qui pleurent » (Rom. 12:15) et que nous devrions « consoler ceux qui sont dans quelque affliction, avec la consolation dont nous-mêmes sommes consolés par Dieu » (2 Cor. 1:4).

Comme un pasteur d’une église de Wuhan le disait récemment dans une lettre ouverte aux frères et sœurs dans la foi : « Si vous ne sentez pas une responsabilité de prier, demandez au Seigneur une âme qui aime et un cœur qui prie sérieusement ; si vous ne pleurez pas, demandez au Seigneur des larmes. Parce que nous savons avec certitude que ce n’est qu’au travers de l’espérance en la miséricorde du Seigneur que Wuhan sera sauvée. »

Voyez aussi : Coronavirus : Les chrétiens de Wuhan nous demandent de « prier au nom de Jésus »

EN VOIR PLUS
Chargement