Conférence pour femmes "Malachie, le maitre de l'univers à un message pour vous" à Strasbourg les 21 et 22 octobre et Grasse les 4 et 5 novembre.

×

L'un des principes les plus importants de la pensée chrétienne est la reconnaissance qu'il ne peut y avoir aucune position de neutralité intellectuelle. Aucun être humain n'est capable de réaliser un processus de pensée qui ne nécessite pas de présupposés, d' hypothèses, ou de pensées intellectuelles héritées. Toute pensée humaine nécessite un certain cadre présupposé qui définit la réalité et explique, en premier lieu, comment il est possible que nous ne puissions ne rien savoir du tout.

Le processus de réflexion humaine et l'activité intellectuelle sont, en soi, le point de convergence d'une réelle et intense inquiétude intellectuelle. En philosophie, le champ d'étude qui est centré sur la connaissance humaine est l'épistémologie. Les anciens philosophes étaient préoccupés par le problème de la connaissance, mais ce problème est d'autant plus complexe et prononcé dans un monde de diversité intellectuelle. Dans la foulée des Lumières, le problème de l'épistémologie a été déplacé vers le centre de la pensée philosophique.

Sommes-nous capables de connaître la vérité? La vérité, dans un sens objectif, est-elle accessible à tous? Comment se fait-il que des personnes différentes, des cultures différentes, et des confessions différentes aient des compréhensions de la vérité si diverses et si irréconciliables ? La vérité existe-t-elle réellement? Si oui, peut-on la connaître?

Alors que les temps modernes ont fait place à la postmodernité, le problème de la connaissance est devenu d'autant plus complexe. Beaucoup de penseurs postmodernes rejettent la possibilité d'une vérité objective et suggèrent que toute vérité n'est rien de plus qu'une construction sociale et l'application du pouvoir politique. Chez certains, le relativisme est une façon prédominante de voir la vérité. Pour d' autres, la reconnaissance du pluralisme intellectuel conduit à une affirmation que toutes les prétentions de vérité sont piégées dans les hypothèses culturelles et ne peuvent être connues que par une vision déformée, biaisée des choses.

En d'autres termes, le problème de la connaissance est de taille quand nous pensons à la responsabilité que nous avons de proposer une vision chrétienne du monde et d'aimer Dieu avec notre esprit. La bonne nouvelle est que – de la même manière que nous sommes sauvés uniquement par grâce – le point de départ de la réflexion chrétienne basée sur la grâce divine nous est démontré par la révélation que Dieu fait de lui-même.

Le Dieu de la Bible qui se révèle lui-même

Le point de départ de toute pensée authentiquement chrétienne est l'existence de ce Dieu qui se révèle lui-même. La pierre de touche de la vision chrétienne du monde est la connaissance du seul Dieu vivant et vrai. Le fait de l'existence de Dieu sépare la vision chrétienne du monde de tous les autres et, dès le départ, nous devons affirmer que notre connaissance de Dieu dépend entièrement du don de la révélation divine.

La pensée chrétienne ne se réduit pas à une simple croyance déiste, mais en l'existence d'un Dieu personnel. Au contraire, la pensée chrétienne authentique commence avec la connaissance que le seul vrai Dieu est le Dieu qui s'est révélé à nous dans la Bible.

Comme le regretté Carl FH Henry nous l’a rappelé, «La révélation divine est la source de toute vérité, la vérité du christianisme inclus; la raison est l'instrument pour la reconnaître; les Écritures sont son principe de vérification; la cohérence logique est un test négatif pour la vérité et la cohérence est un test qui lui est subordonné. La tâche de la théologie chrétienne est d'exposer le contenu de la révélation biblique comme un tout ordonné ».

Cette même affirmation est vraie pour toute réflexion chrétienne. Le christianisme affirme la raison, mais la révélation divine est la source de toute vérité. On nous donne la capacité de savoir, mais nous sommes d'abord connus par notre Créateur avant que nous arrivions à le connaître par le biais du don de sa révélation.

La Vérité totale de la Bible

Une fois que nous avons exprimé que nous dépendons de la Bible, il paraît important d'affirmer son inspiration et sa véracité. Affirmer l'inerrance et l'infaillibilité de la Bible n'est pas simplement une question de prôner une vision honorable des Écritures. L'affirmation de la vérité totale de la Bible est essentielle pour que les croyants aient une assurance suffisante de ce que Dieu a voulu que nous sachions. En outre, notre affirmation de l'inerrance de l'Écriture est basée non seulement sur ses revendications internes, mais aussi sur le caractère même de Dieu. Le Dieu qui nous connaît et nous aime bien avant que nous ayons appris à le connaître est le Dieu à qui nous pouvons croire pour nous donner une révélation de lui-même entièrement digne de confiance.

Même ainsi, l'ignorance des vérités bibliques de base est endémique. Il est remarquable de constater que c'est un problème à la fois interne à l'Église et externe à celle-ci. Beaucoup de membres d'église semblent aussi ignorants du Dieu vivant et vrai que le grand public. Trop de chaires sont silencieuses et compromettent la vérité. Le « dieu ordinaire” de la croyance populaire est le seul dieu connu par beaucoup.

Comme Christian Smith et ses collègues chercheurs l' ont affirmé, la foi de beaucoup d'Américains peut être décrite comme un “déisme thérapeutique moraliste” : un système de croyance qui offre l'image d'une divinité confortable, non menaçante, peu préoccupée par notre comportement, mais qui souhaite que nous soyons heureux.

La précision de la vision chrétienne du monde à l'époque moderne peut être directement attribuée à un changement important dans la doctrine concernant Dieu. Le Dieu adoré par des millions de personnes dans notre monde moderne est une divinité redimensionnée à la taille postmoderne.

Le seul vrai Dieu

Le seul vrai Dieu, le Dieu qui se révèle dans la Bible, est un Dieu qui définit sa propre existence, définit ses propres règles et règne souverainement sur sa création. La superficialité de la plupart de ce qui passe pour de la “spiritualité” moderne se dresse comme un monument qui cherche à dérober la gloire qui est due à Dieu. La vision chrétienne du monde ne peut pas être recouvrée sans une redécouverte profonde de la connaissance de Dieu.

Inévitablement, notre concept de Dieu détermine notre vision du monde. La question de l'existence ou de la non-existence de Dieu est fondamentale, mais il en est de même pour la question de la puissance et de son caractère. Les théologiens parlent des «attributs» de Dieu, ce qui signifie les détails concernant la nature révélée de Dieu. Si nous commençons par avoir le bon concept de Dieu, notre vision du monde sera bien alignée. Si notre concept de Dieu est bibliquement bancal, notre vision du monde sera elle aussi, bibliquement bancale.

Les attributs de Dieu révèlent sa puissance et son caractère. Le Dieu de la Bible est omniscient et omnipotent, et il est aussi fidèle, bon, patient, aimant, miséricordieux, compatissant, majestueux, et juste.

À la base de tous les attributs attribués à Dieu dans l'Écriture, il y a deux grandes vérités qui forment les piliers principaux de toute la pensée chrétienne. La première d'entre elles est la souveraineté entière, finale et inchangée de Dieu. La souveraineté de Dieu est l'exercice de son autorité légitime. Son omnipotence, son omniscience et son omniprésence sont les instruments de sa souveraineté.

Le second de ces grands piliers est la sainteté de Dieu. Tout comme la souveraineté est le grand terme qui inclut tous les attributs de la puissance divine, la sainteté inclut tous les attributs moraux attribués à Dieu dans la Bible. Premièrement, la sainteté définit Dieu comme la source de tout ce qui est bon, vrai, beau, aimable, juste, droit et miséricordieux. En d'autres termes, la sainteté affirme que Dieu est non seulement le possesseur de ces attributs moraux – il en est d'abord la source. En fin de compte, Dieu n'est pas tant défini par ses attributs moraux que par la façon dont il les met en œuvre dans la Bible.

En d'autres termes, dire que Dieu est juste ne veut pas dire qu'il tient la route lorsque nous le confrontons à notre propre vision de la justice. Au contraire, nous obtenons une véritable vision de la justice seulement en apprenant à connaître le Dieu qui se révèle et qui est juste en lui-même. L'un des problèmes centraux de la pensée moderne est la tentative que font les êtres humains pour juger Dieu par nos propres catégories de perfection morale. Notre propre responsabilité est de soumettre nos catégories à la réalité et à la révélation de Dieu.

La question de l'existence ou de la non-existence de Dieu est fondamentale, mais il en est de même pour la question de la puissance et du caractère de Dieu. La vision chrétienne du monde est structurée, tout d'abord, par la connaissance révélée de Dieu. Et cela signifie la connaissance approfondie du Dieu qui se révèle, qui s'auto-définit et qui n'accepte aucun rival. Il n'y a pas d'autre point de départ, ni de substitut, pour une vision du monde chrétienne authentique.


Traduction : Joy Fayard

Cet article a été publié en premier sur le site de Albert Mohler : The Knowledge of the Self-Revealing God: Starting Point for the Christian Worldview. Reproduction interdite.

Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles !

EN VOIR PLUS
Chargement