Sur quels textes allez-vous prêcher cet été ?

Le prédicateur «  expositoire » (NDLR La prédication « expositoire » est également connue sous le nom de prédication « textuelle ») a pour objectif de prêcher à la fois sur des livres individuels de l’Écriture et sur le canon dans son ensemble. Il peut se tourner vers les Proverbes pour l’été parce que c’est un livre pratique, il occupe une place unique dans le canon, et convient aux mois où il y a du va-et-vient, période où les messages qui se suffisent à eux-mêmes sont d’un grand bienfait.

Mais le livre des Proverbes présente des défis uniques pour trois raisons majeures. Premièrement, étant donné que les Proverbes qui se suivent semblent être liés tant soit peu les uns aux autres, comment fait-on pour prêcher un message «  expositoire » sur un seul verset ?

Deuxièmement, certains proverbes ressemblent à des promesses qui ne sont pas toujours vraies. Le manque de place m’oblige à orienter mes lecteurs vers des commentaires qui répondent bien à cette question, tels que « The Book of Proverbs » de Bruce Waltke.

Troisièmement, nous pouvons nous demander comment les proverbes nous conduisent de façon naturelle à Christ. Les pasteurs savent bien qu’il serait facile de prêcher de façon moralisatrice, et ensuite de rajouter l’Évangile en fin de message : « Personne n’est sage comme ceci, personne n’arrive à faire cela, alors tournez-vous vers Jésus ».

Je veux me concentrer sur le premier et le troisième défi.

Une certaine unité de structure

Le premier problème n’est pas aussi aigu qu’il ne le semble, puisque le livre des Proverbes présente plus d’unité de structure qu’il n’y paraît au premier abord. Les premiers chapitres développent en détail plusieurs thèmes : la crainte de l’Éternel (1 :1-9), l’appel à la sagesse (1-2 ; 8-9), la confiance en l’Éternel (3.1-12), les pères pédagogues et les fils attentifs (4), l’abstinence sexuelle et le plaisir (5 ; 6.20-7.27). Nous pouvons relier de nombreux proverbes des chapitres 10 à 30 à ces thèmes de première importance :

*Les descriptions du sage et de l’insensé (12.15-16 ; 17.10, 12, 16) correspondent à Proverbes 8-9.

*Les consignes aux parents et aux enfants (10.1 ; 22.6 ; 22.15 ; 29.15 ; 13.1 ; 23.22) s’accordent à Proverbes 4.

*Alors que Proverbes 5 bénit l’aspect romantique du mariage, Proverbes 31 évoque son élément pratique. Des proverbes individuels concernant les bénédictions du mariage (12.4 ; 18.22 ; 19.14 ; contraster avec 21.9) complètent le tableau.

Il y a aussi des groupes de proverbes qui développent un thème. Nous avons des messages pour les insensés (26.1-12), surtout pour les paresseux (6.6-11 ; 26.13-16) ; des conseils pour les repas avec les dirigeants (23.1-3) ; et des avertissements concernant l’ivrognerie (23.29-35). Un élan sur les plans de Dieu et les nôtres dans 16.1-4 unifie des dictons éparpillés (16.9 ; 12.15 ; 11.14 ; 15.22 ; 24.10). De la même manière, des proverbes individuels sur l’acquisition et la conservation des richesses (10.22-25 ; 11.24-25 ; 15.27) développent le premier et le dernier groupe sur l’utilisation sage des richesses (10.1-5 ; 22.22-23.11).

Quatre thèmes centrés sur Christ

Ces groupes mènent à Jésus de façon naturelle si l’on prend le temps d’examiner tous ses rôles. Jésus est l’homme le plus sage, le Fils parfaitement en accord avec le Père, le mari fidèle, l’ouvrier parfait, l’ami loyal, l’homme qui suivait les plans de Dieu, qui savait gérer les richesses. Considérez ces quatre thèmes.

  1. Jésus le bon ouvrier

Des douzaines de proverbes font l’éloge de l’assiduité et ridiculisent la paresse. On croirait presque que les auteurs des évangiles avaient en tête l’ouvrier sage et fidèle des Proverbes en décrivant Jésus. Par exemple, un insensé ne sait pas quand c’est l’heure de travailler (24.30-34), mais Jésus ne « se relâchait jamais dans son travail » (18.9). Il savait qu’il fallait travailler tant qu’il faisait jour, pendant qu’Il en avait l’occasion. (Jn 9.1-5). Le paresseux aime manger et dormir ; ce sont ses activités principales (26.14-15 ; 20.13).

Mais Jésus travaillait dur (Jn 5.17), persévérant toute la nuit dans la prière (Luc 6.12), enseignant ses disciples (Jn 13.30-17.26), et souffrant pour son peuple (Matt 26.36-75). Par-dessus tout, Jésus accomplit les promesses : l’homme sage et travailleur verra les résultats de son labeur (10.4-5 ; 12.9, 11, 14,27 ; 16.26). Par son œuvre à la croix, Jésus est devenu l’homme travailleur qui a achevé son travail (Jn 4 :34). Lorsque Jésus a fini le travail que le Père lui avait donné, Il a vu le résultat de son labeur et Il en a été satisfait (Es 53.11 ; Jn 5.36 ; 19.30).

  1. Jésus le fils fidèle

Jésus est le fils idéal de Proverbes 4 qui écoute l’enseignement de son Père. Il fait ce que dit son Père (4.1), garde son cœur pur (4.23 ; cf.Jn 8.46), parle comme son Père le lui ordonne (Jn 12.49), et suit la voie de son Père (4.26-27 ; Jn 12.23-28 ; Luc 9.22, 46 ; Actes 2.23).

Jésus mène à bien le travail que son Père lui donne, surtout en donnant sa vie pour son peuple (10.1,5 ; Jn 5.19,36 ; 10.17-18). Pour Jean, Jésus est un Fils vraiment noble. Il est le Fils qui accorde aux autres le droit de devenir fils de Dieu (Jn 1 .12-13). En effet, Il conduit beaucoup de fils avec lui à la gloire, en goûtant la mort et en écrasant celui qui détenait le pouvoir de la mort ( Héb 2.8b-15).

  1. Jésus le vrai ami

Les principaux dictons du livre des Proverbes concernant l’amitié mettent l’accent sur la loyauté et la fidélité, surtout dans la difficulté. Nous avons sept proverbes magnifiques sur l’amitié (17.17 ; 18.24 ; 19.4,6 ; 27.6-10), mais ils paraissent isolés, sans lien avec les grands thèmes de Proverbes (quoiqu’il y ait une section « difficultés dans les relations » dans 18.23-19.7). Mais selon les Écritures, l’amitié a pour origine le caractère de Dieu. L’Éternel était un ami pour Abraham et Moïse, le prouvant par son aide dans la difficulté et en se révélant à eux (Gen 18-19 ; Jacques 2.23 ; Exode 33.7-11 ; 34.6). Dans Jean 15.13-15, Jésus se révèle comme l’archétype de l’amitié, lorsqu’Il donne sa vie pour ses amis.

  1. Jésus la sagesse de Dieu incarnée

Enfant, Jésus était rempli de sagesse (Luc 2 :40, 52). Plus tard, les foules s’émerveillaient de sa sagesse (Matt 13 :14). Salomon était le roi le plus sage d’Israël, pourtant Jésus a dit de lui-même, « Voici qu’il y a ici plus que Salomon » (Matt 12 :42 ; cf.1 Rois 4 :32 ; Matt 11 :19). Paul est d’accord : Jésus est la puissance et la sagesse de Dieu (1 Cor 1 :24, 30). «  En lui sont cachés tous les trésors de la sagesse » (Col 2 :3).

Il y a une abondance d’autres thèmes. Jésus communique bien la vérité en toute occasion (25 :11, 15 ; contraster avec 26 :7). Il déteste les présents et le gain illicite (15 :27). Il s’est confié en l’Éternel de tout son cœur même lorsque le sentier semblait tortueux, jusqu’à ce que la résurrection le révèle comme étant droit (3 :1-10).

Trois chemins vers Christ

Un plan de prédication pourrait donc ressembler à ceci :

Un pasteur remarque un groupe de proverbes sur un thème qui éclaire un aspect de la vie dans la crainte de l’Éternel (1.7). Il étudie de près un ou plusieurs proverbes principaux, puis complète le tableau en s’inspirant d’autres proverbes, éparpillés à travers le livre. Si l’histoire biblique illustre l’enseignement, tant mieux (voir Dennis Johnson, «  Him We Preach », 303-313).

Ainsi le prédicateur présentera Christ à partir des Proverbes de trois manières :

D’abord, il démontrera comment Jésus incarne et complète chaque élément de la sagesse.

Deuxièmement, il démontrera comment les rôles de Jésus en tant qu’ouvrier sage, ami, fils, époux et homme juste mènent à son œuvre rédemptrice. Nous ne voulons pas simplement ‘agrafer’ Jésus à la fin d’un prêche moralisateur : « Vous avez besoin de faire ceci. En fait, vous ne le pouvez pas, alors tournez-vous vers Jésus ». Parce que le livre des Proverbes décrit sans cesse le sage et l’insensé, ce n’est jamais que du moralisme. En décrivant le caractère, il décrit Christ.

Troisièmement, il démontrera que, puisque le livre des Proverbes décrit Jésus, il inclut ceux qui lui appartiennent – les hommes et les femmes qui demeurent dans le vrai cep et qui portent beaucoup de fruits au travers de leur union avec lui. Le livre des Proverbes décrit Jésus qui est notre modèle, notre Rédempteur, notre force. Puisque Jésus nous rend capable par la grâce, tout comme Il nous rachète par la grâce, une vie de sagesse est à notre portée.


Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles !

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement