×

Pourquoi les personnes malsaines ont-elles envie de controverses ?

Dans le roman The Moviegoer de Walter Percey, le protagoniste Binx Bolling réfléchit :

Dès que je me sens mal, je vais à la bibliothèque et je lis des périodiques controversés. Si je ne sais pas si je suis libérale ou conservatrice, je suis néanmoins animée par la haine que les uns portent aux autres. En fait, cette haine me semble être l’un des rares signes de vie qui subsistent dans le monde. C’est une autre chose dans le monde qui est à l’envers : toutes les personnes aimables et sympathiques me semblent mortes ; seuls les haineux me semblent vivants.

Par ce seul paragraphe, Percy a peut-être, ou non, résumé son propre âge ; mais il a certainement aussi résumé le nôtre.

Certes, les controverses existent à toutes les époques, car les gens ont des points de vue différents sur des questions importantes, et parfois même, des désaccords sur l’importance de ces questions. Mais l’Écriture parle à plusieurs reprises de ceux qui ont ce que l’apôtre Paul appelle « un désir malsain de controverse » (1 Tim. 6:4). Bien sûr, Paul était plus que désireux de s’engager lui-même dans des controverses, qu’il s’agisse de s’opposer face à Pierre pour avoir refusé de manger avec les païens, ou de certaines de ses lettres enflammées aux Corinthiens.

Mais ce n’étaient pas des controverses pour le plaisir de la controverse, pas plus que l’amour conjugal serait comparable à une orgie. En fait, les querelles contre lesquelles Paul met en garde proviennent exactement du même endroit que les orgies – des « œuvres de la chair » (Gal. 5:17-21). Et sans la repentance, les querelles et l’immoralité sexuelle aboutissent au même endroit : la condamnation et la mort (Gal. 5:21). Ceux qui suscitent constamment des « controverses insensées » doivent être corrigés et, s’ils ne réagissent pas, ils doivent être considérés comme « déformés » et « auto-condamnés » (Tite 3:9-11).

Le serviteur du Seigneur, quant à lui, doit « fuir les passions de la jeunesse » et « ne pas s’occuper de controverses folles et ignorantes », car « tu sais qu’elles engendrent des querelles » (2 Tim. 2:22-23). Une fois de plus, nous voyons l’immoralité sexuelle liée à l’envie impérieuse de se quereller.

Une fois encore, nous voyons l’immoralité sexuelle liée à l’envie impérieuse de se quereller.

Pourquoi en est-il ainsi ?

Un zèle pour les commérages 

Au fil des ans, j’ai vu des chrétiens qui se sont engagés dans la controverse lorsque c’était nécessaire, et j’ai observé la façon dont les plus christiques d’entre eux le font si souvent – avec un sentiment d’amour pour le bien et le bien-être de ceux qu’ils croient dans l’erreur, et non un amour pour le combat lui-même. Et j’ai vu ceux que je pensais être « zélés pour la vérité » qui, avec le temps, se sont avérés n’être zélés que pour le sentiment de zèle. Ce sont ceux qui se sont battus pour presque tout. Au fil des années, j’ai vu beaucoup de ces personnes se révéler comme celles qui cachaient des blessures profondes et souvent un péché scandaleux. Un pasteur plus âgé m’a dit : « Rien ne rend les gens plus agressifs contre les autres que la honte d’eux-mêmes. » Cela s’est avéré vrai d’innombrables fois.

Mais la vie du cinéphile de Percy est tout aussi instructive. Sans l’Esprit pour donner la vie, on cherchera souvent le sentiment de la vie dans la sensation. C’est ce genre de vie qu’un romancier incroyant a comparé à la décharge électrique qui fait sauter la patte d’une grenouille morte. Souvent, la querelle n’est rien d’autre qu’une tentative désespérée de trouver un but ou un endroit où se sentir important ou de répondre à l’ennui qui ronge le quotidien de la vie.

Souvent, la querelle est une tentative désespérée de trouver un but, de trouver un endroit où se sentir important ou de répondre à un ennui qui ronge le quotidien de la vie.

Un autre pasteur plus âgé – aujourd’hui auprès du Seigneur – m’a raconté il y a des années à quel point il était frustrant pour les gens de venir le voir et de lui dire : « C’est si terrible ce qu’untel dit de vous… » ou « À propos de votre sermon de la semaine dernière… » ou quoi que ce soit d’autre. Il m’a dit :

Ce n’est pas que je me soucie de cela ; c’est que je m’en soucie trop, alors que je ne voudrais pas que cela soit le cas. Bien que ces dires n’aient pas d’importance, ces circonstances m’incitent à trouver ma valeur dans l’approbation des autres plutôt que dans l’obéissance au Christ, et cela m’empêche d’aimer comme je le voudrais les gens qui disent ces choses. Je pourrais les aimer beaucoup plus facilement si je ne savais pas ce qu’ils disaient de moi.

Je lui ai demandé pourquoi les gens continuaient à venir lui raconter ce que les autres disaient de lui. « Eh bien, certains d’entre eux pensent simplement que je voudrais savoir, savoir qu’ils sont avec moi et qu’ils prient pour moi », a-t-il répondu. « Et la plupart du temps, c’est simplement la nature humaine. Les commérages sont amusants – et les commérages sur les commérages sont encore plus amusants parce qu’ils peuvent vous permettre de commérer tout en prétendant ne pas le faire. »

Il s’est arrêté une minute et a dit : « Mais surtout, c’est un divertissement. Pour beaucoup de gens, ces drames – que ce soit sur leur lieu de travail, dans leur quartier ou dans leur église – c’est juste une sorte de feuilleton pour eux ». Puis il a haussé les épaules et souri, et il est retourné à ce qu’il faisait – il s’est rendu à l’hôpital pour visiter les malades.

Je pense souvent à lui et je me demande ce qu’il ferait des médias sociaux.

Encore une fois, les querelles arrivent parfois, et parfois ces controverses sont ce qu’il faut pour être fidèle à l’Esprit. Mais tout comme celui qui est engagé dans l’immoralité sexuelle peut toujours se convaincre qu’il s’agit d’un cas spécial d' »amour », d' »âmes sœurs » ou de « destin », celui qui a un besoin malsain de controverse peut toujours se convaincre qu’il est un guerrier pour Christ – alors qu’il est en fait captif de ses passions.

Compassion pour ceux qui sont pris au piège du péché

Savoir cela exige de la compassion pour ceux qui sont enclins à se quereller sans cesse. Cela ne vient pas d’une position de force, au contraire. Une telle compassion ne signifie pas qu’il faille placer ces personnes à des postes de direction ou leur permettre de dicter le cours d’une conversation – ce serait aussi peu aimant et contraire à l’éthique que de confier à un alcoolique la distribution des tracts d’évangélisation dans la boîte de nuit du quartier. Mais la compassion devrait nous inciter à les aimer et à prier pour eux, même si nous refusons de céder à leur besoin malsain de controverse pour le plaisir de la controverse.

Une personne qui a un besoin malsain de controverse peut toujours se convaincre qu’elle est un guerrier pour le Christ – alors quelle est en fait captive de ses passions.

On peut voir le résultat final de ce genre de vie dans la personne amère et en colère qui, comme un reconstitueur de la guerre civile tentant de garder vivant un souvenir du passé, cherche à recréer les chasses à l’hérésie où il se sentait autrefois vivant et apprécié. Pendant tout ce temps, il se convainc et essaie de convaincre les autres qu’il « défend la vérité », alors qu’il ne défend que lui-même. Il a essayé de contrôler les autres par l’intimidation et la peur, mais cela ne fonctionne plus – et ce qu’il n’a jamais été capable de donner ou de recevoir, c’est l’amour.

L’Esprit, après tout, nous conforme au Christ, nous unit à lui et nous façonne à sa vie. Jésus était controversé, c’est certain, mais ses controverses ont éclaté non pas à cause de son tribalisme, mais à cause de son refus de céder au tribalisme (Matt. 21:45-22:22 ; Luc 4:26-28 ; 19:7). De plus, lorsqu’on examine les controverses que Jésus a suscitées, il est étrange de constater que très peu d’entre elles avaient pour objet de peser sur ce que les gens autour de lui discutaient déjà – et il y avait beaucoup de discussions en cours.

Les controverses de Jésus ont éclaté non pas à cause de son tribalisme, mais à cause de son refus de céder au tribalisme.

Les Zélotes étaient contre les Hérodiens, les Sadducéens contre les Pharisiens, et ainsi de suite. Jésus répondait parfois à leurs questions controversées, et parfois il ne le faisait pas, sachant qu’ils voulaient simplement se disputer plutôt que d’aborder la vérité. Il a cependant provoqué des controverses sur des questions qui n’étaient pas soulevées à l’époque – à savoir si le temple était, en fait, une maison de prière pour tous les peuples, si les desseins de Dieu s’étendaient aux Gentils, si le Fils de l’homme serait crucifié.

Dans les rares moments où nous voyons de la colère de la part de Jésus, il ne s’agit jamais de protéger son propre sens de la valeur, jamais d’un outrage performatif pour être accepté par une tribu, et certainement jamais d’une prise de pouvoir. Sa colère n’était jamais querelleuse, jamais animale, jamais issue des œuvres de la chair. C’est le Diable qui « se déchaîne d’autant plus qu’il sait que son temps est compté » (Ap 12,12). Le Diable est un animal pris au piège, pas un berger ni un agneau.

Le genre d’ennui et d’absence de vie qui conduit à se quereller pour le plaisir de se quereller peut signifier que, finalement, vous ne trouvez que la controverse intéressante – même si votre position « sur les questions » est correcte. Cela ne mène à rien de bon, seulement au genre de posture à partir de laquelle vous attendez anxieusement les occasions de piéger vos « adversaires » dans leurs paroles. Jésus a enduré une telle mentalité dirigée contre lui (Matt. 22:15), mais il ne l’a jamais modelée lui-même.

Dans des moments comme celui-ci, la tentation est de laisser les âmes blessées qui cherchent toujours à se disputer établir l’ordre du jour, auquel vous devez ensuite répondre. Il y aura toujours des gens qui diront aux dirigeants : « Quelqu’un dit ceci ; vous devez répondre. » Cela revient à dire que la réponse à tout feu est l’essence. Et pourtant, dans les Écritures, Jésus s’éloigne si souvent à la fois de l’adulation des foules (Jean 15) et des ordres du jour querelleurs fixés par d’autres (Matthieu 26:51-56).

S’éloigner des controverses stupides

L’apôtre Paul a appelé à une sorte de controverse pour faire face à ceux qui suscitent des controverses « insensées » :  » Quant à celui qui sème la discorde, après l’avoir averti une fois et puis deux, n’ayez plus rien à faire avec lui  » (Tite 3:10). Il s’agit d’un type de controverse très différent – il commence par la douceur et la raison, et se termine en se retirant plutôt que de s’engager dans la querelle de l’autre partie.

Le genre d’ennui et d’absence de vie qui conduit à se quereller pour le plaisir de se quereller peut signifier que, finalement, vous ne trouvez que la controverse intéressante – même si votre position sur les questions est correcte.

Dans un sens, c’est un désavantage pour ceux qui cherchent à ressembler au Christ, mais c’est le même genre de « désavantage » que les personnes à une table de Thanksgiving qui ne brandissent pas d’armes à feu et ne renversent pas les meubles pour gagner une dispute. Oui, ceux qui tirent à travers les plaques de plâtre et crient des blasphèmes auront probablement « le dernier mot », mais voulez-vous échanger votre place avec eux ? Non. Votre conclusion serait-elle : « L’année prochaine, nous allons vraiment avoir besoin de plus de cocaïne et de nos propres armes si nous voulons être entendus » ? Non. Vous diriez : « C’est un dysfonctionnement. Nous serons ailleurs à Thanksgiving l’année prochaine et, en fait, nous partons maintenant. »

Il y a des années, Mark Noll a écrit sur le « scandale de l’esprit évangélique« , le scandale étant qu’il n’y avait pas beaucoup d’esprit. Peut-être que maintenant le scandale est celui du système limbique évangélique, le scandale étant que le système limbique est tout ce qui reste.

Parfois, nous devons être prêts à « dire un mot » dans une controverse, mais souvent ce qu’il faut, c’est que quelqu’un donne l’exemple d’une manière différente de valoriser son âme plutôt que d’avoir quelque chose à dire. Quand il s’agit de ceux pour qui la querelle est la vie, la façon de gagner n’est pas de gagner à leur jeu, mais de jouer un tout autre jeu.

EN VOIR PLUS
Chargement