Aidez-nous à produire des ressources gratuites pour la francophonie.

×

L’histoire : Des centaines de personnes, dont le doyen d’un séminaire évangélique, ont été retrouvées massacrées par les forces militaires russes dans une banlieue de Kiev.

Le contexte : Les forces armées russes sont accusées de nombreux crimes de guerre, notamment de meurtres, de tortures et de viols, alors qu’elles se retiraient de la banlieue ukrainienne de Bucha. Les preuves du massacre ont été découvertes le vendredi 1er avril, lorsque des centaines de civils ont été retrouvés morts dans la ville.

Selon de multiples rapports sur les médias sociaux, le doyen du Séminaire évangélique slave de Kiev, en Ukraine, figurait parmi les civils assassinés. Le corps de Vitaliy Vinogradov, diplômé de l’Institut biblique de Kiev et du Séminaire théologique évangélique, a été retrouvé dans une rue de Bucha.

Le nombre total de victimes est encore inconnu. Environ 280 corps ont été retrouvés enterrés dans une fosse commune à Bucha. Des journalistes de l’Associated Press ont également vu les corps d’au moins 21 personnes dans divers endroits de Bucha, dont certains autour d’un site qui, selon les habitants, servait de base aux troupes russes. Certaines des victimes ont été retrouvées les mains liées et ont reçu des balles à l’arrière de la tête tirées à bout portant.

Un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que des dizaines d’habitants avaient été retrouvés tués dans les rues, dans ce qui ressemblait à une « scène tirée d’un film d’horreur« .

Le ministère russe de la Défense a tenté de nier toute responsabilité dans ces meurtres, affirmant que les rapports étaient un « canular » et suggérant que les corps avaient été placés dans la rue après le retrait des troupes russes. Mais un examen des images satellite a montré que de nombreux corps se trouvaient dans les rues lorsque les Russes ont affirmé occuper la ville.

Les accusations portent également sur des crimes contre des femmes et des enfants. « Nous avons parlé à des femmes qui étaient constamment violées par des soldats russes, leurs enfants étant obligés d’y assister », explique Kira Rudik, membre du Parlement ukrainien. « Des femmes dont les maris ont été tués sous leurs yeux et qui ont ensuite été sévèrement violées. Nous avons vu des corps de femmes mortes qui avaient été violées auparavant et que les Russes ont ensuite essayé de brûler. »

La Russie a également été accusée d’utiliser des enfants comme « boucliers humains« , en les plaçant sur des chars pour protéger les véhicules russes pendant leur retraite de la zone.

« Ce n’est pas un champ de bataille », a déclaré le Premier ministre estonien Kaja Kallas, « c’est une scène de crime ».

Ce n’est pas un champ de bataille, c’est une scène de crime.

Ce que cela signifie : En début de semaine, le président Joe Biden a déclaré que ce qui s’était passé à Bucha était un crime de guerre et que le président russe Vladimir Poutine devait être jugé devant un tribunal international.

« Vous vous souvenez peut-être que j’ai été critiqué pour avoir qualifié Poutine de criminel de guerre », a déclaré le président Biden. « Eh bien, vous avez vu ce qui s’est passé à Bucha… Il est un criminel de guerre. »

Les crimes de guerre sont les violations du droit international humanitaire qui engagent la responsabilité pénale individuelle. La violation peut être une infraction soit aux normes adoptées par un traité, soit au droit international coutumier (Contrairement au droit des traités, le droit international coutumier n’est pas écrit).

Il n’existe pas un document de droit international énumérant toutes les actions pouvant être qualifiées de crimes de guerre. Cependant, de tels crimes peuvent être trouvés dans les traités de droit international humanitaire et de droit pénal international, ainsi que dans le droit international coutumier.

Selon l’ONU, les exemples d’actes interdits comprennent le meurtre, les mutilations, les traitements cruels et la torture, la prise d’otages, le fait de diriger intentionnellement des attaques contre la population civile, le fait de diriger intentionnellement des attaques contre des bâtiments consacrés à la religion, à l’éducation, à l’art, à la science ou à des fins caritatives, des monuments historiques ou des hôpitaux, le pillage, le viol, l’esclavage sexuel, la grossesse forcée ou toute autre forme de violence sexuelle, la conscription ou l’enrôlement d’enfants de moins de 15 ans dans des forces ou groupes armés ou leur utilisation pour participer activement à des hostilités.

Selon la vision biblique de la justice, telle qu’elle est décrite dans la tradition chrétienne de la théorie de la guerre juste, les crimes de guerre ne devraient jamais être approuvés ou tolérés.

La théorie de la guerre juste comprend trois domaines principaux : le jus ad bellum (l’exigence morale pour entrer en guerre), le jus in bello (les exigences morales sur la façon dont la guerre est menée), et le jus post bellum (les exigences morales après la fin de la guerre). Comme l‘explique le major Wade C. Reaves du corps des Marines, « les États-Unis et la communauté internationale tirent [les règles d’engagement] de la théorie du jus in bello, la conduite moralement correcte de la guerre, qui fournit des indications sur la manière dont les combattants doivent engager l’ennemi et les non-combattants dans des situations hostiles. » Les crimes de guerre relèvent donc généralement du domaine du jus in bello, car ils impliquent souvent des moyens ou des méthodes de guerre interdits.

Selon la vision biblique de la justice, les crimes de guerre ne devraient jamais être approuvés ou tolérés.

Dans presque tous les pays qui ont fait la guerre, des membres de leurs forces armées ont commis des crimes de guerre. Mais la Russie a l’habitude de commettre des crimes de guerre à une échelle presque inégalée. Par exemple, les Soviétiques ont violé environ 2 millions de femmes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale. Les dossiers soviétiques attestent également que les troupes de l’Armée rouge ont violé des femmes russes après leur libération des camps de travail nazis en Allemagne.

Plus récemment, les rapports faisant état de viols, d’incendies criminels, de tortures et d’autres crimes commis par des soldats russes ont été nombreux en Tchétchénie en 1999 et 2000. « Sans bespredel [guerre sans limites], nous n’arriverons à rien en Tchétchénie », a déclaré un conscrit russe de 21 ans au Los Angeles Times en 2000. « Nous devons être cruels avec eux. Sinon, nous n’arriverons à rien. »

Poutine n’a jamais été tenu responsable des crimes de guerre en Tchétchénie. Mais le monde peut encore tenter de le tenir pour responsable du mal qu’il a fait en Ukraine. Même si la communauté internationale est incapable de le traduire en justice, nous devons faire passer le message que les crimes de guerre contre des innocents – comme notre frère en Christ Vitaliy Vinogradov – ne seront pas tolérés.

EN VOIR PLUS
Chargement