Je voudrais changer mais je n’y arrive pas !

Comment être transformé ?
Tite 2,11-15

Nous avons tous des choses dans notre vie que nous voulons changer, n’est-ce pas ?

Des choses extérieures bien sûr : notre boulot, notre situation, notre maison, les gens dans notre église, les membres de notre famille.

Mais si on est honnête il y a aussi des choses en nous-mêmes – à l’intérieur – que nous voulons changer.

Nous savons que nous ne sommes pas toujours le mari que l’on devrait être où l’épouse qu’on devrait être.

On n’est pas le papa que l’on devrait être ou la fille ou fils que l’on est censé être.

On n’est pas l’ami ou le frère ou l’employé ou le camarade de classe que l’on aimerait être.

On n’a pas toujours la maîtrise de soi qu’on aimerait avoir : on a des accès de colère, des jalousies, des réactions violentes.

Et notre vie n’est pas toujours marquée par une pureté : dans notre façon de parler, dans notre sexualité, dans notre vie de pensées.

Et à cette période de l’année on y pense beaucoup. On regarde l’année passée et on se pose la question, « Qu’est-ce qui doit changer l’année prochaine ? » On prend des résolutions pour changer des choses dans notre vie. Dans quel domaine est-ce que tu rêves de voir du progrès dans ta vie ou dans ton église cette année ?

Voici le problème : c’est que très souvent ça ne marche pas.

On prend une résolution : par exemple, d’exercer une plus grande maitrise de soi dans un domaine de notre vie, ou d’être moins colérique. Et même le lendemain, on pète un câble au boulot ou à la maison.

Tu connais ça ?

Tu décides de ne plus courir après des choses qui nous font du mal, et puis se retrouve en train de faire exactement ça juste quelques jours après.

On s’impose de nouvelles règles pour notre vie. Mais après quelques semaines, on a même oublié les règles.

Pourquoi est-ce que c’est toujours comme ça ?

Et comment peut-on réellement changer ? Pas juste de façon superficielle, mais au plus profond de nous ? Comment être vraiment transformé ?

C’est ça que nous allons explorer dans ces trois articles sur Tite 2,11-15.

Parce que dans Tite 2,1-10 Paul dit à Tite que Dieu veut que son église en Crête soit un peuple paré de belles œuvres. Pourquoi ? Afin que ceux qui les entourent voient la beauté et la réalité du message de Jésus en eux.

Mais comment peuvent-ils être ce genre de communauté ?

Et quel est le but de ce genre de vie ? Est-ce que l’on doit être comme cela pour gagner la faveur de Dieu ? Est-ce que c’est en étant des personnes réfléchies, pures et remplie de belles œuvres que l’on va convaincre Dieu de nous aimer ?

Non, pas du tout. La première chose qu’on doit comprendre si on veut être des communautés transformées à l’image de Christ, c’est que nous sommes sauvés par la grâce – et par la grâce seule.

 

Nous sommes sauvés par la grâce – et par la grâce seule

 

Et c’est cette grâce qui doit être le cœur et le moteur et l’énergie de toute notre vie chrétienne.

Parce que Paul continue ainsi :

En effet, la grâce de Dieu s’est révélée comme une source de salut pour tous les hommes. 

Pourquoi devons-nous être ce genre de communauté ?

En effet – ou parce que– la grâce de Dieu s’est révélée à tous les hommes !

Nous ne changeons pas pour gagner la faveur de Dieu ou pour gagner quoi que ce soit : Paul dit que Dieu a déjà déversé sur nous sa grâce en abondance.

La grâce, c’est l’amour de Dieu pour ceux qui ne méritent pas du tout son amour. C’est Dieu qui choisit librement d’aimer des personnes tout à fait indignes d’être aimées de lui. C’est un amour qui lui coute cher. Mais qui ne nous coute rien du tout.

Et Paul dit que cette grâce de Dieu s’est révélée.

Le mot qu’il utilise, c’est le mot qu’on utilise pour l’apparition de quelque chose qui était déjà là, mais qu’on ne voyait pas avant. C’est le mot qu’on utilise en grec pour le soleil qui se lève.

Et ça nous aide à comprendre ce que Paul dit ici.

Dieu est rempli de grâce. Il l’a toujours été. Et même avant la venue de Jésus on voyait sa grâce. On la voyait dans sa belle création. On la voyait dans ses interactions avec le peuple d’Israël dans l’Ancien Testament. Mais on voyait sa grâce comme on voit les premiers rayons du soleil juste avant l’aube. On la voyait, mais pas pleinement, et on était encore dans la pénombre.

Mais maintenant, dit Paul, par la venue de Jésus, le soleil radieux de la grâce de Dieu s’est levé pleinement. Maintenant Dieu brille pleinement sur nous dans toute sa grâce comme le soleil à midi.

Jésus, Dieu le Fils, nous a révélé la grâce du Père par sa naissance, par sa vie, son enseignement, son amour pour ceux ne méritaient pas du tout l’amour de Dieu. Il a accueilli les intouchables, il a guéri les lépreux, il a pardonné les pécheurs, il a mangé avec les parias. Le soleil de la grâce de Dieu levait dans le ciel.

Mais c’était à la croix où le soleil de la grâce de Dieu a atteint son point culminant. A la croix, Dieu le Père, poussé par  son amour éternel pour ceux qui ne le méritent pas, a donné son Fils précieux pour mourir à la place de nous pécheurs. Dieu le Fils a englouti en lui-même toute la colère juste de Dieu le Père face à notre péché, pour que nous puissions connaître son amour à jamais.

Et Paul dit que c’est cette grâce qui est la source de salut pour tous hommes.

C’est cette grâce qui sauve les vieillards dont il parlait au chapitre 2, c’est cette grâce qui sauve les femmes âgées, qui sauve les jeunes femmes, les jeunes gens, les esclaves : nous sommes sauvés par la grâce et par la grâce seule !

Dans le prochain blog nous allons voir que Dieu a un projet pour nous dans sa grâce : que c’est cette même grâce qui nous transforme.

Mais avant cela, il faut qu’on s’arrête ici un moment pour contempler et nous laisser émerveiller par la grâce de Dieu.

Voici ce que la grâce de Dieu te dit aujourd’hui :

Tu es pire que tu ne pourrais jamais avouer. Ton péché est plus grand que tu ne pourrais savoir.

Mais à cause de sa grâce tu es plus aimé de Dieu que tu ne pourrais jamais imaginer.

Dieu ne pourrait pas t’aimer plus. Car tu es en son Fils. Tout ce qui est à Jésus est à toi. Et donc tu es aimé du Père autant que Jésus son Fils est aimé de lui depuis avant la création du monde. Dieu prend plaisir en toi tout comme il prend plaisir en Jésus.

Et Dieu ne t’aimera jamais moins. Car son amour pour toi ne dépend pas de ce que tu fais : de ton progrès dans la piété, de tes accomplissements, du succès ton ministère, de ta croissance spirituelle, de ta réussite dans tes études – son amour pour toi dépend uniquement de sa grâce. Et cette grâce a déjà envoyé son Fils Jésus à la croix pour t’acheter à jamais, et pour t’adopter dans sa famille comme son enfant pardonné, aimé, précieux et chéri.

Essayer de changer pour gagner la faveur de Dieu est stupide :

  • ça te rendra soit amer soit orgueilleux : amer quand tu échoues et orgueilleux quand brièvement tu « réussis »
  • ça te mettra en opposition à Dieu, qui a l’horreur de nos efforts pour nous sauver nous-mêmes.
  • ça te privera de toute la puissance de la grâce de Dieu pour te transformer.

Est-ce que tu veux vivre une vie transformée par Christ ? Voici le premier pas : régale-toi de sa grâce !

 

(A suivre)


conférence enracinés act29Retrouvez Del de la Hoyde et l’équipe d’Actes29 lors de la conférence « Enracinés » qui se déroulera à Lyon les 26-28 février.

Lors de cette conférence nous pourrons réfléchir sur comment nos Églises peuvent être à la fois enracinées dans l’Évangile et pertinentes pour leur contexte.

Plus de renseignements & inscriptions : www.enracines.fr

 

 

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement