BILLY GRAHAM : 1918 – 2018

Billy Graham, l’influent prédicateur américain est décédé mercredi 21 février à l’âge de 99 ans, chez lui à Montreat en Caroline du Nord au sud-est des États-Unis.

 

Né le 7 novembre 1918, aîné de quatre enfants, B. Graham a été élevé dans une ferme laitière de Charlotte en Caroline du Nord. Ordonné pasteur baptiste en 1939, il a épousé la fille d’un missionnaire chrétien en Chine, Ruth McCue Bell avec laquelle il a eu cinq enfants.

En soixante ans de carrière, sous l’égide de son association, la BGEA[1], Billy Graham a tenu des centaines de missions, des immenses rassemblements dans des stades et des salles de concert dans plus de 185 pays. Selon son association il a pu prêcher personnellement à plus de 200 millions de personnes ! Il avait de l’avance sur son temps car il a su utiliser les médias pour augmenter l’impact de son ministère. C’est ainsi que son message a été diffusé par la radio et la télévision et plus récemment par l’Internet à très grande échelle. De surcroît, il a écrit une trentaine de livres dont son premier La Paix avec Dieu est resté au classement des bestsellers pendant 18 semaines ! Il est certainement l’un des hommes qui a permis au mouvement évangélique de prendre son essor et d’être crédible, y compris en France car chacun sait que les Français ont pas mal de préjugés sur les fameux évangéliques américains.

Il a été l’homme non politique le plus invité à la Maison Blanche et son influence auprès des présidents américains depuis Harry Truman jusqu’à Barack Obama est incontestée. Souvent appelé lors des inaugurations présidentielles pour prononcer la prière lors de la cérémonie il a été également celui qui a été sollicité pour apporter le message lors de la cérémonie de souvenir des victimes du 11 Septembre à la Washington National Cathedral.

On peut saluer son courage devant les problèmes de société car dès le début des années ’50 il a refusé de prêcher devant un public ou Blancs et Noirs étaient séparés. Lors d’une rencontre en 1953 au Tennessee il a personnellement enlevé les cordes qui empêchaient la mixité. Il a refusé de se rendre en Afrique du Sud jusqu’en 1973 lorsqu’il a obtenu l’autorisation de prêcher devant un auditoire mixte et à cette occasion il a publiquement prédit la fin de l’Apartheid. Dans un tout autre registre il a intégré dans la confession de foi de son association sa conviction concernant le mariage hétérosexuel.

Nous croyons que le plan de Dieu pour la sexualité humaine doit être exprimé seulement dans le contexte du mariage, que Dieu a créé l’homme et la femme en tant que personnes biologiques uniques faites pour se compléter l’un l’autre. Dieu a institué le mariage monogame entre l’homme et la femme comme le fondement de la famille et la structure de base de la société humaine. Pour cette raison, nous croyons que le mariage est exclusivement l’union d’un mâle génétique et d’une femelle génétique. Genèse 2:24; Matthieu 19: 5-6; Marc 10: 6-9; Romains 1: 26-27; 1 Corinthiens 6: 9.

 

Souvenirs personnels

Billy Graham a effectué plusieurs missions en Europe francophone mais celle qui reste dans mon souvenir s’est déroulée en 1986 intitulé Mission France avec Billy Graham dont j’étais le secrétaire général. À cette occasion plus de 100 000 personnes se sont rendues au Palais Omnisports de Paris Bercy pour l’écouter et autant de personnes ont suivi les retransmissions directes par satellite dans près de 40 villes de France, de Suisse et de Belgique.

Trois jours avant la première rencontre, le 17 Septembre, l’attentat terroriste de la rue de Rennes a fait 7 morts et 55 blessés. C’était la 6e attaque dans la capitale depuis le 4 septembre et tout le monde s’inquiétait pour les rencontres avec Billy Graham. La sécurité a été renforcée à toutes les entrées de Bercy mais les foules sont venues ! Lors des actualités de TF1 le présentateur a fait état de la psychose de la ville de Paris en constatant la baisse de fréquentation des restaurants, des cinémas et des lieux publics. Il a terminé en disant que le seul lieu qui faisait le plein était Paris Bercy avec Billy Graham. Il faut croire que la conjoncture a davantage attisé la soif pour un message d’espoir !

Les dimanches, Patrick Poivre d’Arvor animait un programme à la télévision intitulé À la folie pas du tout et lors de l’une de ces rencontres il a invité Billy Graham. L’émission était enregistrée en public et PPDA lui a demandé après les présentations « M. Graham, je vais vous laisser vous adresser au public présent pendant quelques instants. Vous avez 3 minutes pour nous convaincre de l’existence de Dieu ».

Après avoir remercié PPDA, Billy Graham démarre son allocution

Je ne vais pas essayer de vous convaincre de l’existence de Dieu, mais je souhaite vous faire part d’un message tiré d’un texte de l’Évangile de Jean.

La surprise était totale alors qu’il a exposé avec une grande simplicité au public présent mais aussi aux millions de téléspectateurs scotchés à leur récepteur de télévision le fameux texte de Jean 3 :16. PPDA murmura alors à l’antenne : « Remarquez comme le public du studio est totalement silencieux et attentif « .

Mais le souvenir qui m’a le plus marqué date de Juillet 1985. Je devais aller chercher Billy Graham à l’aéroport pour le conduire à Paris Bercy pour visiter les lieux. Alors que je le conduisais dans ma voiture il m’a informé qu’il venait directement de la Maison Blanche. Effectivement, les jours précédents, le Président Reagan avait reçu officiellement le Président chinois, Li Xiannian, pour signer un accord touchant les armes nucléaires. Étant donné l’amitié entre les Reagan et les Graham et le fait que Ruth Graham est née en Chine ils avaient été invités pour le diner officiel. Lorsque nous avons terminé la visite du stade de Bercy, Billy Graham m’a proposé très simplement de prier avec lui pour la campagne qui devait avoir lieu l’année suivante. C’est ainsi que nous nous sommes assis sur les marches en béton devant le stade de Bercy et que nous avons prié. J’étais profondément ému devant l’humilité et la simplicité de cet homme qui la veille dînait avec le président des États-Unis et le lendemain priait assis par terre avec un homme qu’il connaissait à peine !

Billy Graham n’était pas parfait. Comme tout un chacun il a commis des erreurs. Souvent incompris et parfois calomnié, il est néanmoins resté fidèle au message qu’il a prêché durant sept décennies. Je n’étais pas toujours d’accord avec ses prises de position mais, refusant de critiquer sans avoir demandé des explications, j’ai opté de « ne pas porter atteinte à l’oint de l’Éternel ». Il est maintenant dans la gloire qu’il attendait tant et je termine avec une citation de sa part :

Un jour, vous lirez ou entendrez que Billy Graham est mort. N’en croyez pas un mot. Je serai plus vivant que je ne le suis maintenant. Je vais juste changer d’adresse. Je serai dans la présence de Dieu.


[1] BGEA = Association d’Évangélisation de Billy Graham

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement