Le combat de tous les hommes

Image par luxstorm de Pixabay

Quel homme peut affirmer que ses regards et ses pensées sont toujours exempts de tout reproche en ce qui concerne la pureté sexuelle ? C’est là « Le combat de tous les hommes », selon le titre d’un ouvrage coécrit par Stephen Arterburn et Fred Stoeker (éditions Ourania, 2018). Beaucoup de livres ont été écrits sur le sujet, mais celui-ci est particulièrement pertinent par sa capacité à nous faire réfléchir aux racines profondes de l’impureté sexuelle. Le combat de tous les hommes, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, célibataires ou mariés, se gagne d’abord dans les regards et dans les pensées.

La société n’est pas la seule responsable de notre impureté

Les auteurs rappellent combien la Bible a des exigences élevées : « Que l’immoralité sexuelle, l’impureté sous toutes ses formes ou la soif de posséder ne soient pas même mentionnées parmi vous, comme il convient à des saints » (Ephésiens 5,3). S’abstenir de la masturbation ou de la pornographie, c’est bien… mais insuffisant. Il nous fait « faire le ménage » et reconnaître nos responsabilités : « Nous ne sommes pas victimes de quelque grand complot visant à nous contraindre à l’esclavage sexuel. Nous avons tout simplement choisi de mélanger nos propres préceptes à propos de la conduite sexuelle avec les préceptes divins ».

De manière percutante, les auteurs nous interpellent : sommes-nous vraiment différents des non-chrétiens… ou tolérons-nous certains compromis dans notre vie ? « Vous ne souhaitez pas payer le prix d’une véritable obéissance à Dieu, qui vous amènerait par exemple à fuir la sensualité présente dans de nombreux films hollywoodiens, à refuser de penser à d’anciennes petites amies ou à la femme qui flirte avec vous au bureau, ou à entraîner votre regard à se détourner des strings, bikinis, hauts moulants et tenues de sport légères ainsi que des femmes qui les portent ». Voilà qui est concret.

Le combat de tous les hommes - Face à la tentation sexuelle
acheter
Le combat de tous les hommes - Face à la tentation sexuelle
Ourania. 272.

Le regard baladeur, facilement accroché par les jolies filles. Les pages des magazines remplies de mannequins sexy. Les fantasmes. La pornographie. La tentation d’aller voir ailleurs. Quel homme n’est pas concerné par cela? Les auteurs ont découvert que Dieu attendait autre chose d’eux. Comment parvenir à respecter ses normes? Ils proposent ici des stratégies qui aideront tout homme à sortir victorieux d’un combat pour l’intégrité sexuelle.

Un sujet tabou abordé de façon pragmatique et porteuse d’espoir pour chaque homme et chaque couple qui en ont besoin.

Un regard de convoitise souille déjà le lit conjugal

Le ton du livre n’est jamais moralisateur, mais toujours exhortatif. Les enjeux sont de taille. Les auteurs racontent combien les compromis qu’ils ont trop longtemps tolérés dans leurs regards et leurs pensées ont eu des conséquences sur leur relation avec Dieu (difficulté à prier, sentiment de culpabilité, impression de mener une double vie) :« Au fil des mois et des années, je me suis toujours plus éloigné de Dieu ; les factures ne faisaient que s’empiler, et j’étais toujours esclave de mon impureté », raconte Fred Stoeker qui, pourtant, avait « seulement » comme tort de nourrir ses yeux et ses pensées d’images sensuelles que le monde lui proposait.

L’impureté met aussi en péril la relation conjugale : dévorer du regard une jeune femme dans un fitness, c’est déjà tromper sa propre femme. Les auteurs vont plus loin : un regard impur est assimilable à des préliminaires sexuels, puisqu’il procure un plaisir sexuel. Et ce regard souille donc le lit conjugal (Hébreux 13,4).

La victoire est possible !

Mais est-ce vraiment possible de changer ? Les auteurs en sont convaincus. D’une part, parce qu’aucune habitude est inchangeable : « L’impureté est une habitude… et elle peut aussi mourir comme une habitude ». D’autre part (et c’est capital !), parce que nous ne sommes pas livrés à nous-mêmes dans ce combat : lorsqu’il attire un homme à lui, Dieu le libère de l’esclavage du péché et lui donne tout l’équipement nécessaire pour vivre dans la pureté. « Il ne nous manque pas la puissance, mais le sentiment d’urgence. Vous êtes déjà libres par rapport au pouvoir de l’immoralité sexuelle, mais vous ne serez pas libres par rapport à l’habitude de l’immoralité sexuelle tant que vous ne vous direz pas : ça suffit, je choisis de vivre dans la pureté ».

Faire rebondir le regard

Un peu simpliste ? Premier axe du combat, prendre de nouvelles habitudes dans le domaine des yeux, en comptant sur les forces du Dieu trinitaire qui « vient au combat avec vous », selon les auteurs. La phrase-clé se trouve dans le livre de Job : « J’ai fait un pacte avec mes yeux » (Job 31,1). Stephen Arterburn et Fred Stoeker parlent du concept de « faire rebondir le regard » : « Il s’agit d’exercer vos yeux à se détourner de jolies femmes ou d’images sensuelles dès qu’ils se posent dessus. Si vous arrivez à faire rebondir ainsi votre regard pendant six semaines, vous pouvez remporter le combat ».

Une Image parluxstorm de Pixabay en tenue moulante arrive en face de vous ? Regardez de l’autre côté de la route. Vous « tombez » sur un panneau publicitaire présentant des femmes en tenue légère ? Détournez la tête. Vous pressentez que la femme devant vous va se baisser pour ramasser quelque chose ? Regardez ailleurs avant qu’il ne soit trop tard. Il faut tordre le cou à ces pensées qui peuvent si facilement arriver : « Même si je n’ai pas le droit de passer commande, j’ai toujours le droit de consulter le menu », ou « Dieu les a créées jolies, regarde-les donc », ou « Avec de telles règles, la vie devient invivable. Dieu t’aime et veut que tu aies une vie en abondance ».

Des yeux avides de notre femme

Comme pour tout combat, ces mesures défensives ne suffisent pas : des mesures offensives s’imposent. Pendant que nous entraînons nos yeux à ne pas regarder d’autres femmes… il faut aussi les entraîner à se nourrir de notre femme. En somme, les auteurs promettent à peu près ceci : « Si nous ne nous nourrissons plus des autres sources, alors nous serons assoiffés de la source légitime : notre femme. Toute votre créativité s’épanouira désormais sur la couche nuptiale et non dans un monde de fantasmes ».

Etablir un poste de douane mental

Deuxième axe du combat, lutter dans les pensées, pour habituer notre cerveau non pas à nourrir des fantasmes, mais à refuser toute pensée illégitime. Là encore, Fred Stoeker et Stephen Arterburn estiment que notre manière de penser peut être radicalement transformée. La clé, pour y arriver ? Etablir un poste de douane mental : de même que les douaniers contrôlent de manière scrupuleuse qu’aucun produit illicite n’entre dans le pays, de même notre cerveau devrait agir de telle sorte qu’il sache immédiatement reconnaître et « mettre au tapis » une pensée dangereuse. La Bible appelle à ce renouvellement de l’intelligence (Romains 12,2) et à ce que nous pensions à des choses vertueuses, honorables, dignes de louange, etc. (Philippiens 4,8).

Code rouge ! Activez les boucliers !

Ce renouvellement implique non seulement d’interdire l’accès aux fantasmes sexuels ou aux pensées sensuelles, mais aussi de renoncer à se « faire des films » avec d’autres personnes que notre épouse : une collègue de travail, une ex-petite amie, une membre de notre église, etc.

La victoire ne s’obtiendra pas ici seulement dans les pensées, mais aussi en prenant des mesures concrètes. Toute personne qui aurait tendance à nous attirer devrait être tenue le plus possible à l’écart. La réaction adéquate ? Celle des héros de Star Trek : « Code rouge ! Activez les boucliers ! », conseillent les auteurs. « Quand vous êtes en sa compagnie, jouez au fade : évitez la coquetterie ou ce qui est tendance. Jouez monsieur Ennuyeux, un peu vieux jeu, et optez pour des échanges affables mais sans profondeur. Vous verrez que la menaçante amazone se retirera d’elle-même vers une zone de non-danger, vous laissant victorieux dans cette guerre sans fin contre le flirt et pour la pureté. D’accord, ce n’est pas un rôle particulièrement glorieux à jouer : personne ne vous admirera, on ne fera pas de bandes dessinées ni de films à partir de votre histoire et vous ne serez pas invité au journal télévisé, mais vous serez un héros pour votre épouse et vos enfants ».

Et d’ajouter : « Si une femme vous envoie un sourire complice, apprenez à renvoyer un sourire confus. Si elle parle de sujets d’actualité, parlez de choses peu intéressantes pour elle, comme votre femme ou vos enfants. Elle vous trouvera sympathique mais plutôt plat et inintéressant. C’est parfait ».

Chérir notre épouse en toute circonstance

Code rouge avec les autres femmes… feu vert avec la nôtre : est-ce que nous aimons notre épouse, jusqu’au plus profond de nos pensées ? Est-ce que nous entraînons nos cœurs et nos pensées à la chérir même quand nous la trouvons moins attirante, quand la vie de couple est moins savoureuse, quand elle remplit un peu moins sa « part du marché » ?

Nous sommes appelés à l’aimer non en raison de ce qu’elle fait, écrivent Stephen Arterburn et Fred Stoeker, « mais en raison de ce qu’elle est, de la valeur qu’elle a aux yeux de Dieu, étant sa fille créée à son image. On nous a confié un trésor inestimable : une autre âme humaine, si chère à Dieu que, dès la création du monde, il avait prévu de payer le prix fort en vue de la racheter. Nous sommes responsables devant le Seigneur de chérir cet être, quelles que puissent être nos difficultés de couple actuelles ou notre liste de conditions non satisfaites ».

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement