"Redécouvrir l'Église locale" nous invite à revenir à la case départ et à nous interroger sur notre conception de l’Église. Il nous oblige à réfléchir à notre rôle en tant que membre, à notre rapport avec l’autorité, à notre besoin de relations significatives, ainsi qu’à notre responsabilité envers un monde en souffrance.

×

Dans Philippiens 1.4, Paul insiste sur le fait qu’à chaque fois qu’il prie pour les Philippiens, il le fait avec joie et reconnaissance. Il livre ensuite le contenu de ses prières :

Et ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ, remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ, à la gloire et à la louange de Dieu. (Philippiens 1.9-11)

Ce qui est frappant, c’est que les demandes de Paul reflètent les priorités de l’Évangile.

Voyons trois aspects de cette prière.

1. Un amour croissant

Premièrement, Paul prie pour que l’amour des Philippiens « augmente de plus en plus ». Paul ne précise pas l’objet de cette amour. Il ne dit pas « que votre amour pour Dieu augmente de plus en plus » ou « que votre amour les uns pour les autres augmente de plus en plus ». Je crois qu’il laisse le sujet ouvert précisément parce qu’il ne voulait pas réduire sa prière à l’un ou à l’autre.

D’un point de vue chrétien, un amour croissant pour Dieu doit se traduire par un amour pour les autres croyants (voir 1 Jean 5.1). Aussi merveilleuse qu’ait pu être cette assemblée et aussi fidèle qu’ait été son amour pour Paul, l’apôtre prie pour que leur amour grandisse encore et encore.

2. De la connaissance et de l’intelligence

Deuxièmement, Paul ne fait pas dans le sentimentalisme. Il ne parle pas de l’exaltation que peut provoquer une conférence importante par exemple. « Je demande » écrit Paul « que votre amour augmente de plus en plus en connaissance et en pleine intelligence ». Le genre d’amour dont parle Paul est un amour qui devient plus instruit.

De façon évidente, Paul ne pense pas à n’importe quel type de savoir. Il n’espère pas que les Philippiens deviennent des experts en physique nucléaire ou en tortues sous-marines. Il parle de connaître Dieu ; il veut qu’ils comprennent la parole et les projets de Dieu pour que ces derniers guident leur vie.

Il part évidemment du principe que l’on ne peut pas vraiment grandir en connaissance de Dieu si l’on est rempli d’amertume ou d’autres péchés égocentriques. Connaître Dieu comporte une composante morale. On peut bien sûr mémoriser les Écritures, enseigner à l’école du dimanche ou obtenir un diplôme de théologie au séminaire local ou à la faculté de théologie, mais ce n’est pas la même chose que de grandir dans la connaissance de Dieu et de comprendre ses voies.

La vie chrétienne englobe toutes les facettes de notre existence. Tout ce que nous faisons, pensons et disons doit exprimer une soumission joyeuse à Dieu et à son Fils, notre Sauveur

 

Une telle croissance requiert une attitude de repentance. Elle exige que nous nous détournions de notre égoïsme naturel. Pour le formuler de manière plus positive, nous devons grandir dans notre amour, dans notre amour pour Dieu et pour notre prochain.

Tout comme connaître Dieu et sa Parole nous motive à aimer, l’amour est nécessaire pour approfondir notre connaissance de Dieu parce qu’il est extrêmement difficile de progresser sur un seul front. Un chrétien ne peut pas dire : « Je vais améliorer ma vie de prière mais pas ma morale », « Je vais apprendre à mieux connaître Dieu mais pas à mieux obéir », ou « Je vais progresser dans l’amour pour les autres mais pas dans la pureté ou la connaissance de Dieu ». Ce n’est pas cohérent.

La vie chrétienne englobe toutes les facettes de notre existence. Tout ce que nous faisons, pensons et disons doit exprimer une soumission joyeuse à Dieu et à son Fils, notre Sauveur.

Ainsi, si Paul demande que l’amour des Philippiens « augmente de plus en plus », il ajoute rapidement « en connaissance et en pleine intelligence ».

3. Les choses les meilleures

Troisièmement, Paul a encore autre chose en vue dans sa prière. Il adresse ces demandes à Dieu, dit-il aux Philippiens, « pour le discernement des choses les meilleures, afin que vous soyez purs et irréprochables pour le jour de Christ » (Phi 1.10). Clairement, Paul ne veut pas que les Philippiens se contentent de la médiocrité. Dans un monde déchu, le statu quo n’est pas une solution. Il veut que ces croyants aillent de l’avant, qu’ils gagnent en discernement, qu’ils démontrent « les choses les meilleures » par leur propre vie. Il veut qu’ils cherchent le meilleur dans leur connaissance de Dieu, le meilleur dans leurs relations avec les autres croyants et le meilleur dans une obéissance joyeuse. Finalement, ce qu’il veut de leur part, c’est la perfection : il prie qu’ils puissent être « purs et irréprochables pour le jour de Christ. »

Il suffit d’un instant pour voir que toutes ces requêtes sont centrées sur l’Évangile. Ce sont des prières évangéliques.

 

Pour Paul, il ne s’agit pas d’une prière idolâtre. Pour certaines personnes bien sûr, elle peut le devenir. Pour les perfectionnistes, la perfection devient une sorte de fétiche, voire une grande idole, du moins dans les domaines où ils excellent. Mais ce n’est pas le cas de Paul. L’excellence pour laquelle il prie, pour lui et pour les autres, est définie au verset 11 : être « remplis du fruit de justice qui est par Jésus-Christ. ». Rien de cela ne sera donné simplement pour améliorer notre réputation. Malheureusement, certaines personnes sont plus intéressées par une réputation de sainteté et d’excellence que par la sainteté et l’excellence elles-mêmes. Mais tous ces biais sont balayés par les derniers mots de Paul : sa prière est offerte « à la gloire et à la louange de Dieu » (Phi 1.11).

Voici la prière de Paul. Il suffit d’un instant pour voir que toutes ces requêtes sont centrées sur l’Évangile. Ce sont des prières évangéliques. C’est-à-dire que ce sont des prières formulées pour faire avancer l’œuvre de l’Évangile dans la vie des croyants de Philippes. Et, en demandant le fruit de l’Évangile dans leur vie, le but ultime de ces demandes est de rendre gloire au Dieu qui les a rachetés.

EN VOIR PLUS
Chargement