Que pensait Jean Calvin de l’implantation de nouvelles églises ?

Photo by chuttersnap on Unsplash

C’est souvent lorsque nous parlons de manière indirecte de quelque chose que nous découvrons ce que nous en pensons véritablement.
Si nous avions demandé à Jean Calvin ce qu’il pensait de l’implantation de nouvelles églises, il aurait donné une réponse biblique, stratégique, pratique et exemplaire. Son ministère à Genèse s’articulait autour de l’idée de parsemer la France d’églises centrées sur l’Évangile. Ses lettres aux églises implantées par la compagnie de pasteurs qu’il a renvoyés en France depuis Genève (voir la lettre CCCLXIII aux frères de Poitou) sont truffées d’idées lumineuses sur l’implantation de nouvelles églises.

Cependant dans cet article je veux attirer notre attention sur quelque chose que Calvin a écrit dans son commentaire sur 1 Timothée 1,3. Le verset ne parle pas de l’implantation de nouvelles églises, mais de la mission de Timothée à Éphèse, à savoir combattre les faux docteurs à Ephèse. Mais au milieu de ce commentaire, Calvin ne peut pas s’empêcher de dire pourquoi Paul ne reste pas lui-même pour s’en occuper. La réponse ? Parce qu’il était en train d’implanter de nouvelles églises.

Voici le verset :

« Comme je t’y ai exhorté, à mon départ pour la Macédoine, demeure à Éphèse, afin de recommander à certaines personnes de ne pas enseigner d’autres doctrines »

Et voici son commentaire :

« En ce qu’il avait donné charge à Timothée de faire pour lui en Éphèse, il faut observer une sainte sollicitude. Car il travaillait tellement à recueillir plusieurs Églises, que cependant il ne délaissait point les premières dépourvues de Pasteur. Et certes, comme quelqu’un dit ce n’est point moindre vertu de bien contregarder ce qu’on a acquis, que d’en acquérir de nouveau ».

Tout dans ce paragraphe est de l’or. Timothée qui remplace Paul à Éphèse, la sainte sollicitude de Paul, le modèle et la sagesse de bien garder ce qui est acquis afin de maintenir, de cultiver ou la valeur égale du nouveau et de l’ancien. Tant de choses à méditer. Mais c’est la façon dont il décrit les motivations de l’absence de Paul qui retient mon attention.

 

Car il travaillait tellement à recueillir plusieurs Églises…

Le verbe « recueillir » est frappant. Calvin utilise ce verbe pour parler de l’implantation de nouvelles églises – c’est clair lorsque nous lisons le dicton qui suit. Paul lançait de nouvelles initiatives, Timothée s’occupait d’une église établie. Or, notre intention dans cet article n’est pas de changer la terminologie que nous employons en parlant de l’implantation de nouvelles églises, ni de remettre en cause la vérité que la métaphore “d’implanter” nous apporte sur la réalité du terrain. Mais nous voulons nous faire réagir sur cet angle différent sur l’implantation – nous pourrions, avec Calvin, tout aussi bien parler de recueillir, ou de récolter de nouvelles églises

Qu’est-ce que le choix de ce verbe indique sur le fond de la pensée de Calvin par rapport à l’implantation de nouvelles églises ? Je pense que nous pouvons dire au moins les 5 choses suivantes :

  1. Dans la perspective de Calvin, l’Église universelle et l’église locale existent d’abord et avant tout dans la pensée de Dieu, par la volonté divine, selon son bon plaisir. C’est pourquoi Dieu peut rassurer Paul à Corinthe en lui disant qu’il a un peuple nombreux dans cette ville. Le travail de Paul à Corinthe ne consiste pas tant à commencer l’église qu’à révéler l’église qui y est déjà dans la souveraineté de Dieu.
  2. Calvin dirait tout aussi aisément ‘récolteur d’église’ qu’implanteur d’église. Nous avons ce privilège de recueillir ce que Dieu a fait pousser, comme des travailleurs dans un vignoble…
  3. Pour Calvin, la belle assurance que nous donne cette vision du démarrage de nouvelles églises – nous ne faisons que récolter le fruit que Dieu a fait pousser – ne veut pas dire que nous n’avons pas d’efforts à fournir. Au contraire ! c’est un dur labeur (comme pourraient nous le dire toutes les personnes qui font les vendanges à l’automne !) Mais notre travail, comme c’est toujours le cas, découle de notre repos en Dieu. C’est par grâce que nous sommes des co-ouvriers de Dieu.
  4. Notre travail consiste à prêcher l’évangile. Voilà comment on récolte une église. L’Église de Jésus connaît sa voix alors qu’il s’adresse à elle, revêtue des promesses de l’Évangile, selon la belle phrase de Calvin. Paul fait son travail de récolter par la prédication de l’Évangile, Timothée fait son travail de la garder par cette même prédication. À chacun de nous de tirer la conclusion….
  5. Et pour Calvin, l’implantation de nouvelles églises n’était pas une chose à faire une seule fois. Il voyait comment Paul s’activait à recueillir plusieurs églises. Combien d’églises finissent dans l’apathie, s’effondrent dans la division ou diluent l’Évangile car elles négligent notre mission d’implanter plusieurs églises ?

Combattons donc les faux docteurs par l’Évangile. Encourageons les églises établies par l’Évangile. Mais surtout, implantons quantité d’églises par l’Évangile.

Implanteur d’églises – à la récolte !

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement