Devenez un partenaire mensuel d'Évangile21 pour nos aider à produire des ressources centrées sur l'Évangile

×

« Dieu et homme en une seule Personne ! Oh ! Triple joyeuse conjonction ! En tant qu’homme, il est plein du sens expérimental de nos infirmités, de nos désirs et de nos fardeaux ; et, en tant que Dieu, il peut les soutenir et y répondre entièrement. L’aspect de la foi en cette merveilleuse Personne, à quel point est-elle soulageant, vivifiante, abondamment satisfaisante ? Dieu ne divorcera jamais de l’âme du croyant, et de son confort, après qu’il ait marié notre nature à son propre Fils, par l’union hypostatique, et notre personne aussi, par l’union mystique bénie. »[1]

Ainsi écrivait le théologien John Flavel (1627–1691) dans son sermon « Sur la merveilleuse personne de Christ ». Relisons d’abord le texte biblique choisi par Flavel :

« La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. » (Jean 1.14)

La Parole a été faite chair. Six mots. Six courts mots, cinq en grec. Et dans ces quelques lettres d’un alphabet humain, nous trouvons le grand mystère de la foi, cette vision de l’amour du Père. Flavel tire de ce passage de l’Evangile de Jean huit applications pour le croyant, huit applications qui nous aident à vivre ce temps de Noël 2020.

1ère application

« Que tous les chrétiens informent rigoureusement leur esprit de cette vérité, de si grande importance dans la religion, et qu’ils la tiennent fermement contre tous les subtils adversaires qui voudraient la leur arracher. »

Ces subtils adversaires ne sont peut-être plus les Sociniens ou les nouveaux ariens du 17e siècle, mais ils existent. De ceux qui voient en l’homme la règle absolue de toutes choses, à ceux qui voient en tous les dieux une même manifestation transcendante… Noël proclame la venue du seul Dieu fait homme.

2ème application

« Adorez l’amour du Père et du Fils, qui ont fait une si grande offre pour vos âmes, et à ce prix furent satisfait de votre salut. »

Par-dessus tout, plongeons les regards du cœur et de la foi dans l’amour divin manifesté dans la venue de notre Frère bien-aimé. Il est facile de passer trop rapidement à côté de l’immense amour de Dieu cette année. Tant d’autres choses viennent voiler cette bonté divine. Mais, en cette fin d’année 2020, quel plus grand signe de la foi vivifiante que nous avons reçue ?

3ème application

« Et ici, la sagesse infinie a également laissé une marque célèbre et éternelle  d’elle-même ; qui invite, voire enchaîne à elle-même, les yeux des anges et des hommes. »

Ce Noël, déposons nos armes, nos fardeaux, et nos obsessions devant ce mystère merveilleux de l’incarnation. Déposons nos contestations « anti-liberticides » ainsi que nos défenses sanitaires devant le Christ, Sagesse de Dieu. Reconnaissons que tous nos débats pâlissent devant la sagesse du roi né fragile enfant.

4ème application

« C’est pourquoi nous en déduisons également la douceur incomparable de la religion chrétienne, qui offre aux pauvres pécheurs un fondement si juste pour reposer sur leurs consciences tremblantes. »

Le souci pastoral de Flavel est évident ici, et d’un merveilleux exemple. Après tout, n’avons-nous pas les consciences anxieuses, tremblantes, ou agitées ? Après cette année 2020, ce serait normal. La douceur incomparable de notre foi est à la mesure du miracle qui la fonde : l’Emmanuel, dieu avec nous.

5ème application

« Il est très important que le Christ s’unisse à nos personnes particulières, ainsi qu’à notre nature commune. »

Flavel nous encourage ici à ne pas considérer ce si grand salut d’une manière abstraite ou distante. Il ne suffit pas de dire que Christ a uni la nature divine et humaine, mais qu’il est désormais uni avec nous. Loin de la dépersonnalisation que proposent de nombreuses anthropologies contemporaines (séculières et religieuses), la Bible nous présente une ré-humanisation par l’œuvre de Christ, le Dieu-homme. Transformé à l’image de Christ, et unis à lui, nous pouvons pleinement être ce que Dieu voulait des êtres humains.

6ème application

« Si Jésus-Christ a assumé notre nature, alors il est véritablement touché par les infirmités qui l’accompagnent, et il a donc de la pitié et de la compassion pour nous, sous tous nos fardeaux. »

Voilà pour moi un grand encouragement. Peut-être que pendant l’année écoulée nous n’avons pas assez pris soin les uns des autres. La pandémie actuelle n’a probablement pas aidé, et nous avons été parfois dépassés. Si nous avons manqué de compassion, si nous avons oublié que nous partageons les mêmes infirmités que nos frères et sœurs, rappelons-nous que nous avons un Frère qui, lui, est entièrement compassion.

7ème application

« Nous voyons donc à quel point Dieu a l’intention de construire le bonheur de l’homme, en  posant le fondement si profond, dans l’incarnation de son propre Fils. »

Alors que nous nous préparons à célébrer l’évènement le plus marquant de l’histoire humaine, nous devons nous rappeler que cet événement dirige nos yeux vers l’avenir. Le fondement de notre joie et de notre paix, c’est le retour ancré dans la venue, du Fils de Dieu. Notre bonheur est acquis et nous fait porter les yeux en avant, vers le Royaume.

8ème application

« Enfin, quel confort merveilleux de savoir que celui qui habite notre chair est Dieu ?»

L’année 2020 se termine et déjà à l’horizon nous entendons parler des défis que sera 2021. Début en pandémie, débats sur les vaccins, tensions sociales et économiques. L’avenir est incertain : il l’a toujours été et le sera toujours. Sauf pour ceci : Dieu habite notre chair, encore maintenant. Il la glorifiée et nous promet de partager cette vision ultime. Quel réconfort de savoir que l’avenir vers lequel nous nous dirigeons sera toujours marqué par la venue du Dieu-homme.

Noël : Dieu avec nous, et pour nous. Le dieu fait homme, unissant les deux natures : « La manière dont ces deux natures sont unies, dans la merveilleuse personne de notre Emmanuel, est le première dimension du grand mystère de la piété. »[2]

[1]  John Flavel, The Fountain of Life, The Works of John Flavel, vol. 1, Londres, The Banner of Truth Trust, 1968, p. 84-85.

[2]   John Flavel, The Fountain of Life, The Works of John Flavel, vol. 1, Londres, The Banner of Truth Trust, 1968, p. 72.

EN VOIR PLUS
Chargement