Aidez-nous à produire des ressources gratuites pour la francophonie.

×

Pourquoi l’évangélisation parmi les étudiants universitaires est-elle si cruciale ?

L’une des raisons est l’ouverture particulière que l’expérience universitaire crée dans la vie des étudiants. Les jeunes adultes, au cours de leurs études universitaires, acquièrent généralement un nouveau degré d’indépendance vis-à-vis de leur famille et de leurs autres liens d’enfance. Pour nombre d’entre eux, c’est la première fois qu’ils sortent de chez eux et qu’ils sont pleinement responsables de leurs décisions et actions quotidiennes. La majorité des étudiants vont à l’université non pas pour rester les mêmes, mais pour définir leur propre parcours de vie ; il y a donc une ouverture aux grandes questions et aux idées différentes, y compris aux idées radicalement nouvelles.

Les jeunes adultes à ce stade de la vie se sont toujours posé au moins quatre grandes questions du genre :

  1. Qui suis-je ? (un regard intérieur)
  2. Quel est l’intérêt ou le sens des choses ? (un regard extérieur)
  3. Quelle personne devrait m’accompagner et qui devrais-je aimer ? (un regard latéral).
  4. Et, à la lumière des trois premières réponses, que devrais-je faire de ma vie ??  (un regard vers l’avenir)

Ceux qui ne poursuivent pas des études universitaires acceptent souvent les réponses assignées par leur famille et leur communauté d’origine. Les étudiants universitaires subissent certainement une pression sociale liée à leur milieu d’origine, mais ils disposent de beaucoup plus d’espace et de possibilités pour opérer des changements significatifs.

Des questions inédites

Si les étudiants ont toujours été confrontés à l’une ou l’autre forme de ces questions fondamentales, notre culture séculaire moderne en a intensifié la dynamique. Prenons l’exemple de l’Amherst College dans le Massachusetts, qui définit sa mission comme suit : « Depuis 1821, nous aidons nos étudiants à retrouver leur propre voix, à découvrir leurs propres vérités et à forger leur propre parcours dans le monde. » Difficile de ne pas lire ici une formulation plus évidente de ce qu’on a appelé « l’individualisme expressif ». (Et nous doutons fortement que les fondateurs de l’université en 1821 pensaient aider les étudiants à « découvrir leurs propres vérités »).

Néanmoins, cette mission montre que, plus que jamais, les universités créent des environnements qui encouragent les étudiants à repenser les croyances transmises par leur éducation, y compris celles concernant le sens de leur vie, leurs valeurs et leur identité. Il s’agit-là bien évidemment d’un défi pour les étudiants ayant embrassé la foi chrétienne qui accèdent aux cours du premier cycle universitaire. Mais cela signifie également que les étudiants issus d’autres communautés et d’autres milieux, déracinés de ces derniers, ont donc plus de liberté que celle qu’on leur laissait chez eux pour réfléchir aux affirmations du christianisme

Par ailleurs, alors qu’il peut être considéré comme impoli dans une grande partie de la société d’essayer de convertir les gens à son système de croyance, sur les campus universitaires, c’est essentiellement ce que tout le monde essaie de faire à tout le monde, avec vigueur. Le libre échange des idées et les discussions qui s’ensuivent à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de cours ne sont pas des échanges neutres en termes de valeurs, mais plutôt des lieux de persuasion où les individus débattent et acceptent des explications différentes sur ce qui touche les notions de bien, de vrai et de beau. L’évangélisation s’inscrit parfaitement dans ce cadre-là.

Suffisamment de temps

Une autre raison pour laquelle l’évangélisation est cruciale pendant les années universitaires ne doit pas être négligée : il s’agit du temps. Le rythme de vie des étudiants leur laisse suffisamment de temps pour discuter, s’interroger, étudier et enquêter, un luxe que la plupart des gens n’ont pas. Les étudiants d’aujourd’hui insisteront sur le fait qu’ils sont extrêmement occupés, mais chaque homme ou femme qui obtient un diplôme universitaire et rejoint le marché du travail se rend compte que son emploi du temps était en fait à l’époque plus flexible qu’il ne le sera jamais.

L’université est particulièrement adaptée à l’évangélisation. Il n’existe dans notre culture aucun autre endroit qui offre aux auditeurs l’espace et la liberté, le temps et la posture, pour parler du sens des choses.

Il faut donc battre le fer tant qu’il est chaud. Les étudiants de premier cycle universitaire disposent à la fois de la liberté et de la marge de manœuvre nécessaires pour envisager d’abandonner un ensemble complet de croyances sur la vie et d’en adopter un tout nouveau. Plus tard dans la vie, leur vision du monde « s’installera » à travers des choix professionnels, des amitiés à long terme et de nouveaux liens familiaux. Il leur sera donc beaucoup plus difficile d’obtenir l’attention et l’énergie dont on a besoin pour examiner les fondements de sa vie entière.

L’université est donc, à bien des égards, particulièrement adaptée à l’évangélisation. Il n’existe dans notre culture aucun autre endroit qui offre aux auditeurs l’espace et la liberté, le temps et la posture, pour parler du sens des choses.

L’accès au Monde

Il y a une dernière raison pour laquelle nous devrions accorder à l’évangélisation universitaire une priorité haute. Aujourd’hui, grand nombre d’étudiants internationaux affluent pour recevoir un enseignement occidental. Une raison pour laquelle nous devrions les atteindre a déjà été mentionnée. Loin de leur culture et de leur communauté d’origine, ils sont beaucoup plus accessibles et ouverts à l’examen des affirmations du christianisme qu’ils ne l’ont jamais été auparavant ou qu’ils ne le seront peut-être jamais plus. En effet, de nombreux étudiants qui optent pour une éducation occidentale ont bien l’intention de peser le pour et le contre des visions du monde et des autres religions.

Et il y a une autre chose à garder à l’esprit. Un pourcentage important d’étudiants internationaux retournent dans leur pays et occupent des postes d’influence. Les universités parlent toujours de « former de futurs leaders », mais dans ce cas-là, c’est clairement une réalité. Les étudiants évangélistes peuvent s’engager dans des missions internationales dans des dizaines de pays sans avoir besoin d’un seul passeport. Il n’y a pas de meilleur moyen de « faire de toutes les nations des disciples » qu’en atteignant les étudiants internationaux de nos universités.

Note de l’éditeur : Ceci est un extrait adapté du chapitre de Tim Keller et Michael Keller, « University Missions and Evangelism Today », dans le nouveau livre Serving the Church, Reaching the World: Essays in Honour of Don Carson (IVP UK, 2017).

Sur le même thème : 5 clés efficaces pour l’évangélisation des étudiants

Note de l'éditeur : 

Ceci est un extrait adapté du chapitre de Tim Keller et Michael Keller, « University Missions and Evangelism Today », dans le nouveau livre Serving the Church, Reaching the World: Essays in Honour of Don Carson(IVP UK, 2017).

EN VOIR PLUS
Chargement