×

Dans le premier article sur les menstruations, nous avons vu quelques pistes pour être reconnaissantes pendant nos règles. Mais admettons-le, c’est une lutte ! La baisse de moral, l’irritabilité, la douleur… mettent souvent à mal notre vision des choses avant et pendant les règles. Comment la Bible peut-elle nous aider ?

LA FORCE DANS LA FAIBLESSE

Face à la faiblesse

À bien des niveaux, les menstruations placent les femmes dans une situation de faiblesse :

  • incertitude quant au timing,
  • fatigue,
  • souffrance physique,
  • émotions négatives,

Regardons comment Jésus s’est adressé à des personnes qui ont vécu ce genre de situation. Au chapitre 26 de l’évangile de Matthieu, nous voyons… des hommes faire face aux mêmes types de faiblesses :

  • Les disciples sont dans l’incertitude. Jésus leur a annoncé : « vous trébucherez tous, cette nuit, à cause de moi » (v.31). Mais à quel moment exact ça va arriver ? Qui va trahir Jésus (v.22) ? Comment ça va se passer ? Beaucoup de questions restent en suspens.
  • Les disciples sont très fatigués (v.43).
  • Luc nous rapporte que les disciples sont accablés de tristesse (Luc 22.45).

« Ce n’est pas pareil », me direz-vous. En effet, mais aucune situation n’est parfaitement similaire à la nôtre, car même les états prémenstruel et menstruel varient beaucoup d’une femme à l’autre.

Ce que Jésus dit aux disciples reste pertinent pour toute personne dans la tourmente :

Restez vigilants et priez pour ne pas céder à la tentation. L’esprit est bien disposé, mais par nature l’homme est faible.(Matthieu 26.41)

Lutter en toutes circonstances… à genoux

Parfois, nous imaginons que le combat contre le péché s’applique seulement quand nous en avons la force. En cas de fatigue ou d’hormones turbulentes, nous serions alors excusées de ne pas lutter contre l’irritabilité, la colère, l’apitoiement sur soi, etc.[1]

Solène témoigne : « Dieu m’a fait prendre conscience, il y a quelques années, que je ne devais pas excuser mon péché par mes circonstances, mais lutter, et prier en amont pour avoir la force de ne pas pécher dans ces périodes critiques. » C’est bien ce que Jésus recommande à ses disciples dans leur faiblesse : RESTEZ VIGILANTS et PRIEZ pour ne pas céder à la tentation.

Avez-vous déjà été encouragée par l’attitude d’une femme âgée atteinte d’une arthrose terrible ? Ou par les paroles d’une trentenaire atteinte d’un cancer ? Si nous voulons ressembler à ces modèles dans la souffrance, commençons par lutter contre le péché pendant nos règles !

Les périodes prémenstruelle et menstruelle sont un moment propice pour apprendre à combattre le péché dans la faiblesse de notre corps. Cela signifie avant tout de demander de l’aide à celui qui est capable de nous secourir, ainsi que nous le rappelle Hébreux 4.15-16 :

En effet, nous n’avons pas un grand-prêtre [Jésus] incapable de compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté en tout point comme nous, mais sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir compassion et de trouver grâce pour être secourus au moment opportun.

Quand nous sommes indisposées et que pour cette raison, nous voulons nous autoriser à crier sur notre mari ou sur nos enfants, à mal parler à notre colocataire, à faire subir notre mauvaise humeur aux autres… demandons à celui qui a été tenté en tout point comme nous de nous secourir. Lui qui n’a pas commis de péché veut nous aider à ne pas pécher.

S’appuyer sur Dieu

Le texte d’Hébreux 4.15-16 nous rappelle aussi que Jésus a souffert comme nous. Quand les symptômes prémenstruels minent notre moral, quand nous avons peur que nos règles surgissent au mauvais moment, quand des crampes nous plient en deux, n’hésitons donc pas à crier à Dieu. Celui qui est venu partager notre humanité est sensible à notre souffrance.

Peut-être qu’il est difficile d’admettre notre faiblesse dans une société qui nous incite à être fortes. Et pourtant, la faiblesse est un moyen de rester humbles et de nous appuyer sur Dieu et sur les autres. Acceptons donc nos limites, reposons-nous ou isolons-nous si nous en avons besoin. Et surtout, comptons sur Dieu dont « la puissance s’accomplit dans la faiblesse » (2 Corinthiens 12.8).

En résumé, avant et pendant nos règles, prions, prions, prions ! C’est notre force dans la faiblesse.

[1]  Ces idées sont très bien développées dans l’article www.thegospelcoalition.org/article/fight-with-the-flesh/

Note de l'éditeur : 

Dans la même série :

EN VOIR PLUS
Chargement