Eloge de la pureté sexuelle

Convoitise sexuelle, flirt et séduction, relations sexuelles avant le mariage, pornographie et fantasmes, adultère, abus sexuels : voilà toute une liste de comportements qui ne devraient pas caractériser les chrétiens. Et pourtant, ceux que Dieu a sauvés pour qu’ils soient saints ne sont pas toujours meilleurs que les « gens du monde » sur ces questions de pureté sexuelle. C’est là un gâchis monumental : combien de vies brisées à cause d’écarts en la matière ! Et puis, quel témoignage donnons-nous de la puissance de l’Évangile et de l’œuvre de Dieu si nous sombrons dans l’immoralité ?

Un combat plus difficile qu’autrefois ?

Certains rétorqueront : « Notre société hyper-sexualisée nous pousse au péché. Le combat pour la pureté n’a jamais été aussi difficile ! ». Peut-être bien… et cependant le défi ne date pas d’hier. Dans le livre des Proverbes, on trouve quasiment trois chapitres (5, 6 et 7) consacrés à la question des tentations sexuelles. Un père supplie son fils de rester pur, sobre, solide dans ses convictions. En un mot : sage. Dans les Proverbes, la sagesse est en effet le garde-fou dont le croyant a besoin pour être protégé du mal.

C’est ainsi que les trois sections consacrées aux tentations sexuelles (5.1-23 ; 6.20-35 ; 7.1-27) commencent par une fervente exhortation à craindre Dieu, à suivre sa loi et à rechercher ardemment la sagesse. Les tentations sexuelles éveillent le plaisir des sens, elles suscitent des pulsions et des désirs qui mettent à mal le raisonnement et la volonté. Pour tenir ferme, une seule solution : intérioriser la loi de Dieu et la sagesse, et les employer comme un bouclier contre le péché sexuel.

La sagesse, bouclier contre le dieu du sexe

Un bouclier, vraiment ? Oui, car il s’agit là d’un véritable combat, contre un ennemi acharné. Dans ces chapitres, l’ennemi est dépeint sous les traits d’une femme mariée et adultère, étrangère à l’alliance de Dieu (Pr. 5.3), corrompue (Pr. 6.24), pleine de ruse, attachée à son péché et ayant soif d’aventures (Pr. 7.10-12). Par ses lèvres mielleuses, cette séductrice « allume » ses victimes pour les attirer avec elle dans les vices qu’elle aime tant.

De telles personnes existent encore aujourd’hui, parfois dans la « vraie vie », parfois dans le monde virtuel (par exemple, des célébrités ou les femmes des publicités). Cependant, derrière l’avertissement du père à son fils, il faut voir un avertissement non seulement contre les séductrices, mais aussi contre toute impureté sexuelle. Car dans toute tentation sexuelle, on trouve toujours le même ennemi : le diable, qui met le dieu du sexe sur un piédestal et qui la fait passer pour une idole propre à donner le bonheur.

Devenir plus radical

Que faire pour résister ? Comment un sage se comporte-t-il dans de telles situations ? En premier lieu, il écoute cette recommandation : « Éloigne d’elle ton chemin et ne t’approche pas de la porte de sa maison » (Pr. 5.8). Pour illustrer ce propos, le père prend un contre-exemple : celui d’un jeune homme qui a foncé droit dans le piège (Pr. 7.6-23). Qu’a-t-il fait ? Il a passé lentement et de nuit dans la rue près du coin où se tient une femme.

Voilà un cas d’école, qui nous rappelle que, face à l’impureté, il faut être bien plus radical. Au contraire de ce jeune homme, nous devons à tout prix garder nos distances avec les lieux de tentations. Randy Alcorn, dans « Le choix de la pureté » (éd. BLE Europe), écrit : « Notre pureté sexuelle ne peut pas être renforcée si nous continuons à faire tout ce que nous avons toujours fait. Nous devons modifier nos habitudes. Nous sommes des sentinelles chargées de protéger un bien extrêmement précieux : notre cœur ». Car le combat commence par la protection de notre cœur et de nos pensées (Matt. 15.19).

Renoncer aux vacances à la plage ?

Concrètement, cette fuite face aux tentations peut nécessiter, selon la sensibilité de chacun, de ne plus passer par tel quartier de notre ville, de ne plus se rendre dans tel fitness et même de ne plus partir en vacances sur des plages peuplées de créatures en bikini. Il s’agira peut-être de ne plus prendre la pause-café en même temps qu’une collègue qui nous fait tourner la tête, de changer de coiffeur s’il est trop séduisant, de ne plus s’enfermer dans notre chambre avec notre petit ami, de jeter nos films immoraux, etc.

Au contraire de ce jeune homme, qui flâne de nuit dans des endroits douteux, nous devons aussi marcher dans la vie d’un pas décidé : lire un bon livre, aller courir ou téléphoner à un ami vaut souvent mieux que de s’affaler devant la télévision. La vigilance est de mise, en particulier lorsque nous sommes particulièrement fatigués ou tentés par le relâchement.

Le péché est parfois si attirant…

La sagesse de ces chapitres des Proverbes invite aussi le croyant à regarder au-delà des apparences. Le diable sait fort bien que les chrétiens sont vulnérables en ce qui concerne les tentations sexuelles, et il ne se prive pas de faire passer le péché sous un jour attirant. Il utilise à son service les campagnes publicitaires, les médias, les créateurs de mode (avec leurs vêtements indécents), les valeurs de la société, les lobbies LGBT (qui font pression pour rendre l’impureté acceptable), certains philosophes et penseurs. Que faire pour résister ? Voir les mensonges qui se cachent derrière le péché sexuel ! On trouve plusieurs mensonges dans ces chapitres 5-7.

Douceur ou amertume ?

Tout d’abord, le mensonge de la douceur et de la beauté (Pr. 5.3-4 et Pr. 6.25). Le père rappelle à son fils que le péché sexuel n’a rien de doux : il est amer, c’est un poison, comme l’absinthe. Lorsque les désirs semblent « trop forts », que les pulsions se réveillent, le chrétien doit alors se souvenir qu’il s’agit là d’un piège. Le diable ne veut pas notre bien, il veut notre mort. Il utilise la beauté, à laquelle notre société est particulièrement sensible, pour détourner nos cœurs de la véritable beauté : la beauté de Dieu et, chez notre prochain, la beauté du cœur (1 Samuel 16.7).

Le péché sexuel éveille tous les sens et les fantasmes

Nous voyons aussi de nombreux mensonges dans la stratégie de la femme perverse de Proverbes 7. Elle éveille tous les sens et tous les fantasmes du jeune homme : le toucher (elle le saisit et l’embrasse), le goût (elle lui promet qu’ils pourront se régaler de la viande du sacrifice qu’elle vient d’offrir), l’odorat et la vue (elle dit avoir préparé la chambre avec des parfums, des fils d’Égypte, etc.) et l’ouïe (elle le flatte en lui disant : « C’est toi que je voulais »).

Voyez-vous les mensonges de notre société derrière cette approche rondement menée ? On nous fait croire que si l’on cède à la tentation sexuelle, on se sentira mieux aimé : combien de gens accèdent au péché parce qu’ils ont confondu amour et sexe, oubliant que le véritable amour est un amour qui se donne, qui se construit et qui dure toute la vie. On nous fait croire que « sexe » rime avec « plaisir et liberté » : le diable prétend que ceux qui assouvissent leurs fantasmes, qui écoutent cette femme avec ses promesses d’exaltation sexuelle jusqu’au matin, seront comblés et libres. C’est en réalité le plus vieux mensonge de Satan, qu’il a fait avaler à Eve : « Tu es esclave, mais si tu manges de ce fruit, tu seras réellement libre ». Là encore, la vérité de la Bible remplace ce mensonge subtil en affirmant que la liberté que propose le monde conduit en réalité à un esclavage caractérisé par une culpabilité tenace ainsi que par une envie de recommencer et d’aller toujours plus loin.

Un engrenage de mort aux conséquences désastreuses

Enfin, la femme fait miroiter à sa victime que tout ira bien : son mari est en voyage, personne ne les surprendra et ce petit écart restera impuni. Pécher dans le secret est sans conséquences : voilà qui est alléchant ! Pourtant, Dieu nous avertit : le jeune homme qui a suivi cette femme ressemble en réalité à un bœuf qui va à l’abattoir (Pr. 7.21-23).

Voilà la vérité, que le père assène dans ces chapitres : tomber dans le péché sexuel, c’est tomber dans un engrenage de mort (Pr. 6.26-29). Un chrétien qui se laisse entraîner dans une telle spirale deviendra peu à peu dépendant à une idole sanguinaire. Cet engrenage l’amènera à la honte, aux regrets et à l’impossibilité de revenir en arrière (Pr.5.11-13 et 6.30-35). Le péché sexuel provoque des blessures relationnelles profondes, il détruit des couples et des familles, il coûte cher financièrement parlant, il conduit souvent au mensonge et à une vision pervertie du monde et de la sexualité, il amène les anciens de l’église à devoir prendre des mesures disciplinaires. Celui qui persiste dans de tels péchés démontrera finalement qu’il n’est peut-être pas véritablement chrétien et que la mort spirituelle l’attend…

Les remèdes ? Sagesse, crainte de Dieu et obéissance fidèle :

Garde mes commandements afin que tu vives, et mes enseignements comme la prunelle de tes yeux. Attache-les sur tes doigts, écris-les sur la table de ton cœur (Pr. 6.3-4).

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement