×

Quinze jours après l’événement,  les attentats terroristes de Paris continuent à hanter les esprits et à alimenter la une des médias. Ils réussissent même à jeter une ombre sur la conférence sur le climat, COP21, qui a actuellement lieu à Paris Le Bourget. Les mesures de sécurité sont draconiennes pour assurer la protection des 150 chefs d’État et les milliers de négociateurs. Les Parisiens sont invités à rester à la maison, à ne pas prendre leur voiture ou le métro, car de nombreux axes routiers sont bloqués à toute circulation et plusieurs liaisons des transports en commun sont suspendues! 

Cependant, les Églises ne sont pas inactives. Nous avons recueilli le témoignage de trois pasteurs qui cherchent à mobiliser la prière pour la « ville des lumières » !   

Le weekend du 13-15 novembre, l'ambiance à Paris était sombre. Beaucoup de Parisiens sont restés chez eux : ils étaient en état de choc, avec des sentiments mélangés de perplexité, de colère et de crainte.

Notre Église a maintenu ses cultes. Dans la providence de Dieu, la communauté du matin et celle du soir avaient justement décidé il y a quelques semaines de passer l'après-midi du 15 ensemble. Nous avons fait des jeux avec les enfants et beaucoup discuté sur notre réaction appropriée en tant que chrétiens. Et bien sûr nous avons prié pour notre ville et les uns pour les autres.

Le mouvement #prayforParis a été d'un très grand encouragement pour nous. On a noté qu'il y a eu autant de tweets en l'espace de dix heures que #jesuisCharlie au début de l'année en cinq jours. Oui, Paris a besoin de nos prières – d'autant plus que les médias français ont à peine évoqué ce hashtag.

En tant qu'Église parisienne, nous aspirons à de véritables conversions dans Paris intramuros. Les trois arrondissements de l'ouest parisien (où notre salle est située) comptent 580 000 habitants, mais seulement une poignée d'Églises évangéliques.

David Brown, pasteur de l'Église Protestante Évangélique de Paris-Villiers 

Priez que nous puissions proclamer fidèlement la Parole de Dieu dans ces temps difficiles. Priez pour nous, pasteurs et autres responsables d’Église, afin que nous puissions proclamer, de manière à la fois profonde et pratique, l’espérance que nous trouvons dans l’Évangile.

Beaucoup de Français réagissent à ces événements terrifiants par le relativisme, en portant comme un étendard le vide spirituel de notre temps et en revendiquant le droit à l’insouciance. Prions que Dieu nous donne le courage et la clarté nécessaires pour affirmer que le péché est un problème profond et qui concerne tous les hommes, pas seulement les extrémistes. Nous devons affirmer avec force que l’unique véritable espérance pour notre cité et notre nation se trouve en Christ. Nous croyons aussi que Dieu nous ouvre des portes nouvelles pour bénir nos concitoyens non-croyants, non seulement par l’annonce de la Parole, mais aussi par un engagement à « honorer tout le monde» (1 Pierre 2.17) et à aimer notre prochain.

Par la grâce de Dieu, personne dans notre Église n’a été blessé ou tué. Certains se sont trouvés toutefois très proches des événements – deux pères et leurs fils respectifs, en particulier, se trouvaient au Stade de France pour le match France-Allemagne et ont entendu les détonations. Mais nous avons tous, à différents degrés, subi un choc.

Comme dans toute tragédie, certains se demandent pourquoi Dieu n’a pas empêché ce drame. D’autres sont tentés par des réactions antimusulmanes viscérales. Tous ont besoin d’entendre la voix de Dieu, par sa Parole, de faire silence dans la cacophonie qui domine notre société et nos médias. Nous sommes encouragés en tout cas de voir que les chrétiens parisiens ont profondément à cœur d’être témoins de Christ, tout en trouvant cela difficile dans un pays où l’expression publique de la foi est associée de plus en plus à l’intolérance et la violence. 

En pensant à Paris dans vos prières, intercédez auprès de Dieu pour que nous puissions manifester Sa paix dans la fidélité à l’Évangile. Priez tout particulièrement pour les conversations que beaucoup auront encore avec leurs proches, collègues, ou voisins non croyants. Nous demandons au Seigneur d’ouvrir de nouvelles portes pour l’Évangile, et nous prions pour un véritable réveil spirituel. 

La Ville de Lumière est un désert spirituel depuis des siècles (dans lequel, par la grâce de Dieu, on trouve tout de même quelques oasis !) Nous constatons toutefois, de manière indéniable et incontestable, que la puissance de Dieu est à l’œuvre. Plusieurs Églises évangéliques sont implantées chaque année dans la capitale. Notre propre Église connaît une phase de croissance particulièrement encourageante. Nous sommes également témoins d’une unité remarquable entre familles d’Églises différentes au service de la cause de l’Évangile. Et nous voyons des hommes et des femmes se tourner vers Christ, non pas en masse, mais dans un flux régulier et croissant. 

Nos concitoyens ont de moins en moins d’illusions à l’égard des fausses réponses offertes par la pensée laïque dominante. Or beaucoup n’ont jamais véritablement entendu l’Évangile. Leur connaissance du Christianisme se limite le plus souvent à quelques traditions catholiques ou à de vagues clichés sur l’amour du prochain.

Priez que l’ « ADN » de notre ville – à bien des égards un mélange d’hédonisme et de nihilisme – soit peu à peu transformé par ces communautés nouvelles et croissantes qui témoignent de l’Évangile. Priez pour que, en écho à l’appel lancé par le Seigneur à l’apôtre Paul à Corinthe (Actes 18.9-10), nous n’ayons pas peur et ne nous taisions pas, car nous n’en doutons pas : Dieu va appeler à lui un peuple nombreux dans notre ville.

Matthieu Sanders, Pasteur de l’Église Évangélique Baptiste de Paris Centre

Prions que Dieu nous aide à conduire les Parisiens qui sont confus, en colère et endeuillés aux pieds du Roi que Dieu nous a donné comme Bon Berger. Dans ce combat que mène l’islam radical contre notre société majoritairement athée et matérialiste, prions que beaucoup reconnaissent la nature creuse et stérile des deux idéologies et découvrent la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.

Prions également que le Seigneur nous donne des occasions de nous montrer compatissants et aimants envers ceux qui professent la foi musulmane. Beaucoup d’entre eux se sentent aujourd’hui isolés et méprisés par leurs concitoyens. Prions que ces musulmans puissent se tourner vers Christ et trouver par lui et par son œuvre un bon Père céleste qui les aime.

Prions pour nos Églises et pour nos responsables. Prions que Dieu nous donne une vision de la manière d’implanter des Églises fidèles et centrées sur l’Évangile dans les villes et là où les jeunes sont exposés à la radicalisation.

Prions également que nous ne soyons pas amers, apeurés ou tentés par un nationalisme agressif et revanchard. Prions que l’Esprit nous donne de faire confiance à la souveraineté de Dieu et de vivre notre foi et notre espérance avec confiance et miséricorde en tant qu’étrangers et exilés dans un environnement qui n’est pas notre « chez nous » ultime.

Prions enfin pour notre gouvernement qui, avec tous les élus, réfléchit comment réagir à tous ces événements. Prions que Dieu leur donne de sa sagesse et que les choix de nos autorités puissent servir le bien de tous nos concitoyens à long terme. Prions que les mesures adoptées ne restreignent pas notre liberté de proclamer la Bonne Nouvelle à tous.  

Trevor Harris, Pasteur de l’Église Évangélique de La Garenne-Colombes (Paris-Ouest)

EN VOIR PLUS
Chargement