Aidez TGC Évangile21 à équiper les croyants pour qu'ils restent fermement attachés à l'Évangile dans une culture qui change radicalement.

×
Parcourir
Note de l'éditeur : 

Cet article renvoie à de nombreux articles en anglais, nous avons fait le choix de laisser ces liens pour nos lecteurs anglophones qui souhaiteraient approfondir le sujet

Il n’y a sans doute pas de moment plus formateur que celui qui suit le moment où un être cher vous fait part de sa douleur. Les relations sont définies par ce qui se passe pendant ces secondes sacrées. Vos paroles peuvent apporter la guérison ou le mal, communiquer l’amour ou le jugement, construire ou détruire la confiance.

L’écoute est presque toujours le moyen le plus sûr de prendre soin d’un ami qui souffre, car elle établit la confiance, facilite la compréhension, ouvre la porte à la découverte de soi et à la croissance, et communique puissamment le cœur et l’amour du Christ. Jésus a excellé dans le ministère de l’écoute, et il veut que nous suivions ses traces.

Toutefois, Jésus ne s’est pas contenté d’écouter les personnes souffrantes ; il leur a également adressé des paroles de vie. Bien que nous devrions toujours adopter une approche privilégiant l’écoute, nous devrions également rechercher des occasions pour prononcer des paroles d’espoir et d’encouragement. Une parole dite à propos peut apporter la bénédiction et même la guérison : « Les paroles agréables sont un rayon de miel : elles sont douces pour l’âme et porteuses de guérison pour le corps. (Prov 16:24 ; voir aussi Prov 12:18 ; Prov 25:11).

Malheureusement, nous nous trouvons souvent mal équipés pour adresser des paroles de vie à des êtres chers qui souffrent. Voici sept phrases utiles à garder en tête.

1. “Merci d’avoir partagé cela avec moi”

Lorsqu’une personne vous dévoile son cœur, elle vous confie un bien inestimable en vous disant : « J’ai suffisamment confiance en toi pour que tu t’en occupes avec soin ». Reconnaissez le privilège de ce moment. C’est un honneur qu’elle vous fasse suffisamment confiance pour se montrer vulnérable. Honorez-la en exprimant votre reconnaissance.

Exprimer sa gratitude, c’est dire : « Tu as de la valeur à mes yeux et je te suis reconnaissant de me confier quelque chose d’aussi précieux que ton cœur ». Reconnaître la valeur du cœur et des sentiments d’une personne qui souffre est l’une des façons les plus simples et les plus efficaces de l’honorer.

Reconnaître la valeur du cœur et des sentiments d’une personne qui souffre est l’une des façons les plus simples et les plus efficaces de l’honorer.

2. “C’est une situation difficile”

La souffrance peut être un terrain propice à l’accusation. Parfois, cette accusation est auto-infligée, mais souvent elle est perpétuée par une figure d’autorité ou un pair malavisé (ou abusif) – ou même par l’Accusateur, qui dit aux personnes souffrantes :

« Allez, prends sur toi. Quel genre de chrétien es-tu ? »

« Tu ne devrais pas être encore endeuillé à cause de ça. »

« Pourquoi as-tu de la peine ? Tu dois certainement manquer de confiance en Dieu. »

« Pourquoi es-tu confus ? Tu dois certainement manquer de foi authentique. »

« Pourquoi es-tu anxieux ? Tu dois certainement être dans le péché. »

Lorsque vous reconnaissez la difficulté d’une situation, vous rappelez à la personne qui souffre qu’elle n’est ni folle, ni stupide, ni pécheresse de se sentir blessée ou confuse. En tant que personnes limitées marchant aux côtés de personnes limitées dans un monde brisé et complexe, la chose la plus appropriée que nous puissions dire est souvent simplement « C’est difficile ».

Une autre phrase utile est  » Ceci n’est pas normal « . Ce sentiment est particulièrement approprié lorsque la personne qui souffre a été maltraitée ou abusée. Reconnaître le caractère répréhensible de l’injustice est une bonne chose ; le Christ entend vos paroles et dit « Amen ». Jésus voit et déteste les effets ravageurs du péché (Prov. 8:13 ; Es. 59:13), il pleure avec son peuple (Isa. 53:4 ; 63:8-9 ; Jean 11:33-35), et il reviendra un jour pour apporter le jugement et rétablir toutes choses (Apoc. 21:1-8 ; 22:1-7).

3. “Mon cœur souffre pour toi”

Je me souviens encore de la première fois où quelqu’un (un ami de longue date de la famille) m’a adressé ces mots exacts. Je me souviens m’être dit : « Je ne crois pas avoir déjà ressenti autant d’amour en cinq mots ». Non seulement cette personne voyait et reconnaissait ma souffrance, mais elle s’en souciait suffisamment pour y participer.

L’expression de votre douleur compatissante modèle le Christ, qui entre dans notre douleur (cf. Esaïe 53, 4 ; 63, 8-9 ; Actes 9, 1-5). Elle soulage également la solitude de la personne qui souffre, ne serait-ce que pour un instant. Ces mots rappellent à votre proche qu’il ne marche pas seul. Peu de choses sont plus réconfortantes pour une âme blessée.

4. “Merci de refléter le Christ”

L’encouragement est un traitement universel pour les âmes en peine. Ne quittez pas une interaction avec un être cher qui souffre sans lui avoir administré ce remède. Même si vous ne pouvez pas changer sa situation, vous pouvez le soutenir en lui adressant un mot d’encouragement spécifique.

Pendant que votre proche vous explique ses difficultés, écoutez attentivement pour savoir ce qu’il fait de bien. Reconnaissez ces points et remerciez-le pour son exemple. Voici quelques phrases utiles :

« J’admire la façon dont tu [insérer le comportement] ».

« Ton [insérer le comportement] m’encourage et glorifie Dieu ».

« Ton [insérer le comportement] est une preuve évidente de l’action du Saint-Esprit en toi ».

Lorsque vous reconnaissez que les efforts d’une personne souffrante vous encouragent, reflètent le Christ ou servent le peuple de Dieu, cela lui rappelle que Dieu est à l’œuvre et que sa souffrance n’est pas vaine.

5. “Ce verset a été important pour moi ».

Aucune parole n’aide davantage une personne qui souffre que les paroles de Dieu. L’Écriture est une nourriture pour les affamés (Matt. 4:4), un réconfort pour les affligés (Ps. 119:49-50), la vie pour ceux qui marchent dans la vallée de l’ombre de la mort (Ps. 119:25, 50, 107 ; Jean 6:63). Lorsque vous accompagnez un être cher qui souffre, rappelez-lui la présence et les promesses de Dieu :

  • Dieu voit, entend, sait et se soucie de ta souffrance (Ex. 3:7-8 ; 1 P. 5:7).
  • Dieu est avec toi dans la souffrance (Ps. 34:18 ; Héb. 13:5).
  • Dieu est heureux de tes efforts et te récompensera (Matt. 6:4 ; Gal. 6:9 ; Héb. 11:6).
  • Dieu te délivrera un jour de tes souffrances (Apoc. 21:1-7 ; 2 Tim. 4:18).

Prier avec un proche qui souffre est un autre moyen efficace d’utiliser vos paroles pour le bénir et l’orienter vers la présence et les promesses de Dieu. L’un de mes passages préférés à prier avec des personnes aimées qui souffrent est le Psaume 143 (en particulier les v. 6-12).

Nous devons faire attention à la manière dont nous présentons l’Écriture à une personne souffrante. La Parole de Dieu ne doit jamais être utilisée pour minimiser la souffrance (effet pansement) ou pour montrer notre supériorité sur l’autre personne (dénigrement). Vous avez entendu les conseils inutiles :

Vous êtes déprimé ? Philippiens 4:4 dit : « Réjouissez-vous toujours ! ».

Vous êtes anxieux ? Philippiens 4:6 dit : « Ne vous inquiétez de rien ».

Vous vous sentez seul ? La Parole de Dieu nous dit de rechercher des relations. Avez-vous essayé de passer du temps avec des gens ?

De telles affirmations traduisent l’arrogance (« Regarde la sagesse que j’ai et que tu n’as pas ») et l’ignorance (« Ta souffrance est un problème facile à résoudre ; tu n’as qu’à lire ce verset »). Ne présumez pas que la douleur d’une personne souffrante est un problème simple à résoudre ou une leçon que cette personne doit apprendre.

La Parole de Dieu ne doit jamais être utilisée pour minimiser la souffrance (effet pansement) ou pour montrer notre supériorité sur l’autre personne (dénigrement).

6. “Que puis-je faire pour aider ?”

Au cours de la conversation, vous pouvez demander :  » Quelle serait la chose la plus utile que je puisse faire actuellement ? Écouter ? Prier avec toi ? Partager mes pensées ? » Poser cette question (et honorer sa demande) permettra de lui communiquer de l’amour et vous indiquera comment le servir le plus efficacement possible.

Après la conversation, vous pouvez demander : « Comment puis-je prendre soin de vous dans les jours à venir ? » Il est souvent utile de faire des suggestions précises :

« Pourrais-je t’apporter un repas jeudi ? »

« Serait-il utile que j’aille chercher ton fils à l’école vendredi pendant ton rendez-vous chez le médecin ? »

« Aimerais-tu que nous nous rencontrions avant ton entretien de lundi pour discuter de certaines de tes réponses potentielles ?

Ne partez pas du principe que vous connaissez les besoins de la personne qui souffre (que ce soit au cours de la conversation ou par la suite). Proposez-lui des suggestions, mais laissez-la vous dire ce qui lui conviendrait le mieux.

7. Rien.

Le silence est parfois la réponse la plus appropriée à la souffrance d’une personne. Immédiatement après la perte d’un proche ou suite à une expérience traumatisante, les mots peuvent être étouffants, voire blessants. Il en va de même lorsqu’une personne aimée se met à pleurer en partageant sa douleur. Dans ces moments-là, la meilleure façon de montrer son amour et son soutien est non verbale. Prenez-la dans vos bras. Pleurez avec elle. Tenez-lui la main. En général, lorsque la souffrance d’une personne est intense, ce dont elle a le plus besoin, c’est que vous soyez simplement là (voir Job 2:12-13).

Une bonne habitude à prendre lorsqu’une personne souffrante partage sa douleur est de ne rien dire pendant au moins cinq secondes lorsque c’est à votre tour de parler. Cette pause intentionnelle permet à l’autre personne de respirer et de partager tout ce qu’elle a sur le cœur ou à l’esprit. Elle indique également que je suis là pour écouter et comprendre, et pas seulement pour vous aider ou partager ce que je pense.

Lorsque quelqu’un vous fait part de sa souffrance, vous avez une occasion en or de montrer le cœur du Christ. Tirez-en le meilleur parti en écoutant bien, en priant pour obtenir l’aide de l’Esprit et en prononçant des paroles de grâce et d’amour.

EN VOIR PLUS
Chargement