×

Dans le cadre du ministère pastoral, la prédication et le counseling biblique sont-ils des moyens complémentaires de proclamer Christ ? Est-ce que l’un est plus important que l’autre ? Ou bien l’un est-il essentiel et l’autre secondaire ? Les étudiants en théologie et les pasteurs sont loin d’être unanimes à ce sujet.

Il est important de bien définir les termes, et particulièrement dans ce cas-ci. Ce que j’entends par prédication, c’est le ministère public de la Parole – la proclamation publique de Jésus – lorsque le prédicateur parle et les auditeurs écoutent. Ils réagissent aussi, mais pas de manière directe, en face à face. Et ce que j’entends par counseling biblique, c’est le ministère personnel de la Parole – la proclamation personnelle de Jésus et des conséquences de sa mort et sa résurrection – lorsqu’une personne parle et l’autre répond, sous forme de dialogue. Ces échanges peuvent être formels, lors de rendez-vous, mais la plupart du temps, il s’agit d’une conversation de cinq minutes après la rencontre en église, ou dans le contexte de la vie quotidienne.

Dans le ministère pastoral, la proclamation publique et la proclamation personnelle de la Parole sont deux manières importantes pour faire connaître l’œuvre de Christ.

La prédication et le counseling biblique sont complémentaires

Dans le ministère pastoral, la proclamation publique et la proclamation personnelle de la Parole sont deux manières importantes pour faire connaître l’œuvre de Christ. Les deux sont scripturaires, mais le counseling biblique (qu’il soit formel ou informel) prend plus de temps, car nous passons plus de temps à parler aux gens qu’à prêcher aux gens.

L’apôtre Paul résume ainsi son ministère pastoral :

« C’est lui que nous annonçons, exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu toute homme, devenu parfait en Christ. » (Colossiens 1.28).

Paul l’a fait publiquement, dans les synagogues, et personnellement, au cours de ses conversations de tous les jours. Aucune distinction ou prédominance n’est perceptible entre ces deux facettes de son ministère, autant dans ses écrits que dans le livre des Actes.

La prédication et le counseling biblique ne devraient pas être antagonistes

Vous avez peut-être entendu certaines personnes parler de la primauté de la prédication. Dans sa forme originale, elle semble avoir été une réponse des réformateurs à l’autorité papale et à la primauté de la messe. À l’époque, cela revenait à dire « Donnons la primauté aux Écritures et à leur proclamation ». Aujourd’hui, cela veut dire que le sermon du dimanche est le centre de la vie de l’église et de l’appel pastoral. Jusqu’ici, tout va bien. Enfin, je crois. La plupart des évangéliques s’accordent à dire que la prédication de la Parole est essentielle à la vie de l’église locale. Mais lorsque la primauté de la prédication est mentionnée de nos jours, elle n’est plus mise en contraste avec la messe catholique. Elle est plutôt mise en contraste avec d’autres aspects habituels de la vie du pasteur, comme le soin pastoral individuel, que l’on appelle aussi le counseling biblique.

Les Écritures ne font pas de distinction précise entre la prédication publique et le ministère de la Parole individuel.

Notre point de vue, comme pour tout ce qui concerne la théologie, a des conséquences, dont certaines sont voulues, et d’autres non. Lorsque le soin pastoral individuel est mis en opposition plutôt qu’en complémentarité au soin pastoral public, il le relègue au ghetto théologique. L’absence de soin pastoral, ou son importance diminuée, peut amener les membres de l’assemblé à penser qu’ils n’ont pas besoin de parler de leurs faiblesses, de leurs luttes. Ils n’ont pas l’autorisation biblique claire de demander de l’aide pour leur âme, ou de venir en aide à quelqu’un d’autre. Ce n’est pas ce que nous souhaitons communiquer à nos églises, aucun d’entre nous.

Je dirais que les Écritures ne font pas de distinction précise entre la prédication publique et le ministère de la Parole individuel. Dans les deux cas, il s’agit de la proclamation de la Parole. L’un n’est pas moins important que l’autre. Puisque les deux sont de la même importance, l’objectif du pasteur est de grandir à la fois dans son soin pastoral et dans sa prédication. Il accordera par conséquent autant d’attention au ministère individuel de la Parole (soin pastoral) qu’à la préparation de ses prédications.

EN VOIR PLUS
Chargement