×

Courir avec persévérance : Les défis du ministère pastoral

Note de l'éditeur : 

Extrait du livre “Courir avec persévérance”.

Le ministère peut devenir une fausse identité 

Nous pouvons aussi tomber dans la vanité lorsque nous empruntons une fausse identité à cause de notre ministère. Nous tendons alors à nous identifier personnellement à notre ministère au point que son succès (ou son manque de succès) devient notre succès (ou notre manque de succès). 

Une fois que vous commencerez à vous identifier de la sorte, vous créerez une fausse identité qui dépendra de votre performance dans le ministère. Si vous ne comprenez pas ce point, il risque d’être votre pire ennemi dans un avenir proche. 

Qu’est-ce que je veux dire par fausse identité ? Elle peut se manifester de quatre façons au moins. 

Courir avec persévérence
Collectif
Courir avec persévérence
Collectif
BLF Éditions - Évangile21. 192 pages.

Des pasteurs parlent aux pasteurs. Ce livre s’adresse aux pasteurs et responsables d’Églises qui font face à des épreuves douloureuses liées à leur ministère.

Les auteurs sont des pasteurs expérimentés qui se sont lancés dans la course il y a longtemps et qui persévèrent encore aujourd’hui. Avec compassion et en s’appuyant sur la Bible, ils partagent leur souffrance dans le domaine, mais aussi leur fidélité et leur endurance. Vous trouverez en eux des sortes de mentors à distance. Par de nombreux conseils pratiques qui puisent dans la sagesse biblique, ils vous racontent, à cœur ouvert, comment Dieu a travaillé à leur sanctification à travers les épreuves de la réalité pastorale.

BLF Éditions - Évangile21. 192 pages.

1. Le succès 

Chacun d’entre nous peut élaborer une fausse identité en fonction des circonstances et de ses performances. Tous les chrétiens luttent contre cette tendance. Tous les non-chrétiens luttent contre cette tendance. Lorsque vous travaillez à plein temps dans le ministère, vous devrez affronter la rançon du succès d’une manière ou d’une autre. Quand les gens se joindront à votre Église, vous prendrez cela pour une marque d’approbation. Quand ils la quitteront, vous le prendrez pour une attaque personnelle. 

2. Les critiques 

Si vous avez fondé votre fausse identité sur votre ministère, vous n’aurez pas la force d’assumer les critiques. Elles vous blesseront profondément parce qu’elles remettront en question vos qualités de pasteur. Les critiques lancent : « Tu sais, tes prédications ne sont pas vraiment géniales… Je cherche un meilleur pasteur ». C’est comme une attaque personnelle. Aussi, soit la critique vous dévaste, soit vous la rejetez et n’en tirez alors aucun profit. 

3. La lâcheté 

Si votre ministère devient votre fausse identité, vous succomberez à la lâcheté. Deux types de lâcheté existent. La vraie lâcheté : vous avez peur de faire des vagues ou d’offenser les gros donateurs de l’Église ou vous craignez de faire fuir les jeunes à cause de vos prédications. C’est là de la vraie lâcheté. Mais il y a une autre sorte de lâcheté que j’appellerais une « contrefaçon » de lâcheté. C’est la lâcheté qui vous rend trop abrasif, trop dur. Vous faites fuir les gens pour vous vanter : « Regardez comme j’ai le courage de dire la vérité ». Là encore, vous vous êtes identifié à votre ministère. 

4. La comparaison 

Un dernier signe qui montre que vous êtes tombé dans une fausse identité : vous ne supportez pas les comparaisons. La réussite des autres vous rend jaloux parce que vous pensez qu’ils ne travaillent pas aussi dur que vous ou que leur théologie est moins habile que la vôtre. Tout est au beau fixe pour eux dans le ministère… et cela vous chagrine. 

Cher pasteur, il n’y a rien de pire que de s’identifier à son propre ministère. Et d’ailleurs, si vous ne croyez pas qu’il s’agit d’un combat de toute une vie, vous ignorez ce qui se passe dans votre propre cœur. 

EN VOIR PLUS
Chargement