Les tests de personnalité n’excusent pas votre péché

Photo by Green Chameleon on Unsplash

Je n’ai jamais beaucoup réfléchi aux termes « extraverti » et « introverti » jusqu’à ce que je me marie et que je me demande pourquoi mon conjoint et moi étions si différents. Prenez, par exemple, le dimanche : le jour le plus consacré à la sociabilité de notre semaine. Mon époux est le pasteur, et, après le culte, nous rencontrons souvent des visiteurs. Il semble s’épanouir dans ce type d’interactions – plus même, il est réellement bon dans ce domaine. L’idée de marcher à la rencontre d’un groupe de nouvelles personnes et de se joindre à leur conversation le stimule.

Moi, par contre, j’ai souvent trouvé refuge en prolongeant mon séjour dans la salle de repos de l’église. De cette manière, je pouvais échapper à la gêne de devoir rencontrer de nouvelles personnes et d’épuiser les sujets de conversation, tout en ne paraissant pas égoïste.

Il serait facile d’utiliser mon caractère plutôt introverti comme excuse pour justifier ma tendance à éviter de rencontrer des gens. Mais est-ce qu’il est juste de fuir les gens parce que cela me met mal à l’aise ?

Vous avez probablement remarqué la lourde insistance mise depuis ces dernières années sur la découverte de votre type de personnalité ou votre type Ennéagramme. Bon nombre de ces recherches ont été incroyablement utiles. Identifier les forces et les faiblesses de votre personnalité (et des personnalités de ceux qui vous entourent) peut vous aider à avoir de meilleures relations avec ceux qui ne vous ressemblent pas.

Les chrétiens qui promeuvent des tests comme l’Ennéagramme affirment qu’ils ont une réelle valeur pour diagnostiquer nos faiblesses et nous encourager dans notre progrès pour ressembler à Christ. « La force de l’Ennéagramme est le fait qu’il montre les points où nous pourrions avoir besoin d’aide et quels sont les vices qui pourraient causer des divisions avec les autres, et même en nous-mêmes, » écrit John Starke. « En tant que chrétiens, nous utilisons l’Ennéagramme comme un outil pour trouver la guérison non en devenant notre vrai moi, mais en nous trouvant nous-mêmes davantage vraiment en Christ. »

Mais j’ai aussi relevé un autre aspect à ce voyage plein de bonnes intentions dans la connaissance de soi. Parfois, au lieu de nous servir des résultats de notre test de personnalité comme un outil, nous pouvons aussi les considérer comme une déclaration infaillible de ce que nous sommes et de la manière dont nous allons agir. Pire encore, nous pouvons les utiliser comme une excuse pour pécher.

Myers-Briggs me l’a fait faire

Il est tentant de penser que la raison pour laquelle je n’ai pas envie de rencontrer de nouvelles personnes, est tout simplement le fait que je ne suis pas faite pour cela. Mais cela ne serait pas totalement vrai. Souvent, je ne le veux pas, à cause du péché. Je n’aime pas me sentir gênée, aussi je peux essayer de faire passer mon égoïsme pour « juste une partie de ma personnalité ». Oui, il m’est peu agréable de m’ouvrir et d’accueillir des personnes dans ma vie. Mais cela ne signifie pas que je peux ignorer le commandement de Dieu d’aimer mon prochain comme moi-même (Marc 12:31).

La personnalité est un don de Dieu – autant une part de vous-mêmes que vos mains ou vos bras. Mais tandis que les personnalités sont conçues par Dieu, quelque chose s’est produit il y a des milliers d’années qui a eu un impact négatif sur toutes les personnalités. Nous l’appelons la chute de l’Homme. À cause de la chute, tous les humains sont maintenant marqués par le péché, et ce que Dieu nous a donné comme un bon don, nous l’avons souvent transformé en un outil de rébellion.

Au lieu de nous servir des résultats de notre test de personnalité comme un outil, nous pouvons aussi les considérer comme une déclaration infaillible de ce que nous sommes et de la manière dont nous allons agir. Pire encore, nous pouvons les utiliser comme une excuse pour pécher.

Avoir des résultats de tests Myers-Briggs qui nous déclarent timides ou audacieux, rationnels ou intuitifs, relationnels ou solitaires peut, quand nous les utilisons mal, conférer une légitimité à notre péché. Un extraverti ne va-t-il pas se servir des ses résultats aux tests comme un permis pour être bruyant ou brutal dans les conversations ? Ou va-t-il prier instamment en demandant à Dieu de le rendre prompt à écouter et lent àparler (Jacques 1:19) ?

Si vos résultats à l’Ennéagramme révèlent que vous êtes portés à la suspicion, cela signifie-t-il que vous ne demanderez jamais à Dieu de vous donner un amour qui croit tout (1 Cor. 13) ? Ou bien, si vos résultats révèlent que vous êtes quelqu’un qui aime plaire aux gens, allez-vous un jour chercher la libération de l’esclavage de ce vice ? Ou allez-vous vous résigner au fait que vous êtes englués dans la peur de l’Homme parce que c’est ce que le test révèle (Prov. 29:25) ?

Si vous n’êtes pas quelqu’un qui cherche la confrontation, qu’allez-vous faire du commandement scripturaire à nous exhorter l’un l’autre quotidiennement, de peur que nous ne nous endurcissions par la séduction du péché (Héb. 3:13) ?

Si le fait d’être avec les autres vous épuise mentalement et émotionnellement, allez-vous rejeter les exigences de l’Écriture quant au « l’un l’autre » ? Ne sommes-nous pas tous appelés à produire le fruit de l’Esprit ? Ou n’êtes-vous obligés de produire les fruits que sont la patience, la paix et la joie que si votre type à l’Ennéagramme révèle que vous y êtes naturellement portés ?

En bref, la personnalité excuse-t-elle le péché à tous les coups ?

En Christ, il n’y a ni 1, ni 9

Étant donnée l’omniprésence du péché, y a-t-il quelque espoir que nos personnalités si amplement différentes puissent jamais apporter de la gloire à Dieu ? Oui ! Dans l’Église, Dieu a béni son peuple avec une variété de dons divers afin de bâtir un corps complet (1 Cor. 12:4–31). Nous pouvons nous réjouir quant à nos caractéristiques uniques et en celles des croyants qui nous entourent. Nous pouvons aussi affirmer que, pour les chrétiens, ni le péché ni la personnalité ne sont la fin de tout : c’est bien plutôt la rédemption qui l’est.

En Christ, Dieu a fait de nous une nouvelle création, et il est en train de nous changer à la ressemblance de Jésus. Nous « avons revêtu le nouveau moi, qui se renouvelle dans la connaissance à l’image de son Créateur » (Col. 3:10).

Maintenant même, Dieu est à l’œuvre pour racheter notre personnalité pour sa gloire. Il vous a créés pour le glorifier et aimer les autres avec les forces et faiblesses uniques de la personnalité qu’il vous a donnée.

Si vous êtes un extraverti très affirmé, vous pouvez utiliser cet aspect de votre personnalité pour défendre vos propres plans ou bien vous pouvez, avec prière ardente et sans vous excuser, mobiliser les personnes pour le ministère de l’évangile. Ou peut-être êtes-vous une personne incroyablement timide et portée à l’introspection. Vous pouvez vous sentir intimidés par les hardis dirigeants qui vous entourent. Pourtant, Dieu vous a donné une personnalité tranquille, parfaitement adaptée pour atteindre ceux qui se battent avec des souffrances que nul autre ne semble remarquer.

Plus encore, quand nous sommes joints à Christ, l’unité que nous partageons avec les autres croyants nous permet de dire : « Il n’y a plus ni extraverti, ni introverti, ni Ennéagramme 1, 5, ou 8 avec une aile de 7, mais Christ est tout et en tous ! » (cf. Col. 3:11). Ce n’est pas que nos différences de personnalités disparaissent ou cessent de compter quand nous devenons chrétiens. Mais l’unité dont nous jouissons en Jésus et à cause de lui fait, en comparaison, pâlir nos différences de personnalités.

Une meilleure référence

Alors que les tests de personnalité peuvent être utiles pour mieux me comprendre ainsi que les autres et ainsi aimer et servir ceux qui m’entourent de manière plus intelligente, ils ne peuvent jamais remplacer la Parole de Dieu.

Plutôt que de mesurer notre conduite en la comparant à nos résultats aux tests de personnalité, assurons-nous de nous mesurer face à l’Écriture. Dieu ordonne à chaque croyant d’être patient, de montrer de l’hospitalité, d’exhorter et d’être lent à la colère (1 Cor. 13; 1 Pi. 4:9; Héb. 3:13; Jacques 1:19). Il ne dit pas d’exercer l’hospitalité aux seuls extravertis. De même qu’il ne dit pas aux seuls introvertis d’être lents à parler.

Dans l’Écriture, Dieu déploie un plan pour une sainteté omniprésente – pour tout son peuple. Le commandement biblique fournit une meilleure référence pour nos cœurs et nos vies qu’aucun test de personnalité. Car, au lieu de nous concentrer principalement sur ce que nous sommes ; l’Écriture nous concentre sur ce qu’est Christ. Au lieu de nous dire comment nous allons naturellement nous comporter en fonction de notre type, l’Écriture nous promet une force surnaturelle – l’Esprit à l’œuvre en nous nous donne la puissance pour agir comme Jésus-Christ.

Il est vrai que la façon dont nous vivons ces commandements sera différente d’un croyant à l’autre. Mais la réponse à chaque commandement devrait être la même pour tous : une obéissance remplie de foi en nous reposant sur l’aide du Saint-Esprit – et non notre personnalité — comme notre force.

Ma personnalité ne doit pas excuser mon péché. Bien au contraire, Dieu peut utiliser ma personnalité pour sa gloire et pour mon utilité dans son Royaume.

Traduit de : Personality Tests Don’t Excuse Your Sin

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement