×

De temps en temps je publie un nouvel article dans cette série qui se poursuit et que j’appelle « Introduction à la théologie » L’idée qui la conduit est de présenter de grands concepts théologiques dans un format d’environ 500 mots. Aujourd’hui nous allons considérer les 144000 dans le livre de l’Apocalypse.

Les 144 000 ne sont pas un reste ethnique juif et certainement pas la catégorie des saints oints, aussi appelés petit troupeau, qui sont devenus Témoins de Jéhovah avant 1935. Les 144 000 « scellés de toutes les tribus des fils d’Israël » (Ap. 7:4) représentent la communauté entière des rachetés. Laissez-moi vous donner quelques-unes des raisons qui me permettent de faire cette déclaration.

Premièrement, au chapitre 13 nous lisons que Satan scelle tous ceux qui le suivent, cela n’a de sens que si Dieu scelle tout son peuple, pas seulement les Juifs.

Deuxièmement, l’image du scellement vient d’Ézéchiel 9, où le sceau sur le front distingue deux groupes de personnes : les idolâtres et les non-idolâtres. Il semblerait que le scellement des 144 000 fasse une distinction similaire basée sur ceux qui adorent Dieu, et non sur ceux qui, parmi le reste des Juifs, adorent Dieu.

Troisièmement, les 144 000 sont appelés les serviteurs de notre Dieu (Ap. 7:3). Il n’y a aucune raison de rendre les 144 000 plus étroitement définis que cela. Si vous êtes un serviteur du Dieu vivant, vous êtes l’un des 144 000 mentionnés ici. Dans l’Apocalypse, l’expression « serviteurs de Dieu » fait toujours référence à l’ensemble du peuple racheté de Dieu, et pas seulement à un reste ethnique juif (voir Ap. 1:1; 2:20; 19:2; 19:5; 22:3).

Quatrièmement, les 144 000 mentionnés plus loin au chapitre 14 sont ceux qui ont été « rachetés de la terre » et ceux qui ont été « achetés d’entre les hommes ». Il s’agit là d’un langage générique, propre à tout le monde. Les 144 000 sont un nombre symbolique de rachetés issus de tous les peuples, et pas seulement des Juifs. De plus, si le nombre n’est pas symbolique, que faisons-nous de Apocalypse 14:4, qui décrit les 144 000 comme ceux « qui ne se sont pas souillés avec des femmes » ? Devons-nous penser que les 144 000 font référence à un groupe choisi d’hommes juifs célibataires ? Il est plus logique de réaliser que les 144000 sont un nombre symbolique et qui décrit des hommes célibataires pour souligner la pureté morale du groupe et son aptitude au combat spirituel.

Cinquièmement, la dernière raison qui fait penser que les 144 000 représentent la totalité de la communauté des rachetés est le caractère hautement symbolique de la liste des tribus dans les versets 5-8. Le nombre lui-même est symbolique. Il ne doit pas être pris littéralement. Il est 12 x 12 x 1000 : 12 étant le nombre de la plénitude pour le peuple de Dieu (représentant les 12 tribus d’Israël et les 12 apôtres de l’Agneau) et 1000 étant un nombre général qui suggère une grande multitude. Ainsi 144 000 est une façon de parler de tout le peuple de Dieu aussi bien dans l’ancienne que dans la nouvelle alliance.

Et puis regardez la liste des tribus. Il y a plus d’une douzaine de dispositions différentes des 12 tribus dans la Bible. Celle-ci est unique parmi toutes celles-là. Juda est cité en premier, parce que Jésus était de cette tribu, en tant que lion de la tribu de Juda. Les douze fils de Jacob sont tous cités – y compris Lévi, qui ne l’est généralement pas parce qu’il n’a hérité d’aucune terre – sauf un. Manassé, le fils de Joseph (petit-fils de Jacob), est cité à la place de Dan. Alors pourquoi pas Dan ? Dan a probablement été laissé de côté afin de souligner la pureté de l’Église rachetée. Au début de l’histoire d’Israël, Dan était le centre de l’idolâtrie du royaume (Juges 18:30-31). À l’époque du royaume divisé, Dan était l’un des deux centres d’idolâtrie (1 Rois 12:28-30). Et certains écrits juifs non bibliques rapportent que les Juifs pensaient que l’Antichrist sortirait de Dan, en se basant sur Genèse 49:17.

L’essentiel est que le nombre, la liste et l’ordre des tribus sont tous symboliques pour représenter la totalité des serviteurs de Dieu, purs et parfaitement rachetés, de tous les temps et sur toute la terre. C’est ce que l’Apocalypse entend par les 144 000.

EN VOIR PLUS
Chargement