×

Les livres de Sagesse et les Psaumes ne font pas avancer le récit biblique, mais ils reflètent le vécu et les révélations de Dieu sur lesquels Son peuple médite, et ils contribuent à notre compréhension de Dieu.

LE DIEU QUI INVITE SON  PEUPLE À CHANTER : LES PSAUMES

Ce livre, écrit sur une période de 1200 ans, contient 150 hymnes, qui reflètent toutes sortes d’expériences. Nous en avons sélectionné quelques-uns.

Je vous invite à lire ces Psaumes. 

PSAUME 1

Ce Psaume nous dit que les justes apprennent à aligner leurs pensées sur celles de Dieu et trouvent leur plaisir dans Sa loi car « On n’est pas ce que l’on pense être, mais ce qu’on pense, on l’est ! »

Ce Psaume décrit la voie du juste, des méchants, et le contraste final. Il décrit deux façons de vivre. La littérature de la Sagesse présente régulièrement le choix entre ces deux manières de vivre. Jésus présente aussi cette polarité. 

C’est ce qui fait peur dans la littérature de Sagesse et dans le Psaume 1. S’il n’y a que deux chemins, qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Car on se situe souvent entre ces deux positions, et cette littérature clarifie la polarité entre la sainteté et le mal, mais elle ne nous sauve pas. 

PSAUME 8 

Le Psaume loue Dieu pour son pouvoir dans la création et pour la relation particulière que Dieu entretient avec des êtres mortels ; « Quest-ce que lhomme pour que tu te souviennes de lui ? » Il reflète Genèse 1 et 2, et appartient aux Psaumes de réflexions méditatives utilisés pour réfléchir aux vérités de Dieu et pour la louange collective du peuple.

PSAUME 19

Il exprime la manière dont la création reflète qui est Dieu.

PSAUME 14

Le verset introductif déclare : « Linsensé dit dans son cœur : il ny a point de Dieu ! » Mais pour beaucoup, l’insensé c’est celui qui croit que Dieu existe ! Dieu soutient que les humains ne voient pas Sa réalité parce que, depuis la chute, nous souffrons de corruption spirituelle et morale.

PSAUME 40

Il décrit l’expérience de David qui se sentait au fond d’un trou boueux, désespéré, incapable d’en sortir, et Dieu l’en a retiré. Il déclare vouloir en témoigner et il anticipe qu’il aura encore besoin de cette aide à l’avenir.

PSAUME 51

David écrit ce psaume à la suite de son adultère avec Bath-Chéba et le meurtre de son mari Urie, lorsque le prophète Nathan le confronte à sa faute. Il est brisé, et demande à Dieu de lui faire grâce, de le laver de sa faute, « car je reconnais mes crimes et mon péché est constamment devant moi. Jai péché contre toi seul et jai fait ce qui est mal à tes yeux » (vv. 5-6). Au-delà de sa honte publique, il a conscience de sa culpabilité devant le Dieu vivant.

Pour chaque péché que l’on commet, le plus offensé est toujours Dieu.

LES AUTRES PSAUMES

Le psaume 110 annonce la venue de quelqu’un qui sera roi et prêtre ; c’est le chapitre le plus cité dans le NT en référence à Jésus.

Le Psaume 119, le plus long chapitre de la Bible, est une méditation sur la nature des paroles de Dieu.

Les Psaumes montrent quelle relation Dieu veut avoir avec son peuple. Leur intensité est loin des rituels religieux. Dieu fait chanter Son peuple par des actions de grâce, des contritions, des supplications, des lamentations et des réflexions.

LA LITTÉRATURE DE SAGESSE

PROVERBES

Un des thèmes récurrents est le choix entre Dame Sagesse et Dame Folie, entre deux chemins, celui de la sagesse et celui de la folie.

Un autre thème récurrent est que « la crainte de lEternel est le commencement de la connaissance ou de la sagesse » (Prov 1:7). La crainte reconnaît que Dieu est notre juge et notre seul espoir.

JOB

Il décrit un homme d’une piété étonnante et authentique. L’auteur nous dit que dans les coulisses, le diable fait un pari avec Dieu et affirme que Job aime Dieu parce que Dieu le bénit. Si tout ce qu’il possède disparaît, il maudira Dieu. Dieu lui permet de le démontrer. Ses richesses lui sont enlevées, ses enfants sont tués, et Job déclare : « LEternel a donné, lEternel a repris ; que le nom de lEternel soit béni ! » (1:21)

Puis Job perd sa santé et trois amis viennent le consoler. En fait ils sont sûrs que Job a péché et que Dieu le punit. Job s’en défend ; il sait que Dieu n’est pas injuste, et il ne comprend pas l’origine de ses souffrances. Il veut que Dieu la lui explique. Dieu s’adresse à Job par des séries de questions rhétoriques pour que Job finalement déclare : « Je suis désolé, jai parlé comme un sot. »

Dieu n’offre aucune réponse complète pour résoudre le problème de la souffrance des innocents. Ses questions ont pour but de signifier une chose : les être humains n’auront pas toujours d’explication mais Dieu est plus grand que nous, et parfois, nous devons simplement Lui faire confiance. Et Job se repent de sa présomption à vouloir toutes les réponses au lieu de faire confiance à Dieu.

A la fin, Dieu rétablit toutes ses richesses et lui donne une nouvelle famille en avant-goût de l’histoire finale de l’humanité où la justice triomphera.

ECCLÉSIASTE

Dans ce livre, Salomon veut découvrir le sens de la vie. Il constate que rien n’est satisfaisant, rien n’est durable, et il conclut qu’il faut vivre en songeant à la fin car nous aurons tous des comptes à rendre à Dieu.

CONCLUSION

Nous avons été créés pour Dieu et notre âme ne sera en paix que le jour où nous le connaitrons. Voilà ce que les livres de Sagesse enseignent entre autre alors que l’AT continue sa course dans l’attente du jour où la Sagesse incarnée, la Sagesse devenue chair, viendra. A ce moment-là, la tension entre David, l’homme selon le cœur de Dieu, et David, le misérable pécheur qui a désespérément besoin de la miséricorde de Dieu, sera résolue pour toute l’humanité.

La solution arrive et son nom est Jésus.


Don Carson sera présent au séminaire Évangile 21 du 25 au 28 mai 2016 à Genève. Inscrivez-vous !

Résumé : Catherine D. – Acheter le livre : Le Dieu qui est là (CLE | Amazon).

EN VOIR PLUS
Chargement