L’approche “plus un” à la vie d’église

Vous êtes nouveau dans votre église et ne savez pas trop comment vous intégrer ? Vous êtes dans la même église depuis des années sans avoir encore trouvé votre place ? Vous vous sentez déconnecté, malheureux, déprimé dans votre assemblée ? Permettez-moi de vous inviter au programme « plus un » de l’implication dans l’église.  Non, je ne veux pas faire de concurrence aux mauvaises publicités.  Voici ce que je veux dire : en plus du culte du dimanche matin, choisissez un aspect de la vie de votre assemblée et engagez-vous à fond.

C’est loin d’être tout ce qu’un membre d’église devrait faire. Nous parlons ici du minimum, de tous petits pas de bébé. C’est la manière de s’intégrer dans une nouvelle église ou de se remettre sur le bon chemin après avoir pris une mauvaise voie. C’est pour les gens qui se sentent débordés et qui ne savent pas où commencer. C’est pour ceux qui devraient faire un petit effort avant de se sauver par la porte arrière.

L’idée est simple.

Premièrement, participez fidèlement au culte d’adoration du dimanche matin. Ne manquez pas un dimanche. Bien sûr, vous pouvez manquer un ou deux dimanches pendant l’année si vous êtes malade. Les vacances et des voyages d’affaires peuvent eux aussi vous éloigner de votre assemblée pour quelques dimanches. Mais gardez ces absences à un minimum. Ne planifiez pas toutes vos sorties au chalet la fin de semaine de façon à ne pas manquer vos réunion d’église (et peut-être toute réunion d’église) pour la majeure partie de l’été. Ne laissez pas les activités des enfants prendre la place de votre culte du dimanche.  (Ne vous rappelez-vous pas de ce que Josué a dit ?  « Si le foot est un dieu, servez le foot, mais, moi et ma maison, nous servirons l’Éternel. »  Ou quelque chose du genre.)  Ne laissez pas les devoirs ou le football ou l’abondance de pluie ou l’abondance de soleil vous empêcher de vous joindre au peuple de Dieu pour adorer. Déterminez tout de suite que les dimanches matins sont immuables. Vous allez à l’église. Point.

Maintenant, ajoutez une chose.

Quand vous rencontrez des gens qui se sentent déconnectés de l’église, commencez avec cette question : « Êtes-vous déterminé à adorer avec nous à chaque dimanche à moins d’un empêchement providentiel ? »  S’ils disent oui, alors présentez-leur le « plus un ». « Y a-t-il une autre activité dans la vie de l’église dans laquelle vous participez constamment et de bon cœur? » Habituellement, la réponse est non. La plupart des gens qui se sentent déconnectés de l’église se sentent comme ça parce qu’ils n’ont pas fait l’effort de connecter régulièrement. Cela ne veut pas dire que les églises ne doivent pas faire plus pour les ainés, les célibataires, ceux qui ont des besoins particuliers ou bon nombre de gens de l’église. Cela ne veut pas dire que les pasteurs peuvent dire (ou penser) « C’est complètement de ta faute. » Parfois, c’est précisément la faute du pasteur. Mais j’ai découvert que la plupart du temps – pas toujours, mais habituellement – les gens qui veulent s’impliquer trouvent une façon de s’impliquer dans les structures existantes de l’église.

C’est pour ça que je dis : soyez fidèle au dimanche matin et ajoutez une activité. Personnellement, j’ai un parti pris pour le culte du dimanche soir. Je pense que c’est la façon la plus facile, la plus historique et une des plus bibliques de vraiment connaître votre Église. Dans la plupart des églises, la rencontre du soir (si elles en ont une) est plus petite, plus informelle et contient des éléments de prière et de partage qui ne sont peut-être pas présents le dimanche matin. De plus, les gens sont généralement moins pressés après le service du soir ce qui permet une communion plus vraie.

Si le dimanche soir n’est pas une option, joignez un petit groupe. (Je répète : ce sont des pas de bébé. J’espère que les membres de notre église participent aux rencontres du dimanche soir et aux petits groupes.) Si votre église n’a pas de petits groupes formels, vous pouvez toujours inviter un groupe d’amis à vous joindre pour la prière et de la communion fraternelle une semaine sur deux. Ou vous pouvez joindre la chorale. Ou vous impliquer dans le groupe de jeunes. Ou offrir votre service à l’accueil. Ou aller à une retraite pour les hommes. Ou vous joindre à l’équipe d’évangélisation. Ou suivre un cours sur le leadership. Ou venir à la réunion de prière chaque semaine. Ou enseigner à l’école du dimanche. Ou faire du bénévolat pour un ministère que votre église soutien. Ou aller servir la banque alimentaire. Ou vous joindre à l’équipe de foot en salle. Ou animer une étude biblique sur semaine. Je crois que vous avez compris.

Les grandes églises ont des centaines d’opportunités « plus un ». Même les petites églises offrent pas mal de choix. Faites du dimanche matin votre priorité numéro un. Ensuite, ajoutez une chose et participez-y avec zèle pendant au moins six mois. Peut-être réaliserez-vous que cette église n’est pas pour vous. Peut-être aurez-vous encore besoin d’aide pour connecter. Peut-être découvrirez-vous que c’est le temps de vous asseoir en personne avec un pasteur ou un ancien. Mais je soupçonne que vous allez vous sentir connecté, vous vous serez fait de nouveaux amis et vous aurez hâte de voir « plus un » devenir « plus deux » ou « plus trois ».


Kevin DeYoung sera présent au séminaire Évangile 21 du 25 au 28 mai 2016 à Genève. Inscrivez-vous !

Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles !

Traduction : Sylvio Janelle

EN VOIR PLUS
Chargement