L’intolérance de la tolérance

L'intolérance face à la religion fait rage dans beaucoup de médias.

Alors que la tolérance est un principe fondamental de notre pays, l'intolérance est souvent flagrante dans les journaux ou à la télévision. Cette intolérance qui peut être flagrante dans les médias et aussi très souvent subtile et anodine dans nos conversations quotidiennes.

Un exemple d'intolérance que j'ai entendu récemment, c'est : “La religion, c'est hors de l'école”. Nous sommes souvent forcés d'accepter cette affirmation, et en tant que chrétien, c'est souvent difficile de se positionner et de remettre en cause cette déclaration.
Qu'est-ce que qui rend cette affirmation anodine intolérante ? Je vais essayer d'expliquer mon raisonnement en quelques points :

1. Ce n'est pas vrai que la religion n’a pas sa place à l'école. Concrètement, la religion rentre dans l'école simplement par le fait que des élèves affirment appartenir à un groupe religieux. Personne ne peut forcer quelqu'un à abandonner sa croyance, ce qui deviendrait une forme de persécution. Cette vision réductionniste de la religion est choquante, qu'on soit musulmans, chrétiens, bouddhistes… Dire que la religion se réduit un peu à un “tee-shirt sale” que l'on doit enlever en passant les portes de l'école est choquant et intolérant.

2. L'hypocrisie « laïcarde », les laïques qui ne s'assument pas. Je remarque que les institutions laïques ont beaucoup de mal à assumer leur position. Alors que je discutais de cette question avec un responsable dans une école, il me faisait la remarque suivante : « Tu comprends, si nous avons des groupes de chrétiens, après il faut accepter des musulmans, après des bouddhistes et tout le reste, c'est trop compliqué »… Quelle incohérence de sa part ! Il est coincé dans un étau. Il doit à la fois rester “neutre” face aux religions et, en même temps, la complexité de sa position le conduit à ne donner des voix à aucune religion sous prétexte que c'est trop compliqué. Quelle intolérance ! C'est là que nous devons répondre: Il faut assumer votre position laïque, sinon vous devenez intolérants”. Pas facile d'assumer sa neutralité face à la religion.

3. La laïcité réduit la croyance religieuse à la sphère privée. Mais que se passe-t-il si je ne considère pas que ma religion se limite à la sphère privée (sachant que beaucoup de religions affirment ne pas se définir en utilisant ces termes) ? De quel droit peut-on redéfinir une croyance religieuse ? Voici ce qu'il se passe d'après la loi :

Si un élève se présente dans son école en portant un signe ou une tenue permettant de faire reconnaître immédiatement son appartenance religieuse, le chef d'établissement doit tenter d'engager avec lui un dialogue. Le chef d'établissement doit également demander aux enseignants qui connaissent cet élève de l'aider à vivre sa foi dans le cadre de la loi. En cas d'échec, le chef d'établissement doit alors saisir le conseil de discipline pour décider de la sanction à appliquer à l'élève. Si une décision d'exclusion est prononcée contre l'élève, ce dernier doit rencontrer l'inspecteur d'académie, accompagné de ses parents, pour examiner dans quelles conditions sa scolarité peut être poursuivie.

Pour finir, voici un dernier exemple d'intolérance anodine dans “les Guignols de l'Info”. Dans cet épisode, ils présentent d'une manière grotesque une position religieuse et font preuve d'une intolérance flagrante en réduisant grossièrement la position des religions.


Voir l'épisode: Les Guignols de l'Info du 25/03/13 – On a trouvé du cheval !


Daniel (au ch.6:11) fait preuve d'une consécration incroyable dans un contexte institutionnel qui cherche à restreindre sa pratique religieuse :

Tous les responsables du royaume, les intendants, les administrateurs, les conseillers et les gouverneurs sont d'avis que le roi proclame un édit comportant une interdiction sévère: toute personne qui, dans l'espace de 30 jours, adressera des prières à un autre, dieu ou homme, que toi, roi, sera jetée dans la fosse aux lions.Maintenant, roi, confirme l’interdiction et écris le décret afin qu'il ne puisse pas être modifié, comme la loi des Mèdes et des Perses qui est irrévocable.» 10 Là-dessus le roi Darius écrivit le décret d’interdiction.11 Lorsque Daniel fut au courant de la rédaction de ce décret, il se retira dans sa maison, où les fenêtres de la chambre à l’étage étaient ouvertes dans la direction de Jérusalem. Trois fois par jour il se mettait à genoux, priait et exprimait sa reconnaissance à son Dieu, tout comme il le faisait avant. 12 Alors ces hommes se précipitèrent et trouvèrent Daniel en train de prier et de supplier son Dieu. 13 Puis ils se présentèrent devant le roi et lui parlèrent de l’interdiction royale: «N'as-tu pas écrit une interdiction d’après laquelle toute personne qui, dans l'espace de 30 jours, adresserait des prières à un autre, dieu ou homme, que toi, roi, serait jetée dans la fosse aux lions?» Le roi répondit: «Cet ordre est aussi sûr que la loi des Mèdes et des Perses, qui est irrévocable.» 14 Ils prirent de nouveau la parole et dirent au roi: «Daniel, l'un des exilés de Juda, n'a tenu aucun compte de toi, roi, ni de l’interdiction que tu as écrite, et il fait sa prière trois fois par jour.»

Allons-nous tenir ferme et endurer ces dérisions systématiques ? Comme Daniel, allons-nous continuer à proclamer notre croyance dans le Dieu de la Bible publiquement dans un contexte français qui cherche à restreindre nos pratiques religieuses ?

Á moins que ça ne choque personne ?

EN VOIR PLUS
Chargement