Aidez TGC Évangile à équiper les croyants pour qu'ils restent fermement attachés à l'Évangile dans une culture qui change radicalement.

×

Faut-il continuer à diffuser nos services religieux en streaming ?

En 2020, alors que la pandémie de COVID et les confinements qui accompagnaient cette pandémie se répandaient dans le monde entier, mon Église locale de Lagos – comme beaucoup d’autres Églises dans le monde – a suivi un cours accéléré sur l’utilisation des technologies modernes pour la diffusion de nos services religieux. Nous avons dû nous familiariser avec l’éclairage et sa mise en place. Nous avons découvert pourquoi certaines caméras fonctionnaient pour l’enregistrement vidéo et d’autres pas.

Heureusement, Dieu a été miséricordieux. Les jours sombres de 2020 et du début de 2021 sont de plus en plus un lointain souvenir. La vie de l’Église est en grande partie revenue à la normale. Nous organisons les cultes du dimanche matin comme nous le faisions en 2019- avant le COVID. Il y a juste une différence. Comme de nombreuses Églises, nous avons continué à diffuser nos services en direct.

Les raisons pour lesquelles les Églises ont continué à faire tourner leurs caméras

J’ai demandé à de nombreux chrétiens et lu divers articles répondant à cette question : pourquoi tant d’Églises ont-elles continué à diffuser leurs services en continu ? Voici quelques-unes des principales raisons que j’ai recueillies pour expliquer pourquoi de nombreuses Églises ont continué à diffuser leurs services :

– Il y a encore des membres d’Église qui ne peuvent pas assister à des services en présentiel pour des raisons médicales.

– Certains chrétiens ne se sentent toujours pas à l’aise dans des lieux fermés ou bondés.

– La diffusion en ligne permet à l’Église locale de servir un public beaucoup plus large, ce qui est un moyen d’évangélisation.

– La technologie est là pour rester et nous devons nous adapter au 21e siècle.

Il y a du vrai dans toutes ces réponses. Mais elles négligent toutes de penser à l’inconvénient pour les Églises de laisser leurs caméras allumées. En 2020, nous n’avions pas le temps de bien réfléchir. Maintenant, avec le bénéfice du temps, nous devons nous assurer que nos raisonnements sont bibliques, équilibrés et fondés sur des bases théologiques solides.

Bien sûr, il est crucial que l’Église tienne compte de ses membres vulnérables lorsqu’elle planifie des réunions. Et l’Église doit toujours faire le meilleur usage possible de la technologie à des fins d’évangélisation. Cela peut très bien signifier la diffusion en continu des services religieux. Cependant, l’Église doit également faire une distinction claire entre la présence physique et la « présence » en ligne, en veillant à ce que chacun sache que la présence en ligne est toujours une dernière option. J’ai deux raisons de le dire.

L’Église doit également faire une distinction claire entre la présence physique et la « présence » en ligne

1) On ne peut pas vivre le « les uns les autres » en ligne

Le Nouveau Testament contient plus d’une centaine de commandements avec la mention « les uns les autres ». On nous dit d’être en paix les uns avec les autres (Marc 9:50) ; de confesser nos péchés les uns aux autres (Jacques 5:16) ; de nous saluer par un baiser d’amour (1 Pierre 5:14) ; de nous servir les uns les autres (Galates 5:13) ; de nous dire la vérité les uns aux autres (Ephésiens 4:25) ; et ainsi de suite.

Tous ces commandements reposent sur l’hypothèse que Dieu s’attend à ce que les chrétiens soient en contact physique régulier les uns avec les autres. Il va sans dire que le fait de « participer » à une Église en ligne limite notre capacité à obéir à ces commandements.

Dane Ortlund l’a exprimé succinctement lorsqu’il a dit : « Rester à la maison pour  »assister au culte », c’est comme rester à la maison lors du mariage d’un ami pour assister virtuellement à la cérémonie. Et garder son cadeau de mariage avec soi. Votre présence, votre solidarité, votre amour, vos accolades, votre contact visuel et vos chants sont nécessaires. Il ne s’agit pas seulement de recevoir passivement quelque chose. Il s’agit de faire partie intégrante de la célébration. L’événement entier est diminué par votre absence. Et vous avez un cadeau à faire. »

2) L’adoration requiert toute notre attention

Je dirige une étude biblique hebdomadaire pour mon Église. Depuis 2020, nous fonctionnons selon un modèle hybride, certaines personnes participant physiquement et d’autres utilisant une plateforme en ligne.

Il est toujours révélateur que souvent, lorsque je pose une question – bien que mon écran m’indique qu’il y a 30 personnes en ligne – personne ne répond. On appelle alors un nom au hasard, mais la personne ne répond pas ou envoie un message disant : « Désolé, je ne peux pas parler pour le moment ». À d’autres moments, quelqu’un se désactivera par erreur et il est évident qu’il est en train de faire quelque chose de complètement différent que de se joindre à l’étude de la parole de Dieu avec le peuple de Dieu.

Chaque fois que nous assistons à une réunion d’Église en ligne, nous sommes à la merci des distractions.
Mon expérience m’a montré que chaque fois que nous assistons à une réunion d’Église en ligne, nous sommes à la merci des distractions. Nous croyons à tort que nous pouvons être multitâches. Mais cela signifie généralement que nous n’accordons pas à la parole de Dieu l’attention qu’elle mérite. Les services d’Église en streaming auront toujours cette limitation – ou ce défaut fondamental. Je suis fermement convaincu que tous les membres de mon étude biblique seraient mieux servis s’ils y assistaient physiquement, même en tenant compte du fait que Lagos a le pire trafic routier du monde.

Et ce n’est pas seulement mon avis. Récemment, l’un des participants physiques réguliers a dû quitter la ville et après avoir participé en ligne pendant deux semaines, il a fait le commentaire suivant : « la participation en ligne est différente de la participation physique. ». Il a compris que son expérience était diminuée.

Tout est permis, mais pas forcément édifiant

« Tout est permis, mais tout n’est pas utile. Tout est permis, mais tout n’est pas édifiant » (1 Corinthiens 10:23). Paul aurait pu nous mettre en garde contre les dangers du streaming en ligne. Le fait que nous puissions laisser les caméras allumées ne signifie pas que ce soit toujours l’action la plus sage. Je reconnais que chaque Église est différente, et que les circonstances peuvent inciter les dirigeants à continuer à diffuser en continu. Cependant, nous devons réfléchir longuement et sérieusement à ce que nous faisons.

Le streaming en direct est-il toujours le meilleur moyen de répondre aux besoins des membres vulnérables et des visiteurs en ligne ? Avant de répondre, nous devons être sûrs que, quelle que soit notre réponse, elle doit être cohérente avec la position que nous avions avant le COVID. L’Église doit toujours s’adapter. Mais l’Église ne doit jamais oublier ses principes les plus importants. Ceux-ci incluent certainement le rassemblement physique du peuple de Dieu.

EN VOIR PLUS
Chargement