Conférence pour femmes "Malachie, le maitre de l'univers à un message pour vous" à Strasbourg les 21 et 22 octobre et Grasse les 4 et 5 novembre.

×

Dans son ouvrage « Cross Talk: Where Life and Scripture Meet » (Le point d’intersection entre la vie et la Parole), Michael Emlet encourage les pasteurs et les leaders d’église à approcher les gens comme s’ils étaient «des saints, des victimes et des pécheurs». Cette catégorisation aide le conseiller à savoir s’il doit se tourner vers des passages bibliques qui rappellent à une personne son identité en Christ, la consolent au jour sombre de la souffrance ou la confrontent à ses péchés impénitents.

Emlet pense que « chaque personne que nous rencontrons lutte d’une manière ou d’une autre avec deux problèmes :

  • Premièrement, le problème de l’identité et du dessein: qui suis-je et qu’est-ce que je devrais faire dans le monde ? (Cela correspond à comment Dieu interagit avec nous en tant que saints.)
  • Deuxièmement, le problème du mal: le mal « extérieur » (qui correspond à notre expérience en tant que victimes) et le mal « intérieur » (qui correspond à notre statut de pécheurs) ».

Ces trois catégories correspondent à l’expérience du chrétien. Il se peut qu’un symptôme différent surgisse et amène le chrétien à demander conseil, mais la cause profonde sous-jacente tombera généralement dans l’une de ces trois catégories.

Une parole pour les saints

En tant que « saints », nous avons besoin qu’on nous rappelle notre relation avec Dieu. Notre identité ne réside pas dans notre emploi, notre famille, nos richesses ou nos passe-temps. Nous sommes définis par notre relation à Dieu.

La Parole rappelle constamment au peuple de Dieu qu’il est mis à part pour accomplir Sa mission dans le monde, pour Le glorifier et trouver sa joie en Lui. Lorsque le doute s’élève dans nos cœurs, ou que la tentation survient, ou que la déception s’installe, il est demandé au chrétien de se souvenir du Dieu dont nous portons l’image et en qui nous trouvons le pardon et la restauration.

Une parole pour les victimes

En tant que « victimes », nous avons besoin qu’on nous rappelle le monde déchu dans lequel nous vivons et le mal « extérieur» auxquels nous sommes confrontés au cours de notre existence terrestre. La souffrance n’est pas nécessairement un signe que nous avons fait quelque chose de mal. Au lieu de cela, c’est souvent la marque du peuple de Dieu. Comme l’écrit Emlet :

« L’Écriture suppose que, depuis la chute, le peuple que Dieu a choisi est celui qui souffre ».

Il souligne l’esclavage du peuple de Dieu en Égypte et d’autres périodes d’oppression étrangère décrites dans l’Ancien Testament.

Dans le Nouveau Testament, nous sommes confrontés à des images saisissantes de souffrance dans la vie de Paul et de Pierre. Le dernier livre de la Bible (l’Apocalypse) donne de l’espoir au peuple de Dieu qui souffre pour la foi.

Il n’y a aucun moyen de donner un sens à l’histoire biblique si la souffrance du peuple de Dieu n’est pas prise en considération. Cette souffrance a un but rédempteur : nous conformer à l’image de notre Sauveur, Celui qui a souffert avant de recevoir la gloire.

Une parole pour les pécheurs

En tant que « pécheurs », nous devons comprendre que nous continuerons à lutter contre le péché jusqu’au jour où Christ achèvera Son œuvre en nous. Il est vrai que Jésus a vaincu le péché et intronisé Son royaume, et pourtant, parce que le péché et la déchirure remontent et persistent, et ce jusqu’à Son retour, nos vies sont caractérisées par une confrontation constante avec le péché à mesure que nous grandissons dans notre foi.

Emlet souligne les défauts que nous voyons chez les apôtres et les auteurs du Nouveau Testament eux-mêmes, ils sont une preuve que le peuple de Dieu continuera à lutter contre le péché. Les Écritures nous mettent en garde contre le péché et nous exhortent à le mettre à mort dans nos vies et à vivre à la lumière du salut que nous avons reçu par grâce, au moyen de la foi.

 Pourquoi ces catégories sont-elles importantes pour le counseling ?

Toutes les Écritures sont inspirées de Dieu et profitent aux croyants de différentes manières, au cours de différentes saisons. Mais un conseiller expérimenté fera preuve de sagesse pour déterminer quels passages de l’Écriture sont les plus appropriés pour une personne qui a besoin de la Parole de Dieu.

  • Si la personne lutte avec un problème qui indique un manque de compréhension de son identité en Christ (peut-être une culpabilité ou une honte persistante pour des péchés passés), le conseiller se tournera vers des passages de l’Écriture qui confirment son identité, celle d’une personne faisant partie du peuple pardonné de Dieu.
  • Si la personne a du mal à accepter la souffrance (peut-être l’ostracisme social ou la santé défaillante), le conseiller se tournera vers des passages des Ecritures qui la consoleront et la réconforteront, en lui rappelant la promesse que Dieu fait de Sa présence dans les moments de souffrance ou de la fin rédemptrice de toutes nos épreuves.
  • Si la personne est prise dans des attitudes ou des actions pécheresses, le conseiller se tournera vers des passages qui confrontent la personne et l’avertissent des conséquences d’un péché continu et impénitent.

Mise en garde

La triple catégorisation proposée par Emlet (saint, victime et pécheur) est une aide pour aborder les gens qui viennent nous demander conseil. Bibliquement parlant, cependant, il n’y a que deux types de personnes qui demandent de l’aide : ceux qui sont saints (les croyants en Christ) et ceux qui sont pécheurs (les incroyants en Christ).

Une fois que nous avons établi que la personne qui demande de l’aide est un croyant (donc un « saint »), il est important de réaliser que nous sommes tous des saints, des victimes et des pécheurs de façon simultanée. L’objectif du conseiller est de reconnaître sur quel domaine mettre l’accent et quel type de remède administrer au moment opportun. Cette catégorisation ne doit pas être interprétée à tort comme étant une prescription ferme pour chaque situation, mais comme une grille utile permettant de mieux considérer les personnes qui recherchent de l’aide.

Dans un second article, nous verrons ce qui résulte du fait de ne pas prendre en considération ces 3 catégories.

EN VOIR PLUS
Chargement