Pour des enfants de foi

Photo by Daiga Ellaby on Unsplash

Auteur anonyme

Il y a plus de quarante ans, nous sommes nés, sous le regard de Dieu, au sein de familles non croyantes, dites modernes mais désunies. C’est avant de nous rencontrer que nous avons répondu à l’invitation du Seigneur, nous venions tout juste de passer la vingtaine. Nous sommes donc des chrétiens que l’on appelle communément de première génération, nous avons évolué au cœur de modèles familiaux instables et parfois complexes, ne trouvant que très peu de repères pour construire notre foyer. La page à partir de laquelle nous avons abordé la question de l’éducation était non seulement vierge mais aussi très froissée, mettant en relief combien nous dépendons de la grâce de Dieu en matière d’éducation. Il nous semble que la plus importante des démarches à faire pour que nos enfants trouvent leurs repères, c’est de nous laisser nous-mêmes transformer jour après jour par la Parole. Ainsi, la puissance de sa Parole et les modèles qu’il nous a donnés par la suite ont façonné l’éducation que nous donnons à nos enfants.

Nous sommes engagés depuis dix-huit ans dans le ministère et parents de trois garçons âgés de dix-sept, seize et sept ans. Nos enfants (les enfants) sont un véritable cadeau de Dieu.
Rapidement après notre mariage, les médecins nous ont annoncé que nous ne pourrions certainement pas avoir d’enfants sans aide médicale à la procréation. Dans sa grâce, le Seigneur nous les a confiés ; nous avons toujours considéré qu’ils ne nous appartenaient pas. Ils sont comme en transition auprès de nous afin que nous les élevions selon Sa parole tels des parents bienveillants.
Aussi, notre devoir est de tout mettre en œuvre pour qu’ils connaissent le caractère de Dieu et qu’ils aient envie de Lui confier leur vie. Dans Jean 3.6-7, Jésus dit : « Celui qui est né de parents humains est humain et ce qui est né de l’Esprit est Esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit : ‘Il faut que vous naissiez de nouveau’. » Il n’y a effectivement qu’un seul remède contre la dépravation innée de l’enfant : la nouvelle naissance .

Lorsque nous préparions cet article, nous avons demandé à notre fils aîné ce qui l’avait le plus impacté dans notre éducation à la foi. Sans tarder, il nous a répondu :
L’enseignement, l’exemple et l’expérience. C’est effectivement ce que nous avons voulu mettre en place au sein de notre famille mais aussi auprès des jeunes que Dieu a bien voulu nous confier dans notre ministère puisque nous avons passé la majeure partie de notre ministère auprès d’eux.

L’enseignement

Nous avons toujours considéré l’éducation de nos enfants comme un ministère à part entière. L’éducation, c’est l’appel des parents. Si nous nous penchons sur ce que la Bible en dit, enseigner les voies de Dieu à nos enfants leur donne la sagesse biblique. L’avertissement met en garde contre l’influence de la société. Il induit le discernement. Et nous savons en tant que parents que nos enfants ont grandement besoin de discerner le bien du mal très rapidement. Ainsi, nous avons tenté d’accompagner le cœur de nos enfants. Car nous croyons ce que nous dit la Parole :
Proverbes 4.23 : « Garde ton cœur plus que tout autre chose car de lui jaillissent les sources de la vie. »
Luc 6.45 : « L’homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur, et celui qui est mauvais, tire de mauvaises choses du mauvais trésor de son cœur. En effet, sa bouche exprime ce dont son cœur est plein. »
Selon Tedd Tripp, auteur de Fiers de toi fiston (connu il y a quelques années sous le titre Un berger pour son cœur) : « L’enfant est le résultat de deux éléments. Les influences déterminantes, d’une part, c’est-à-dire, sa personnalité et ses expériences de vie, et son orientation spirituelle d’autre part qui détermine sa façon de réagir à ces influences. »
En tant que parents, nous pouvons (devons) les aider à modeler leur personnalité, les aider à composer avec leurs forces et leurs faiblesses. Nos enfants, comme la plupart des enfants en France, passent la plus grande partie de la semaine à l’extérieur de la maison où sont véhiculées des valeurs très éloignées de celles de Dieu. C’est pourquoi, il nous a semblé essentiel de travailler leur cœur à travers la Parole afin qu’ils apprennent à faire de bons choix dans les différents contextes auxquels ils se trouvent confrontés.
Puisque le cœur détermine le comportement de tout être humain, nous sommes bien souvent partis de leur comportement, de leurs expériences pour atteindre leur cœur.

L’exemple

Comme nous l’avons déjà dit, notre but premier a toujours été d’amener nos enfants à Dieu, qu’ils fassent de Lui leur Sauveur et Seigneur personnel, et qu’ils œuvrent ainsi chaque jour pour l’avancée de son royaume.
L’instruction est bien sûr essentielle, mais elle est creuse et sans résonance si nos enfants ne voient pas en nous la puissance d’une vie de foi.
L’exemple que nous leur donnons est directement liée à nos mots. Nous connaissons tous l’adage « fais ce que je dis, pas ce que je fais. » Nous devons absolument contrecarrer cette pensée en vivant la Parole de Dieu. Ainsi, nos enfants peuvent voir en nous la position filiale de la relation Père-enfant. Nous sommes nous aussi, en tant qu’adultes et parents, constamment en train d’apprendre et si nous invitons Dieu à façonner nos cœurs, si nous vivons notre foi au quotidien et que notre vie est soumise à Dieu notre Père, cela aura un très grand impact sur nos enfants.
Heureusement, nous ne sommes pas seuls à pouvoir montrer l’exemple à nos enfants. Il peut y avoir bien sûr la famille élargie, des grands-parents, des oncles ou des tantes avec qui ils peuvent tisser une relation privilégiée ; l’Église est ou devrait être un lieu de ressources pour parents et enfants où la transmission et l’encouragement font partie des priorités données.
Les colonies et camps chrétiens sont également de formidables points d’appui pour l’éducation dans la foi. Les enfants y rencontrent des adultes engagés, ils y vivent des moments clés avec Dieu. Pour nos enfants, ces moments à l’extérieur du cocon familial les ont souvent aidés à franchir des étapes dans leur relation intime avec le Seigneur.

L’expérience (s’approprier la foi, voir Dieu à l’œuvre dans sa propre vie)…

Nous vivons dans une société où le virtuel prend une place prépondérante et les relations sont entachées à tous les niveaux, et l’Église n’est pas épargnée par ce phénomène. Plus que jamais, il devient essentiel de préserver de véritables espaces de vie sociale et d’expérimentation. C’est particulièrement flagrant pour nous qui privilégions la formation par l’expérience. Après 18 ans de ministère, nous concluons qu’une seule chose reste de tout ce que nous pouvons investir, c’est la Parole semée dans les cœurs par des relations significatives et des expériences communes.

Nos enfants ont besoin de s’approprier la foi et de voir Dieu à l’œuvre dans leur propre vie. Le discipulat biblique laisse entrevoir combien l’investissement auprès des personnes (en énergie, en temps, en moyens, en patience, en pardon, en nouvelles tentatives…) constitue la clé de la transmission de génération en génération.
Nous transmettons ce qui nous remplit et ce que nous vivons au quotidien ! Pour le meilleur et pour le pire !

Un livre semble-t-il peu connu m’a beaucoup marqué comme parent et formateur de disciples, il s’intitule « Comprendre et Accompagner les Adolescents » de Kevin Huggins. Dès le début du livre, l’auteur indique combien son intention est de « susciter chez les jeunes une foi personnelle en Jésus-Christ qui devienne le principe moteur de leur vie » et il ajoute ensuite que « Le meilleur et peut-être le seul contexte favorable à la transmission de la foi vivante est celui d’une relation étroite comme celle qui unissait Paul à Timothée ».

De tous les modèles bibliques, nous découvrons que les expériences communes constituent des supports de choix à la formation, que ce soit Jésus avec ses disciples, ou encore Paul avec ceux qu’il a encouragés et formés.

Chaque occasion, au travers de la vie quotidienne ou via des expériences originales dans des contextes hors normes, participe à ce que nous pouvons leur transmettre.
Volontairement aussi, nous avons entrepris de vivre des expériences hors de nos repères avec nos garçons, parfois même par des choix de vie bouleversants comme la participation à un projet d’implantation d’église qui a réclamé un changement de vie majeur (déménagement, contexte nouveau, relations nouvelles…). Cela a demandé des « sacrifices » et de véritables pas de foi, allant jusqu’à une certaine prise de risque comme cette fois où nous nous sommes retrouvés face à l’accident quasi-fatal de l’un de nos équipiers au bout du monde.

Toutes ces occasions ont été des supports de choix que nos garçons décrivent aujourd’hui comme des moments clés qui ont développé leur rapport à Dieu, au monde, aux autres et à eux-mêmes.

Il n’existe bien sûr aucune garantie de résultat et nul ne peut se vanter de détenir la recette. Tout parent ou éducateur est en recherche permanente en ce sens que nous n’avons pas affaire à des machines mais à des personnes en construction que nous souhaitons voir devenir des hommes et des femmes de Dieu.


Une rubrique qui désire encourager les femmes individuellement et communautairement à creuser davantage la Parole de Dieu pour en faire une boussole qui oriente les réflexions et qui conforte toutes les décisions de la vie.
Retrouvez ici tous nos articles.
Partager
EN VOIR PLUS
Chargement