Aidez TGC Évangile à équiper les croyants pour qu'ils restent fermement attachés à l'Évangile dans une culture qui change radicalement.

×

Comment ne pas redouter les fêtes de fin d’année

Lorsque nous pensons à Noël et à la nouvelle année, il est facile de ressentir à la fois de la joie et de la crainte. Mais la bonne nouvelle, c’est que nous faisons face à tout ce qui nous attend avec la présence aimante de Dieu. Dieu veut que nous connaissions cette réalité.

Avant de lire plus avant, quittez cette page des yeux et prenez le temps de réfléchir à ces mots originels tirés du livre de la Genèse : « Au commencement Dieu. »

D’habitude, nous poursuivrions notre lecture sans nous demander pourquoi la Bible commence par ces mots particuliers, voire même singuliers. Quelles pensées vous viennent à l’esprit à leur lecture ? Des images d’un monde sombre, obscur, incréé, sans paysages, sans architecture, sans animaux, sans humains ? Le mot « commencement » vous rappelle-t-il les premières scènes d’un film mémorable ou les premières pages de votre roman préféré ? Il vous est peut-être difficile d’imaginer à quoi ressemblait le commencement avant que Dieu ne donne vie à notre monde. Ce qui est important pour nous, ce n’est pas ce à quoi ressemblait le monde avant que Dieu ne le forme, mais le fait que Dieu était là. Avant qu’il ne fasse, surnaturellement, de ses mots, naître le monde à partir d’un néant inimaginable, Dieu était.
Lorsque nous imaginons le début de notre monde, le détail le plus significatif à noter est que la Bible ne nous permet pas d’y penser sans la présence de Dieu. Avant toute chose, il y avait quelque chose : Dieu. De manière encore plus étonnante, Éphésiens 1 nous dit qu’avant le commencement, Dieu vous avait déjà choisis.

Choisis

Dieu nous a choisis avant la création du monde (Eph. 1.4a)

En tant qu’auteur-compositeur, j’ai des idées de paroles et de mélodies de manière abstraite et unique, idées qui semblent défier toute formule objective ou explication rationnelle. J’aimerais bien que mon inspiration me parvienne sous forme d’abonnement mensuel, mais elle insiste pour être fantomatique. Avant que je ne conçoive ou ne compose un texte ou une mélodie de manière pleinement consciente, une simple image se matérialise, la graine d’une chanson qui, un jour, portera le fruit d’une réalisation enregistrée.

Bien sûr, la méthodologie qui s’opère dans la composition de mes chansons n’est qu’une illustration lamentablement incomplète de la façon dont Dieu nous a choisis. Le processus de création de Dieu n’aurait pas pu commencer par une idée incomplète. Avant de composer les premières notes qui constitueraient son chant de la création, dans son insondable et infinie prescience, il avait déjà choisi un peuple qui allait « être fécond et multiplier, remplir la terre et la soumettre, et dominer les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les êtres vivants qui se meuvent sur la terre » (Gn 1.28). Cette constatation étonnante donne tout autant à réfléchir : Dieu avait non seulement un but pour l’humanité tout entière, mais il avait également prévu quel serait notre but en tant que peuple élu.

Avant le commencement, Dieu vous avait déjà choisi

Saints

pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui. (Eph. 1.4b)

Être un fils ou une fille élu(e) de Dieu, c’est devenir saint(e) et irréprochable, ou, pour le dire autrement, être mis(e) à part devant lui et pour lui. Comme Dieu ne peut établir sa demeure qu’en ceux qui sont mis à part et justes comme lui, il a choisi de te rendre saint.

Bien sûr, lorsque Dieu nous a mis à part, il savait qu’une autre décision devait être également prise.

Prédestinés

Dans son amour, il nous a prédestinés à être ses enfants adoptifs par Jésus-Christ (Eph. 1.4b-5)

Le voilà. Ce mot gênant de « prédestination » dans toute sa gloire.

L’idée de la prédestination rend certains légèrement, ou sauvagement, mal à l’aise, mais l’apôtre Paul n’avait pas l’intention de lancer un débat lorsqu’il a écrit ces mots aux Éphésiens. Il voulait leur assurer que l’appartenance à Dieu n’est pas le fruit du hasard. Non, Dieu nous a aimés avant de nous créer, et il a prévu de nous adopter. Le statut de pécheur dans lequel nous sommes nés signifie que Dieu n’était pas notre Père à la naissance. Mais Dieu voulait que vous soyez à lui, il vous a donc créé, il vous a aimé, il vous a choisi, il a prévu de vous adopter et il a prévu d’être avec vous.
Pour toujours.

L’apôtre Paul n’avait pas l’intention de lancer un débat lorsqu’il a écrit ces mots aux Éphésiens. Il voulait leur assurer que l’appartenance à Dieu n’est pas le fruit du hasard

Alors que vous vous projetez dans ces temps de fêtes, rappelez-vous qu’aucun de vos commencements ne se fera en l’absence de la présence de Dieu. De la même manière que Dieu était présent avant de créer le monde, il continuera à vous précéder en toutes choses.

Cela vous rappelle que toutes ces choses qui commencent et qui causent tant de peur, d’agitation et d’anxiété ne seront pas entreprises seules ou réalisées de manière isolée. Avant votre commencement, Dieu avait déjà commencé à planifier votre création et votre salut. Et il a également des plans pour ce nouveau commencement.

Note de l'éditeur : 

Cet article est adapté de The God Who Is with Us : 25-Day Devotional for Advent de Ronnie Martin (B&H Books, octobre 2022).

EN VOIR PLUS
Chargement