Conférence pour femmes "Malachie, le maitre de l'univers à un message pour vous" à Strasbourg les 21 et 22 octobre et Grasse les 4 et 5 novembre.

×

Qu’est-ce qui donne à un prédicateur le droit de se lever au moins une fois par semaine pendant, disons, une demi-heure et de prétendre parler au nom de Dieu ? Même le président des États-Unis ne se prévaut pas d’avoir une telle autorité. Personne ne pense qu’un professeur de mathématiques ou de littérature mérite un tel privilège. Et de toute façon, combien d’autres monologues unidirectionnels rencontre-t-on régulièrement de nos jours ? Ce qui était autrefois populaire, l’étoffe des divertissements itinérants dans le monde antique, n’attirerait guère la foule dans les centres-villes aujourd’hui, à moins que cela ouvre la voie à une carrière lucrative de conférencier.

Les prédicateurs tirent leur autorité non d’une connaissance supérieure, d’un pouvoir politique ou d’une habileté rhétorique. Ils la tirent de la seule Parole de Dieu. « Prêche la parole », disait Paul à son jeune disciple Timothée, le pasteur d’Éphèse ; « sois prêt en temps et hors de temps ; reprends, censure et exhorte, avec toute patience et en enseignant » (2 Tim. 4.2).

Les prédicateurs tirent leur autorité de la seule Parole de Dieu.

Les prédicateurs n’ont pas d’autorité s’ils passent en revue la dernière série Netflix. Ils n’ont pas d’autorité si vous leur demandez de vous recommander un restaurant. Ils n’ont pas d’autorité s’ils partagent leurs réflexions sur une théorie du complot qu’ils ont vue sur Facebook. Ils peuvent faire des remarques intéressantes ou valables. Ils peuvent avoir de bons conseils si vous avez besoin d’aide, par exemple, pour trouver un emploi. Mais ils ne tirent une autorité spéciale pour parler au nom de Dieu que lorsqu’ils prêchent sa Parole.

Ne vous contentez pas de la sagesse humaine

En redécouvrant l’Église, nous recherchons l’autorité divine et pas seulement la sagesse humaine. Nous avons plus qu’assez de sagesse humaine aujourd’hui. Vous n’y avez jamais eu un accès aussi large. Les livres sur le développement personnel dominent les listes des meilleures ventes. Les podcasts vous promettent de faire de vous quelqu’un de meilleur. Vous n’épuiserez jamais tout ce qui se trouve sur Internet. Donc une église qui offre de la sagesse humaine rencontre une rude concurrence. Pourquoi écouter un pasteur local au lieu de s’abonner à une chaîne YouTube ? Pourquoi se lever le dimanche matin au lieu de regarder les programmes d’information présentant des politiciens puissants ?

Nous nous levons et nous nous réunissons avec l’Église chaque semaine parce que c’est là que nous allons pour entendre le Roi divin – sa bonne nouvelle et ses conseils pour notre vie. Nous l’entendons chaque fois que nous ouvrons nos Bibles, certes, mais nous l’entendons ensemble lors du rassemblement hebdomadaire. C’est là que nous sommes façonnés en tant que peuple. C’est pourquoi la prédication et l’enseignement sont au cœur de nos réunions d’église. Centrer nos rassemblements autour de la Parole de Dieu permet de développer la culture céleste qui devrait nous caractériser en tant que peuple différent, afin que nous puissions, à notre tour, être sel et lumière dans nos diverses villes et nations.

Avec l’aide de l’Esprit, vous reconnaissez la sagesse divine quand vous l’entendez. Et ce n’est pas comme la sagesse humaine des scribes autoproclamés d’aujourd’hui, qui sont si nombreux sur les réseaux sociaux et dans les livres à succès. L’autorité du prédicateur couvre tout ce que Dieu a dit, mais ne va pas au-delà de ce que Dieu a dit. Les prédicateurs peuvent être coupables d’en dire trop ou trop peu. Cela signifie que la Parole est la base mais aussi la limite du sermon.

Mark Dever compare souvent l’œuvre du prédicateur au travail d’un facteur. Ce dernier ne marche pas jusqu’à chez vous dans le but d’ouvrir les lettres, ajouter quelques notes supplémentaires, refermer l’enveloppe, puis placer la lettre dans votre boîte aux lettres. Un facteur distribue simplement le courrier.

Un facteur distribue simplement le courrier. Ainsi en est-il d’un prédicateur.

Ainsi en est-il d’un prédicateur. La Parole nous aide à discerner sa propre autorité. Lui n’a que l’autorité de distribuer le courrier. Rien d’autre.

Les gourous qui vous parlent de développement personnel manquent d’autorité parce qu’ils ont tout intérêt à vous dire ce que vous voulez entendre – sinon, vous n’achèterez pas leurs produits et ne vous inscrirez pas à leurs programmes. De tels scribes vont au-delà de la Parole de Dieu et revendiquent une autorité illégitime. Ils cherchent à lier votre conscience sur des questions qui ne peuvent être déterminées à partir des seules Écritures. Ils peuvent essayer de vous dire avec qui sortir, pour qui voter, dans quelle école inscrire vos enfants, ou quel type de vêtement indique la piété. Dans tous ces domaines, ils peuvent réellement transmettre leur sagesse, mais nous ne devons pas assimiler un bon conseil à une autorité divine. Le sermon n’est pas le lieu des réflexions humaines mais de la puissance divine.

Ainsi parle le Seigneur

Tout au long de l’Ancien Testament, les prophètes font entendre un refrain : « Ainsi parle le Seigneur ». Ils parlaient avec autorité parce que Dieu leur confiait son message. Ils parlaient de sa part. Cela veut dire que les prophètes n’annonçaient pas toujours ce que le peuple désirait entendre. En fait, il était fréquent que les rois punissent les prophètes quand ils n’aimaient pas ce qu’ils entendaient sortant de leur bouche.

Les prophètes n’annonçaient pas toujours ce que le peuple désirait entendre.

Les expériences d’Israël nous avertissent du fait qu’en redécouvrant l’Église, nous sommes enclins à rechercher des dirigeants qui ne nous disent que ce que nous voulons entendre. Et les dirigeants sont tentés de donner aux gens ce qu’ils veulent, car il est plus facile de gagner sa vie de cette manière. Il est même possible pour les prédicateurs de passer pour des diseurs de vérité audacieux alors qu’ils ne parlent durement que des personnes extérieures à leur église. Ils peuvent sembler courageux, mais ils ne remettent jamais vraiment en question les personnes qui paient leurs factures.

En fait, c’est peut-être le plus grand défi auquel la plupart des prédicateurs sont confrontés. Comment peuvent-ils prêcher la Bible et rien que la Bible sans froisser les susceptibilités de quelques-uns ? Comment peuvent-ils dire des choses dures et vraies à des personnes qui contrôlent leur gagne-pain et qui pourraient les expulser, eux et leur famille, de leur maison et de leur communauté ?

Enseignez-vous la Parole à vous-mêmes

Compte tenu de cette tentation qui guette les prédicateurs, il est important pour le reste d’entre nous de nous préparer à entendre et à écouter la Parole, même si nous ne l’aimons pas toujours ou si nous ne sommes pas d’accord avec elle au début. Lorsque vous redécouvrez l’Église, vous recherchez des prédicateurs qui ne vous feront pas seulement dépendre d’eux pour des idées bibliques cachées, mais qui vous montreront comment vous enseigner la Parole à vous-mêmes.

Les meilleurs prédicateurs ne vous font pas vous émerveiller de leurs propres compétences. Ils vous montrent la gloire de Dieu telle qu’elle apparaît dans sa Parole. Et lorsque vous voyez Dieu de cette manière, vous voulez avoir le plus possible de lui-même. Vous êtes de plus en plus impatients de lire et d’appliquer la Parole par vous-mêmes. Vous entrez alors dans une boucle de rétroaction vertueuse. Plus les prédicateurs vous aident à connaître et à aimer la Parole, plus vous développez ce goût pour vous-mêmes, et plus vous développez un goût pour les prédications consistantes.

Réfléchissez à l’œuvre de la Parole dans une église au travers d’au moins quatre actions : (1) le prédicateur apporte la Parole à toute l’Église ; (2) les membres de l’Église y répondent en se saisissant de la Parole de Dieu dans leurs bouches et leurs cœurs au travers du chant et de la prière communautaires ; (3) tous les membres de l’Église s’enseignent la Parole à eux-mêmes ; et (4) des membres divers de l’Église s’enseignent la Parole l’un à l’autre et à la jeune génération. Cela veut dire que chaque membre de l’Église d’une manière ou d’une autre à être non seulement un étudiant, mais aussi un enseignant des Écritures.

En ayant cette vision de la Parole, les Églises se protègent de l’un des problèmes les plus courants d’aujourd’hui, que les auteurs bibliques ont eux-mêmes prévu et auquel ils ont été confrontés. Paul a dit à Timothée d’avertir les Éphésiens de ne pas : « s’adonner à des mythes et à des généalogies sans fin, qui favorisent les spéculations au lieu du service de Dieu qui se fait par la foi » (1 Tim. 1:4). Dans la deuxième lettre de Paul à Timothée, il avertit de la même manière : « Car le temps vient où les hommes ne supporteront pas un enseignement sain, mais où, ayant la démangeaison de l’oreille, ils s’accumuleront des maîtres à la mesure de leurs passions ; ils renonceront à écouter la vérité et s’égareront dans des mythes » (2 Tim. 4:3–4). Nous voyons donc qu’une Église centrée sur la Parole sera moins intéressée par « ses propres passions », une spéculation qui a l’apparence de la connaissance mais qui indique en fait la folie. Paul aurait pu penser que Satan lui-même a créé internet comme un outil pour diviser et distraire les Églises avec des spéculations sans fin.

Pensez au défi unique que doit relever le prédicateur aujourd’hui. Il pourrait vous demander 45, voire 60 minutes d’attention cette semaine. Et ce, si votre attention n’est pas distraite par les enfants, la somnolence et les SMS qui surgissent pendant que vous essayez de regarder le sermon à la maison. Mais les réseaux sociaux, les vidéos et les podcasts accaparent apparemment chaque moment libre entre le travail, la conduite et le sommeil. Pas étonnant que nos Églises aient l’impression de ne pas être sur la même longueur d’onde ! Nous ne donnons pas la priorité aux mêmes pages d’Écriture. Les Églises qui sortiront les plus fortes des suites de la COVID-19 seront celles qui auront fait la différence entre la Parole de Dieu prêchée avec puissance et les innombrables autres paroles qui se disputent notre attention déclinante.

Note de l'éditeur : 

Cet article a été adapté de Rediscover Church: Why the Body of Christ Is Essential (Redécouvrir l’église : pourquoi le Corps de Christ est essentiel) par Collin Hansen et Jonathan Leeman (Crossway, 2021).

EN VOIR PLUS
Chargement