Aidez TGC Évangile21 à équiper les croyants pour qu'ils restent fermement attachés à l'Évangile dans une culture qui change radicalement.

×
Parcourir

Le discipulat familial est à la fois le type de leadership spirituel le plus commun de votre foyer et aussi d’une importance immense. En termes simples, le discipulat familial est diriger votre foyer en faisant tout ce que vous pouvez, chaque fois que vous le pouvez, pour aider les membres de votre famille à devenir des amis et des disciples de Jésus. Sans aucun doute, il y a ponctuellement des moments forts et des moments difficiles dans la vie qui créent de belles opportunités pour  les parents de souligner la fidélité de Dieu, mais la majeure partie du leadership spirituel se passe dans les interactions routinières et quotidiennes de votre famille.

En réfléchissant à ce qu’est le discipulat familial pour votre foyer, voici cinq rappels essentiels — cinq mensonges que nous sommes tentés de croire — sur ce que le discipulat familial n’est pas.

1. Le discipulat familial n’est pas une forme libre d’exploration spirituelle.

Le discipulat familial est un endoctrinement; nous enseignons les doctrines et la vision du monde de Dieu telles qu’exposées dans sa Parole, sans céder aux opinions contraires du monde ou s’excuser pour le potentiel offensant de cette vérité.

« L’endoctrinement » est devenu un mauvais mot dans une culture qui aime l’idée de laisser les enfants choisir par eux-mêmes ce qu’ils considèrent vrai. Quelle supercherie désastreuse! Ne pas dire à vos enfants ce qui est vrai est le contraire de l’amour. Nous aidons la prochaine génération à naviguer le voyage périlleux de la vie à travers les tentations et la désinformation malveillante.

N’envoyez pas vos enfants à la dérive dans le désert de ce monde en croisant vos doigts pour qu’ils puissent trouver le chemin étroit qui mène à la seule oasis.

2. Le discipulat familial n’utilise pas la Parole de Dieu pour arriver à ses fins.

Il ne s’agit pas de menacer vos enfants en disant que Dieu sera mécontent s’ils ne sont pas silencieux, ne restent pas assis, ou n’arrêtent pas de s’agacer. La manipulation comportementale est motivée par la peur, mais l’obéissance à Dieu est motivée par une gratitude et un amour sincère . Un enfant bien élevé n’est pas la même chose qu’un enfant formé en tant que disciple.

Bien que la Bible en ait beaucoup à dire sur le comportement pieux, et que l’obéissance est un aspect important du discipulat, la modification comportementale n’en est pas l’objectif premier. Il est bien trop facile d’élever un pharisien, un enfant qui connaît et suit les lois de Dieu, mais dont le cœur est loin de lui. Nous voulons que nos enfants obéissent à Dieu non pas parce qu’ils sont intimidés par lui (ou par nous), mais parce qu’ils aiment véritablement l’obéissance, et qu’ils ont confiance en son amour et en sa manière de prendre soin d’eux. Le discipulat familial recherche un changement sincère du cœur des enfants,  une véritable transformation chrétienne.

3. Le discipulat familial n’est pas un moyen d’élever des enfants populaires.

Élever des enfants qui suivent Christ signifie que vous préparez une génération à l’aise à être différente, et même regardée de haut par une culture qui croit tout savoir.

Bien que le but ne soit certainement pas d’élever des enfants qui sont délibérément irritants pour le monde, vous devriez absolument espérer avoir des enfants qui ne fuient pas devant la vérité simplement parce qu’en effet, elle irrite quelqu’un. Ce que vous croyez en tant que chrétiens est offensant pour les sensibilités modernes. Réfléchissez à ceci : si Dieu, par sa grâce, sauve votre enfant, de nombreux membres de la culture vont rejeter votre enfant. À tout le moins, les enfants formés en tant que disciples seront considérés « bizarres ».

La foi de votre fils ou votre fille n’impressionnera pas le monde. Vos enfants seront haïs à cause de qui votre Dieu est, et de ce qu’il est (Marc 13.13; Jean 15.19). Nous devons élever une génération prête à être distinctement différente de ses pairs, vertueusement anormale. De bien des manières, c’est le contraire de notre tendance naturelle dans la manière d’élever nos enfants. Élever des enfants qui sont prêts à être détestés signifie élever des enfants qui aiment Dieu sans honte, même face au dégoût et à l’aliénation.

4.  Le discipulat familial n’est pas une stratégie pour devenir un parent admiré.

Résistez la tentation de diriger dans le but de devenir une mère ou un père impressionnant et faites plutôt comprendre à vos enfants leur besoin désespéré d’un Père céleste. Votre identité est enracinée en tant qu’enfant de Dieu, et non pas en tant que parent de votre enfant. Il ne s’agit pas de s’affirmer dans l’affection et l’admiration des autres. Ce n’est pas de construire votre patrimoine personnel, ou de créer des versions juniors de vous-même.

Le discipulat familial façonne les enfants à l’image de Christ, et non pas à l’image de sa mère ou de son père. Vous ne façonnez pas un enfant afin qu’il entre dans un moule de perfection pour gagner l’admiration humaine et satisfaire l’orgueil parental. Cette formation dans la vertu n’est pas une compétition ou une avenue pour les  manifestations narcissiques de la supériorité familiale.

5.  Le discipulat familial n’est pas toujours le chemin le plus attrayant.

Le discipulat familial n’est pas la voie de la moindre résistance. Pour les enfants, l’autorité, la formation et les règlements semblent être des adversaires à la liberté et au plaisir. « Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. » (Hébreux 12.11).

La vigne qui n’a pas été émondée ne porte pas les meilleurs fruits. Vous ne formez pas vos enfants parce que c’est sans douleur. Vous les formez parce que vous croyez qu’il est préférable de servir et d’obéir au Dieu qui sait ce qui est meilleur, et qu’Il est ce qu’il y a de meilleur.

Nous sommes toujours en train de former des disciples

Volontairement ou non, tous les parents forment les petits qu’ils côtoient. Les enfants nous observent et nous écoutent alors que nous formons leurs impressions du monde, de la foi, et de ce que signifie être adulte.

Il vaut mieux avoir un plan que de naviguer par instinct. Puisque chaque parent et chaque enfant sont uniques en leur genre, nous devrions avoir un plan et une vision du discipulat familial adapté à l’unicité de notre famille.

EN VOIR PLUS
Chargement