×

3 raisons pour lesquelles les femmes ont besoin d’une bonne théologie

« Faites attention. Il ne faut pas que vous deveniez des leaders spirituels dans vos maisons, ou pire encore que vous aspiriez à devenir pasteurs. »

Ce fut la réponse d’un ami pasteur quand il a vu le blog de théologie pour femmes que j’avais lancé sur internet. J’étais effondrée.

Mon amour pour la théologie a commencé il y a 5 ans seulement. Je suis devenue chrétienne pendant ma première année de fac. J’aimais beaucoup lire, et j’ai lu beaucoup de livres chrétiens. Comme j’avais une connaissance limitée des Écritures, ces livres m’aidaient à naviguer dans les profondeurs de la Parole de Dieu.

Malheureusement, tous les livres n’étaient pas utiles. Pendant mes 2 premières années de vie chrétienne, j’étais ballottée entre tous les courants doctrinaux que je rencontrais. 

Je me souviens quand j’ai lu pour la première fois des livres de saine doctrine biblique. Mon mari, qui n’était qu’un ami à l’époque, m’avait fait connatre des auteurs tels que Kevin DeYoung, John Piper, et Tim Keller. Je me souviens avoir eu les larmes aux yeux en lisant Prendre plaisir en Dieu et en me demandant pourquoi l’Évangile ne m’avait jamais été expliqué comme ça avant ? 

Une juste compréhension de la Parole de Dieu m’a aidée à devenir une meilleure amie, une meilleure fille, une meilleure employée, une meilleure voisine, etc. Encore mieux, ces livres m’ont encouragée à aimer encore plus la Parole de Dieu, à la dévorer, la chanter. Jamais de ma vie je n’avais été aussi remplie de joie. 

Alors évidemment, j’étais dévastée par la remarque de mon ami. Pourquoi voulait-il décourager les femmes de vouloir mieux comprendre la Parole de Dieu ? Ne croyons-nous pas que « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice » (2 Tim. 3.16) ? 

Devrions-nous négliger le passage de Tite 2 qui invite les femmes plus âgées à enseigner les plus jeunes afin que la Parole de Dieu ne soit pas exposée au blasphème. Une femme plus âgée peut-elle efficacement enseigner une plus jeune si elle ne connait pas bien la Parole ? 

Je me suis demandé si c’était seulement mon ami qui avait cette opinion, alors j’ai creusé un peu la question. J’ai eu des entretiens avec plusieurs femmes chrétiennes écrivains à qui j’ai demandé si elles avaient déjà entendu de tels propos. Malheureusement oui, elles avaient toutes eu ce genre d’expérience. D’où est-ce que cela vient ? La théologie est-elle réservée aux hommes ?

J’aime la complémentarité entre l’homme et la femme

Avant d’aller plus loin, je voudrai clarifier une chose: je crois en la complémentarité entre l’homme et la femme. Je crois que la théologie de la complémentarité est d’un grand secours, et qu’elle est même nécessaire. Entre autres, elle répond à une problématique liée à une forme d’idolâtrie dans notre culture moderne. On nous dit que le vrai bonheur se trouve dans la définition de soi-même, ce qui a engendré beaucoup de confusions sur la volonté de Dieu vis à vis du genre. Plus que jamais, les Églises doivent maintenir une doctrine saine et ferme concernant la vision biblique du genre. Je ne pense pas qu’une femme devrait être pasteur, ni devrait être le leader spirituel de son foyer et ce serait regrettable que mon article puisse servir à quiconque pour argumenter en ce sens. 

Mais nous devons aussi faire attention à notre zèle. « Comme tout mouvement qui gagne en influence et en popularité, les mouvements en faveur de la complémentarité des rôles de l’homme et de la femme ont engendré des malentendus et des excès regrettables » relève Elyse Fitzpatrick dans son livre Good News for Weary Women.

Pervertir un mouvement sain 

Mon ami n’est pas un extrémiste radical. Il sert dans un Église qui reconnait l’autorité de la Bible et met Christ au centre. Il aime la Parole de Dieu et désire obéir à la Bible dans tout ce qu’il fait. Alors d’où vient cette peur des femmes théologiquement formées et solides ? 

Je pense que cette peur vient à l’origine d’un désir sain et honorable – un désir sain qui s’est perverti. Dans les années 70, il était devenu évident que les distorsions à propos du genre avaient envahi l’Église américaine. La majorité des évangéliques ne recherchaient plus dans la Bible les réponses aux questions sur le rôle de la femme et de l’homme. En réaction, de nombreux croyants ont pris des positions très fortes afin de soutenir la vision biblique. Et cela était une bonne chose.

Cela est devenu gênant quand certains ont poussé ces positions à l’extrême. Ce qui partait d’un souhait honorable de voir la femme conserver le rôle que Dieu lui donne et s’en réjouir est devenu malsain quand certains ont voulu jouer les juges et confiner la femme dans l’étroitesse de ce qui était acceptable.  

Les limites peuvent être utiles, mais cela peut aussi mettre des frontières hermétiques et strictes là où elles ne devraient pas être. C’est exactement ce qu’ont fait les Pharisiens quand ils ajoutaient des fardeaux aux croyants en vue de leur faire respecter la loi. 

3 raisons pour lesquelles les femmes ont besoin d’une bonne théologie

En ce qui concerne les femmes et la théologie, la Parole de Dieu est claire. Ce n’est pas seulement aux hommes qu’a été donné le 1er commandement d’aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa pensée. Dieu n’a pas rendu ce commandement différent selon le genre. Tous les croyants doivent l’aimer ainsi. Les femmes ont besoin d’une théologie saine autant que les hommes. Voici les 3 raisons principales :

1. Jésus le veut pour nous

S’il fut une époque ou l’on aurait pu croire que les femmes étaient concernées seulement par les tâches ménagères, Jésus a complètement balayé cette idée en disant à Marthe que Marie – qui avait la position d’une étudiante- avait fait le bon choix. (Lc 10:42).  Avant de faire quoi que ce soit d’autre, il est absolument nécessaire que les femmes le connaissent. 

Nous pouvons voir ses désirs dans les interactions qu’il avait avec les femmes. Il a effectué son ministère aux cotés de femmes (Lc 8.1-3), il a été enseigné par une femme (Lc 7.36-50), et il a pris le temps de parler de vérités bibliques profondes avec les femmes (Jean 4).

Jésus ne s’oppose pas à ce que les femmes vivent le rôle que la Bible leur donne. Il a créé cette répartition. Mais il veut que les choses soient très claires : l’adoration doit être un préalable à l’action. 

2. C’est pour notre bonheur

La réflexion et l’apprentissage sont les composantes nécessaires de notre adoration. On ne peut pas savourer ce que nous ne connaissons pas. On ne pourrait pas dire que nous aimons le chocolat si nous ne l’avions pas nous même goûté. La Bible nous invite à goûter et à voir que le Seigneur est bon (Ps 34.8). Si nous ne l’étudions pas, nous ne le désirerons pas, nous ne deviendrons pas comme lui et nous ne nous réjouirons pas en lui. 

3. C’est pour la gloire de Dieu

Du début à la fin de la Bible, Dieu montre très clairement qu’il est passionné au sujet de sa gloire. C’est pour cela qu’il nous a créés. Comme dit John Piper dans son livre Think : “nous lui rendons gloire en le connaissant, en le chérissant plus que toute autre chose, et en vivant d’une manière qui montre qu’il est notre trésor suprême”.  Dieu nous a donné une intelligence pour cela et il nous aussi donné sa Parole comme moyen de le connaitre. Et plus nous le connaissons, plus nous aurons envie de vivre pour sa gloire et non la nôtre. 

Le privilège de pouvoir contempler Dieu

Mon ami a peur que les femmes veuillent devenir autre chose que ce Dieu avait prévu pour elles. Ceci est trompeur. Nous devenons ce que nous contemplons. « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit. »  (2 Cor 3.18).

En d’autres termes, nous devenons plus comme Jésus en contemplant sa gloire.  

Par conséquent, afin d’éviter les distorsions à propos du rôle de la femme, il faut au contraire encourager les femmes à contempler Dieu – à goûter et à voir qu’il est bon – et à rechercher dans sa Parole toutes les raisons de l’adorer. Nous devrions trembler à l’idée d’encourager les femmes à quoi que ce soit d’autres.

Nous vivons dans une société obsédée par les sujets liés au genre. Ce qui veut dire que nous avons le privilège de pouvoir les combattre par une vision biblique solide. Mon espoir et ma prière est que nous ne baissions pas les bras en acceptant des réponses superficielles mais au contraire que nous nous battions pour fournir une réponse biblique saine, solide : la vision de Dieu sur le rôle des femmes et des hommes, pour sa gloire et pour notre bien. 


Traduction : Ellen Zevounou

EN VOIR PLUS
Chargement