×

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai besoin de plus qu’une simple aide.

Ce à quoi je suis le plus confronté dans la vie n’est pas le mal à l’extérieur de moi, mais le mal dans mon cœur qui m’attire vers les tentations du monde.

J’ai besoin de plus qu’une simple aide ; J’ai besoin de secours. J’ai besoin de quelqu’un pour faire pour moi ce que je ne suis pas capable de faire pour moi-même.

J’ai besoin de rédemption. Et vous aussi.

Deux passages bibliques illustrent la nécessité de notre rédemption et la solution divine de Dieu. Le premier passage, en Genèse 6.5, est dévastateur dans sa représentation de la nature globale et interne de notre lutte contre le péché.

« L’Éternel vit que les hommes commettaient beaucoup de mal sur la terre et que toutes les pensées de leur cœur se portaient constamment et uniquement vers le mal. »

Laissez ces mots vous pénétrer. Le péché concerne quelque chose de plus fondamental que de faire ce qui est mal ou de ne pas faire ce qui est juste. Le péché imprègne chaque cellule du cœur et tord tout ce que nous faisons vers le mal.

Nous avons du mal à croire ce diagnostic. Nous voulons nous accrocher à l’illusion d’une intention pure et non entachée. Proverbes 16.2 dit : « Toutes les voies d’un homme sont pures à ses yeux, mais celui qui évalue les dispositions d’esprit, c’est l’Éternel. »

Genèse 6 déchire nos cœurs et révèle le péché au plus profond de chaque pensée et de chaque intention. Mais il y a de l’espoir ; il y a un deuxième passage qui doit être inclus dans le récit biblique de la rédemption.

« Le Fils est le reflet de sa gloire et l’expression de sa personne, il soutient tout par sa parole puissante. Après avoir accompli [au travers de lui-même] la purification de nos péchés, il s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts. » (Hébreux 1.3)

Avec trois mots – il s’est assis – l’auteur des Hébreux saisit la complétude de l’œuvre du Christ. Jésus a fait tout ce qui était nécessaire pour faire face à chacun des effets du péché. Il a fait ce que les prêtres de l’Ancien Testament ne pouvaient jamais faire : s’arrêter.

Les prêtres de l’Ancien Testament ont été appelés à se sacrifier pour les péchés continus du peuple de Dieu. Épuisés et ayant du sang jusqu’aux genoux ils offraient sacrifice après sacrifice, jour après jour.

Si nous regardions la scène, nous la trouverions nauséabonde. Ce n’étaient pas seulement les offrandes quotidiennes, mais des dizaines de sacrifices quotidiens, hebdomadaires et saisonniers offerts selon le calendrier religieux. Des milliers d’animaux étaient abattus chaque année.

Pourtant, cela n’a jamais suffi. Avant même que le sang ne sèche, du sang coulait à nouveau. La puanteur de la chair brûlante ne diminuait pas. Ce travail sacrificiel ne cessait pas parce que le pouvoir du péché n’avait pas encore été brisé et que la dette pour le péché n’avait pas encore été entièrement payée.

C’est une chose étonnante de lire qu’après que Jésus ait achevé son œuvre, Il s’est assis ! La seule raison pour laquelle Il a pu s’asseoir est qu’Il avait achevé tout ce qui devait être fait pour contrer tous les aspects du péché.

Assemblez Genèse 6.5 et Hébreux .3, nous devrions être le peuple le plus triste et le plus reconnaissant sur terre. Nous devrions être honnêtes et dévastés par la totalité de notre dépravation, mais nous ne devrions jamais cesser de célébrer la plénitude de la provision du Christ.

La rédemption absolue a été livrée. Dieu est satisfait, Christ s’est assis et il y a de l’espoir pour nous – une espérance pratique qui s’étend d’aujourd’hui jusqu’aux extrémités de l’éternité.

Que Dieu vous bénisse,

Paul Tripp


Questions de réflexion

  1. Dans quel domaine avez-vous récemment fait l’expérience du mal, de la rupture et de la tentation ?
  2. Qu’auriez-vous pu faire concrètement pour fuir ce mal et cette tentation ?
  3. Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que Genèse 6.5 est un diagnostic précis de votre condition spirituelle ? Quelles pensées et quels désirs de votre cœur vous attirent vers ce que Dieu a déclaré être faux ?
  4. Utilisez Proverbes 16.2 comme une incitation à la prière et demandez au Seigneur d’exposer tout motif impur. Quelles opportunités faisant honneur à Dieu pourraient être détournées par un enjeu personnel ?
  5. Vivez-vous avec la joie et la confiance que Dieu est satisfait et que Christ s’est assis ? Considérez les implications pratiques quotidiennes découlant de cet espoir. Qu’est-ce qui pourrait être changé dans votre vie ?

 

Traduction : Anaïs Visca

EN VOIR PLUS
Chargement