×

La semaine dernière, nous nous sommes penchés sur quelques versets du livre des Hébreux, où le Seigneur révèle son amour pour nous au moyen d’avertissements sévères. De quel amour parle-t-on ? Un avertissement n’est pas un jugement. Si tout ce que Dieu voulait, c’était nous juger et nous condamner, il ne se donnerait pas la peine de nous avertir. Il nous jugerait et nous condamnerait immédiatement !

J’aimerais continuer à parcourir le livre des Hébreux aujourd’hui dans la suite de notre série sur la merveilleuse doctrine de l’Écriture.

« Au contraire, encouragez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire « Aujourd’hui », afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse, trompé par le péché. » (Hébreux 3 : 13).

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais moi ça ne me pose pas de problème de voir le péché de mes amis ou de ma famille. Toutefois, je suis souvent surpris et offensé quand c’est le mien qui est révélé. Nous devons arrêter de penser que personne ne nous connaît mieux que nous-même. C’est faux.

Personne ne possède une connaissance parfaite de lui-même. Le péché est toujours en nous et nous aurons toujours une image incomplète de nous parce qu’il restera toujours des restes d’aveuglement spirituel.

Nous avons tous désespérément besoin de quelque chose qui puisse percer notre aveuglement et nous confronter avec qui nous sommes et avec nos désirs égoïstes. C’est exactement ce que fait la parole de Dieu.

« Mettez en pratique la parole et ne vous contentez pas de l’écouter en vous trompant vous-même par de faux raisonnements. En effet, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il ressemble à un homme qui regarde son visage dans un miroir et qui, après s’être observé, s’en va et oublie aussitôt comment il était. Mais celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui a persévéré, celui qui n’a pas oublié ce qu’il a entendu mais qui se met au travail, celui-là sera heureux dans son activité. » (Jacques 1 : 22-25)

Nous devrions dire merci tous les jours parce que la Parole de Dieu fonctionne comme un miroir. C’est en nous regardant dans le miroir de la Parole de Dieu avec un esprit et un cœur ouvert que nous nous voyons tels que nous sommes.

Mais aussi longtemps que le péché demeure en nous, nous nous détournerons de cette confrontation, préférant nommer des personnes qui auraient selon nous plus besoin de ces vérités que nous, et nous resterons inchangés.

Aussi, nous avons besoin d’être confrontés par la Parole mais aussi convaincus (par le Saint-Esprit, mais surtout par la parole de Dieu).

Notre libération progressive du péché et notre maturation dépendent du Saint-Esprit qui nous ouvre les yeux et touche nos cœurs. 1 Thessaloniciens 1 : 5 dit « parce que notre Évangile ne vous a pas été prêchés en paroles seulement, mais avec puissance, avec l’Esprit Saint et avec une pleine conviction. Vous savez en effet comment nous nous sommes comportés parmi vous à cause de vous. »

Il n’y a pas un jour où nous n’avons pas besoin du ministère du Saint-Esprit, par le moyen de la parole de Dieu, pour nous convaincre, nous humilier et nous pousser à la confession. Nous avons besoin de la puissance de conviction de la Parole et de l’Esprit pour gérer nos finances, gérer notre temps, prendre soin de nos corps, raisonner, vivre nos relations et accomplir notre travail quotidien.

Le Saint-Esprit continuera à nous convaincre de péché jusqu’à ce que ce dernier disparaisse et il utilisera pour cela la Bible. Soyez reconnaissants que la Bible soit le miroir le plus puissant, le plus pénétrant et le plus précis du monde.

« En effet, la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante que toute épée à deux tranchants, pénétrante jusqu’à séparer âme et esprit, jointures et moelles, elle juge les sentiments et les pensées du cœur. » (Hébreux 4 : 12)

Que Dieu vous bénisse

Paul David Tripp


QUESTIONS DE REFLEXION

  1. En quoi avez-vous été trompés par le péché dans le passé ? Pensez à une période où votre cœur s’est graduellement endurci à la Parole de Dieu et à l’action du Saint-Esprit. À quels mensonges du malin avez-vous commencé à croire et quelles ont été les conséquences dans votre vie ?
  2. Si un frère ou une sœur (ou un conjoint ou un enfant) vous confrontait au sujet d’un péché dans votre vie, quelle serait votre première réaction ? Pensez à un exemple précis et récent. Avez-vous essayé de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre ou de rappeler à cette personne qu’elle pèche aussi ?
  3. Qu’est-ce que la parole de Dieu et le Saint-Esprit sont en train de montrer du doigt en ce moment dans votre vie ? Soyez précis et nommez un/des péché(s) et/ou tentation(s). De quoi Dieu, dans son amour, essaie-t-il de vous sauver par cette confrontation ? Quelle a été votre réponse ?

4.Connaissez-vous quelqu’un qui a besoin d’être encouragé ? En quoi la confronter avec son péché est peut-être le plus grand geste d’amour que vous pouvez faire pour cette personne ? Est-ce que la peur vous retient ? Comment pouvez-vous redresser avec un esprit de douceur (voir Galates 6 : 1) ?

EN VOIR PLUS
Chargement