×

Vous est-il déjà arrivé d’être engagé dans une conversation fascinante lorsque soudain, une autre personne s’immisce dans le dialogue, l’interrompt, et commence à parler d’elle? C’est assez énervant.

(Avant de penser à la personne qui semble toujours faire cela, demandez-vous: combien de fois suis-je celui qui interrompt et qui attire l’attention sur moi?)

Il y a un passage comme celui-ci dans 1 Corinthiens 15. Ce chapitre est probablement le traité le plus long et le plus détaillé du Nouveau Testament sur la résurrection du Seigneur Jésus-Christ. L’apôtre Paul se dispute contre ceux de Corinthe qui ont dit qu’il n’y avait pas de résurrection.

Il s’est lancé dans cette  description très sainte de l’Évangile, et puis tout à coup, il commence à parler de sa propre personne. De prime abord ça n’a pas l’air très correct.

«Après eux tous, il m’est apparu à moi aussi, comme à un enfant né hors terme. En effet, je suis le plus petit des apôtres et je ne mérite même pas d’être appelé apôtre, parce que j’ai persécuté l’Église de Dieu. Mais par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été sans résultat. Au contraire, j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu [qui est] avec moi. Ainsi donc, que ce soit moi ou que ce soient eux, voilà le message que nous prêchons, et voilà aussi ce que vous avez cru. » (1Corinthiens 15 :8-11, S21)

Mais le récit de l’histoire de Paul est incroyablement pertinent à ce sujet. Pourquoi? Parce que nous avons tendance à agir comme si la résurrection ne nous donne que la vie éternelle, et c’est tout.

Oui, et amen, elle le fait! Nous célébrons le dimanche de Pâques parce que la résurrection nous garantit une résurrection future. Louez Dieu; il y a un jour où Il nous délivrera de ce pétrin. Le paradis arrive !

Mais ce n’est pas tout ce que la résurrection nous donne. Par la puissance de la grâce de la résurrection, vous avez été tiré  de votre péché pour  une nouvelle vie : « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus habite en vous, celui qui a ressuscité Christ rendra aussi la vie à votre corps mortel par son Esprit qui habite en vous.. » (Romains 8:11, S21)

Vous ne devriez pas être capable de lire ce dernier verset ou cette prochaine phrase sans sauter de joie: la même puissance qui a ressuscité Jésus d’entre les morts demeure maintenant en vous.

Aujourd’hui. Juste ici et maintenant. Vous n’avez pas besoin d’attendre jusqu’au ciel pour faire l’expérience d’une résurrection.

Paul en était la preuve vivante. C’était un insensé, un rebelle, et il était aveugle. « Quant à Saul, il respirait toujours la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur…. » (Actes 9:1, S21)

Vous pouvez remarquer que Paul ne se sentait pas condamné; il n’était pas intéressé par le changement. Il s’apprêtait à persécuter aveuglément et de manière insensée l’Église de Jésus-Christ.

Et puis il a été sauvé par la grâce divine. « Mais par la grâce de Dieu. » (1 Corinthiens 15:10, S21)

Quelle est cette puissance qui peut transformer cet homme qui détestait le message de l’Évangile en un homme qui ne peut s’empêcher de prêcher le message de l’Évangile? LA GRÂCE! La grâce qui sauve, qui pardonne et qui transforme.

L’histoire de Paul à propos de sa personne n’est pas un changement de sujet; l’histoire de Paul est une application à notre sujet de départ.

Nous n’avons pas seulement besoin de la promesse de la résurrection à venir; nous avons besoin de cette résurrection ici et maintenant.

Bien sûr, nous ne respirons pas les menaces et les meurtres contre les disciples du Seigneur, mais nous ressemblons plus à Saul que le contraire. Oui, nous sommes assurés d’une résurrection future, mais nous sommes toujours aveugles, stupides et rebelles dans de nombreux domaines.

Aujourd’hui, confessez votre besoin continu de la grâce de Dieu qui sauve, pardonne et transforme. Puis prenez la main sur le pouvoir transformateur de la résurrection du Seigneur Jésus-Christ.

Que Dieu vous bénisse,

Paul David Tripp


Questions de réflexion

  1. Quand avez-vous interrompu une conversation pour la dernière fois ou vous êtes-vous immiscé en tant que centre d’attention? Qu’est-ce qui vous traversait le cœur et l’esprit à ce moment?
  2. Comment pouvez-vous être un meilleur auditeur? Y a-t-il quelqu’un que vous avez du mal à écouter ? Qu’est-ce que ça pourrait révéler à propos de votre cœur ? Comment pouvez-vous faire preuve de compassion et de miséricorde avec vos oreilles?
  3. Comment votre histoire de conversion est-elle un miracle de grâce ? De quelle façon étiez-vous comme Saul ?
  4. Regardez-vous de haut les autres qui n’ont pas encore eu les yeux ouverts par la grâce? De quelle façon pourriez-vous être bien-pensant s’il s’agit de votre histoire de salut, même si : «c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter… » (Éphésiens 2:8-9, S21)
  5. Pourquoi le dimanche de Pâques devrait-il vous motiver à devenir un évangéliste plus fervent et zélé pour annoncer l’Évangile du Christ ? Qui Dieu a-t-il placé dans votre vie qui a besoin d’entendre parler de la résurrection ? Allez-vous commencer ou poursuivre cette conversation cette semaine?
EN VOIR PLUS
Chargement