×

J’habite à Philadelphie et, en 2008, les Phillies (notre équipe de baseball) ont remporté la série mondiale. Neuf ans plus tard, les Eagles (notre équipe de football) ont remporté le Super Bowl. À la suite de ces victoires, la ville de l’amour fraternel a été remplie de joie. C’était un sentiment fantastique et un spectacle à voir.

J’aime le sport et faire la fête avec ma famille et mes voisins, mais aussi puissantes et enivrantes qu’aient été les émotions sur le moment, il s’agissait d’une « fausse joie », et elle s’est vite évaporée. Il n’a pas fallu longtemps pour que les équipes connaissent à nouveau des difficultés et que la joie soit remplacée par d’autres émotions moins agréables pour les supporters.

Le sport n’est peut-être pas votre passion, mais vous n’avez pas à chercher bien loin d’autres sources de fausse joie. Nous passons d’une chose à l’autre, en espérant que le prochain plaisir nous procurera l’euphorie émotionnelle que l’on appelle à tort la joie.

La fausse joie vous fait sourire pendant un moment, mais vous laisse vide et à la recherche de quelque chose d’autre avant très longtemps. Voici quelques exemples :

  • Nous investissons plus que de raison dans la recherche de la satisfaction temporaire que nous procurent les achats et la propriété.
  • Nous mangeons plus que de raison, en recherchant la courte durée de vie de la satisfaction émotionnelle et physique que nous procure la nourriture.
  • Nous nous divertissons trop, en espérant que la joie anesthésiante des mondes imaginaires nous aidera à faire face au monde réel dans lequel nous vivons.
  • Nous travaillons trop, en espérant que la réussite nous permettra de nous sentir bien dans notre peau et dans notre vie.
  • Nous dépendons trop des gens, à la recherche d’un sentiment de bien-être intérieur dans une relation.

La vraie joie, cependant, est plus qu’une amélioration passagère de vos émotions. En fait, on pourrait dire que la joie réelle est fondamentalement plus qu’une émotion.

La joie est une paix et un repos intérieurs, fondés sur ce que vous savez être vrai, et qui se traduisent par une vie de gratitude et de confiance.

La joie réelle n’est pas seulement un sentiment, c’est un style de vie. Elle n’est pas le résultat des choses qui se passent autour de moi, mais un repos et une paix solides que j’apporte aux choses qui m’entourent et qui changent ma façon de penser et d’interagir avec elles.

La vraie joie est verticale. Elle résulte d’une relation personnelle avec le Créateur et Maître de l’univers et de la confiance en son plan pour le monde. La joie véritable est ancrée dans la conviction que ce que Dieu vous a dit est fiable et exact.

La vraie joie s’enracine dans la reconnaissance radicale que Dieu met en œuvre son plan irrévocable, sage et bienveillant et qu’Il ne relâchera pas ses efforts jusqu’à ce que sa volonté soit enfin accomplie.

La vraie joie reconnaît que la victoire de Dieu est votre victoire.

La vraie joie regarde vers Dieu et au-delà, vers l’éternité, en se reposant sur la certitude de sa puissance et de son plan, même si les choses sur le moment peuvent être déconcertantes et difficiles.

Et quand rien ne semble avoir de sens, vous pouvez vous réveiller avec la joie confiante que son plan est en marche et qu’il gagnera !

« Voilà pourquoi nous ne perdons pas courage. Et même si notre être extérieur se détruit, notre être intérieur se renouvelle de jour en jour. En effet, nos légères difficultés du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire. Ainsi nous regardons non pas à ce qui est visible, mais à ce qui est invisible, car les réalités visibles sont passagères et les invisibles sont éternelles. » 2 Corinthiens 4:16-18

Une joie inébranlable qui ne se fane pas devant la difficulté ne se trouve que dans la connaissance de Dieu.

« Tu me fais connaître le sentier de la vie; il y a d’abondantes joies dans ta présence, un bonheur éternel à ta droite. » (Psaume 16:11)

Que Dieu vous bénisse,

Paul David Tripp


QUESTIONS DE RÉFLEXION

1. Qu’est-ce qui vous a procuré une émotion intense récemment ? Pourquoi était-ce si enthousiasmant ?

2. Comment ce plaisir momentané a-t-il été une preuve de la bonté et de la générosité de Dieu à votre égard ? Comment cela met-il en évidence la gloire de Dieu ? Pourquoi pouvez-vous apprécier des moments comme celui-ci ?

3. Combien de temps a duré votre plaisir ? Pourquoi sa fin est-elle un bon rappel ?

4. Qu’est-ce que Dieu vous a promis et offert qui est plus profond et plus permanent qu’un plaisir créé temporairement ? Créez une liste et rappelez-vous-en.

5. Comment ces promesses et ces dispositions vous donnent-elles de la confiance et de la joie, même dans des circonstances de vie difficiles ? Soyez précis. À quoi êtes-vous confronté aujourd’hui et que la joie réelle peut vous faire traverser ?

EN VOIR PLUS
Chargement