×

Certains passages de la Bible sont directs et vont droit au but. On peut par exemple penser à 1 Jean 2.19 : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres, car s’ils avaient été des nôtres, ils seraient restés avec nous. »

Il ne s’agit pas seulement du récit d’un événement historique mais aussi d’un avertissement pour nous aujourd’hui. Nous devons nous empêcher de définir le christianisme comme autre chose qu’une adoration profonde de Christ, qui consiste à le louer chaque jour et à le servir activement.

Nous devons sans cesse examiner nos motivations personnelles pour être sûrs que la foi qui nous anime est le vrai christianisme de la Bible et pas une contrefaçon qui fait abstraction de Jésus.

Qu’est-ce qui caractérise un christianisme contrefait, sans Christ ? Je vois trois choses :

1. Il confond engagement envers le christianisme et engagement envers Christ

Les traditions chrétiennes sont belles et passionnantes, et c’est une bonne chose. Le danger est qu’elles peuvent prendre la place de notre relation avec Jésus. La tactique de l’ennemi consiste à nous donner le sentiment que nous sommes plus vivants lorsque nous participons à la culture chrétienne que lorsque nous communions avec Christ.

2. Il confond connaissance biblique et sagesse biblique.

Il est tout à fait possible d’acquérir plus de connaissances sur la Bible sans pour autant grandir en sagesse et en sainteté. J’aime la théologie, mais ayant enseigné pendant vingt ans dans l’une des plus prestigieuses formations au monde, j’ai vu beaucoup trop d’étudiants rigoureusement formés obtenir le diplôme alors qu’ils étaient des disciples de Jésus immatures.

3. Il confond participation à différents ministères avec une vie centrée sur Christ

Il est bon et juste qu’une Église locale aie plusieurs ministères pour le corps de Christ. Cependant, les disciples de Jésus sont appelés à offrir tous les aspects de leur vie pour le royaume de Dieu et pas seulement le temps dédié aux activités de l’Église.

Il n’est pas biblique de voir le ministère et notre vie comme deux choses indépendantes, comme si on pouvait passer de l’un à l’autre. Au contraire, nous devrions avoir un autre état d’esprit et vivre en nous demandant constamment : comment puis-je participer ici et maintenant à l’œuvre de Dieu sur terre ?

Le vrai christianisme

Si le christianisme que nous vivons est autre chose qu’un abandon de nos pensées et motivations personnelles au Seigneur Jésus et autre chose qu’une soif et une recherche quotidiennes de sa grâce transformatrice, alors notre foi aura tendance à se réduire à un système de traditions, de philosophies et de bonnes actions.

Nous sommes appelés jusqu’à la fin de notre vie à refuser ce christianisme contrefait duquel Christ est absent. Nous avons reçu la grâce pour le faire et la grâce pour désirer quelque chose de bien meilleur : une relation satisfaisante pour notre âme avec Jésus en personne !

Que Dieu vous bénisse,

Paul David Tripp


QUESTIONS DE REFLEXION

  1. Quels lieux, traditions, institutions, images et musiques issus de la culture chrétienne préférez-vous ?
  2. Y a-t-il un risque que vous placiez la culture chrétienne au-dessus de votre relation avec Christ ? Pensez à des dangers spécifiques auxquels vous pourriez être exposés.
  3. Que pouvez-vous mettre en place pour vous protéger et pour vous assurer que votre quête de connaissances bibliques n’est pas exempte d’un désir de sanctification personnelle.
  4. Quelles sont les opportunités de service que vous préférez et qui sont organisées par votre Église ou un groupe chrétien auquel vous appartenez ?
  5. Où Dieu vous appelle-t-il à vivre avec un esprit de service en dehors de ces événements organisés ? (La réponse est « partout », mais soyez précis : au travail, avec un voisin, au supermarché du coin…)
EN VOIR PLUS
Chargement