×

Pourquoi cherchons-nous toujours à avoir plus alors que nous possédons clairement assez de choses ?

Pourquoi fixons-nous nos placards qui débordent en pensant que nous n’avons rien à nous mettre ?

Pourquoi avons-nous tendance à vivre dans une maison bien plus grande que ce dont notre famille a réellement besoin ?

Pourquoi achetons-nous une voiture flambant neuve alors que notre mode de transport actuel est plus que convenable ?

Pourquoi allons-nous si souvent au restaurant et mangeons-nous au-delà de nos besoins vitaux ?

Pourquoi sommes-nous autant obsédés par notre apparence et par le fitness ?

Pourquoi avons-nous recours à des technologies médicales de pointe pour paraître plus jeunes ?

Pourquoi investissons-nous autant de temps et d’argent dans nos vacances ?

Pourquoi sommes-nous si nombreux à avoir des dettes ?

Pourquoi sommes-nous si nombreux à être attirés par le sexe ?

Pourquoi convoitons-nous si souvent ce que les autres ont ?

La réponse est simple. On la trouve partout dans la Parole de Dieu, et plus particulièrement dans le livre de l’Ecclésiaste. Chaque jour, nos désirs, paroles, actes et dépenses confirment ce que dit ce livre : nous cherchons la vraie vie.

Dieu a fait de nous des êtres spirituels pour que nous ayons une relation avec lui qui donne un sens à notre vie et qui comble notre âme, mais la chute a brisé cette union parfaite. Et alors que nous attendons la rédemption de nos corps (Romains 8.23), nos âmes gémissantes ne peuvent s’empêcher de chercher cette identité et ce contentement ailleurs.

Une maison confortable, une nouvelle voiture, un look sympa, un délicieux repas, des vacances reposantes, un abonnement à la salle de sport… rien de tout cela n’est foncièrement mauvais. Je ne suis pas en train de dire qu’il faut abandonner toutes les choses et expériences plaisantes dans votre vie.

Cependant, je dirais que le matérialisme retient nos cœurs captifs et pompe notre temps, notre énergie et nos ressources (voir Matthieu 6.19‑33, Ésaïe 55.2, votre agenda, votre compte en banque et vos sources de colère, d’inquiétudes et de plaisir).

Nous avons tous tendance à être captivés et contrôlés par ce qui est, selon nous, source de vie :

  • telle épouse est subjuguée par son fiancé parce qu’elle croit qu’il lui offrira une belle vie ;
  • tel employé est content de son nouveau travail parce qu’il pense que son identité dépend de son poste lui donnera son identité ou que son augmentation de salaire lui permettra d’acheter des choses qui donneront un sens à sa vie ;
  • tel couple se réjouit d’avance quand il ouvre la porte de sa nouvelle maison parce qu’il croit qu’il trouvera et fera sa vie là-bas ;
  • tel adepte Hare Krishna est heureux parce qu’il est convaincu d’avoir enfin trouvé le sens de la vie ;
  • telle dame âgée est déprimée et amère parce qu’elle a le sentiment d’être passée à côté de sa vie ;
  • tel adolescent va dépasser toutes les limites qu’on lui a fixées dans une recherche tourmentée et immature du sens de la vie.

Il est important de prêcher cette doctrine encore et encore parce que nous commettons sans cesse la grave erreur de chercher horizontalement ce que nous ne pouvons trouver que verticalement : la terre ne sera jamais votre sauveur !

Mais prenez courage. Le créateur du ciel et de la terre est aussi votre Sauveur qui dit « Je serai toujours avec vous. » Il vient à votre rencontre et vous fortifie dans les moments où vous êtes faibles. Il vous offre la sagesse dans les moments où vous agissez comme des insensés. Il se bat pour votre âme, même si vous ne vous battez pas pour vous-mêmes.

Vous n’avez pas à cacher votre matérialisme et à vivre dans la honte. Vous pouvez vous précipiter dans la présence de Dieu avec vos faiblesses et vos échecs en sachant que vous serez reçus avec miséricorde et sans jugement.

Que Dieu vous bénisse,

Paul Tripp


QUESTIONS DE RÉFLEXION

  1. Qu’est ce qui a récemment montré que vous êtes toujours enclins à chercher la vraie vie de manière horizontale ?
  2. Où cherchiez vous et qu’espériez-vous trouver ? En quoi Christ à déjà pourvu à tout cela et à bien plus encore ?
  3. En quoi vos recherches matérielles d’identité et de contentement ont abouti par le passé à l’échec et à la frustration ?
  4. Avez-vous des choses dans votre vie qui ne sont pas foncièrement mauvaises mais qui interfèrent peut-être avec ce que Dieu vous appelle à faire et à être ? Seriez-vous prêts à les sacrifier ?
  5. Comment pouvez-vous partager à une personne cette semaine que Jésus est la seule source de vie ? Comment pouvez-vous relier de manière pratique leur soif de vie avec la vérité de l’évangile ?
EN VOIR PLUS
Chargement