×
Parcourir

Critique du livre «The Anxious Generation» de Jonathan Haidt – (La génération anxieuse)

Ce livre aurait pu ne jamais voir le jour. En effet, ce n’est pas celui que Jonathan Haidt avait initialement envisagé d’écrire. À l’origine, il devait simplement constituer le premier chapitre d’un ouvrage explorant un tout autre sujet: les conséquences néfastes des médias sociaux sur la démocratie américaine. Cependant, à mesure qu’il approfondissait ses recherches, il prenait conscience de l’ampleur et de la gravité de la crise de santé mentale des adolescents. Ce phénomène ne se limitait pas aux États-Unis, mais affectait de nombreux pays occidentaux. De plus, il remarquait que les pics d’anxiété et de dépression chez les adolescents, quel que soit le lieu géographique, se synchronisaient d’une manière qu’il ne pouvait plus ignorer.

Depuis que j’ai découvert «The Coddling of the American Mind» (La surprotection de l’esprit américain), co-écrit par Jonathan Haidt et Greg Lukianoff, je suis passionné par le travail de Haidt. Il aborde régulièrement la profonde transformation culturelle induite par la propagation de la technologie de l’information et des réseaux sociaux. En tant qu’individu intéressé par la relation entre la technologie, la théorie des médias et le développement spirituel, j’ai attendu avec grande anticipation le livre de Haidt sur le rôle de la vie en ligne dans l’augmentation significative de l’anxiété, de la solitude et de la dépression chez les membres de la génération Z (nés après 1995). Et je peux dire que l’attente en valait vraiment la peine.

The Anxious Generation: How the Great Rewiring of Childhood Is Causing an Epidemic of Mental Illness

The Anxious Generation: How the Great Rewiring of Childhood Is Causing an Epidemic of Mental Illness

Penguin Press. 400.

Dans The Anxious Generation, le psychologue social Jonathan Haidt expose les faits sur l’épidémie de maladie mentale chez les adolescents qui a frappé de nombreux pays en même temps. Il étudie ensuite la nature de l’enfance, y compris pourquoi les enfants ont besoin de jeu et d’exploration indépendante pour devenir des adultes compétents et prospères. Haidt montre comment l’enfance basée sur le jeu a commencé à décliner dans les années 1980, et comment elle a finalement été anéantie par l’arrivée de l’enfance basée sur le téléphone au début des années 2010. Il présente plus d’une douzaine de mécanismes par lesquels ce grand recâblage de l’enfance a interféré avec le développement social et neurologique des enfants, couvrant tout, de la privation de sommeil à la fragmentation de l’attention, la dépendance, la solitude, la contagion sociale, la comparaison sociale et le perfectionnisme. Il explique pourquoi les médias sociaux endommagent plus les filles que les garçons et pourquoi les garçons se retirent du monde réel dans le monde virtuel, avec des conséquences désastreuses pour eux-mêmes, leurs familles et leurs sociétés.

Plus important encore, Haidt lance un appel à l’action clair. Il diagnostique les problèmes d’action collective qui nous piège, puis propose quatre règles simples qui pourraient nous libérer. Il décrit les mesures que les parents, les enseignants, les écoles, les entreprises technologiques et les gouvernements peuvent prendre pour mettre fin à l’épidémie de maladie mentale et restaurer une enfance plus humaine.

Penguin Press. 400.

Dans son ouvrage intitulé The Anxious Generation: How the Great Rewiring of Childhood is Causing an Epidemic of Mental Illness (La génération anxieuse: Comment le grand remaniement de l’enfance provoque une épidémie de maladies mentales), Jonathan Haidt offre une explication saisissante du déclin alarmant de la santé mentale chez les adolescents. Il avance que le « grand remaniement de l’enfance », qu’il situe entre les années 2010 et 2015, a eu des effets néfastes sur nos jeunes. Durant cette période, l’enfance est passée d’un état principalement «axé sur le jeu» à un état principalement «axé sur le téléphone». Haidt souligne : «Au début des années 2010, nos téléphones sont devenus des plateformes sur lesquelles les entreprises rivalisaient pour capturer notre attention le plus longtemps possible, plutôt que de simples outils polyvalents que nous sortions lorsque nous en avions besoin.» (115) Cette transition a exacerbé l’anxiété au sein d’une génération.

Des bloqueurs d’expérience

Haidt, psychologue social à la Stern School of Business (NYU), souligne que le problème ne se limite pas à l’usage des smartphones par la génération Z. Il précise: «Lorsque j’emploie le terme «axé sur le téléphone», je le fais de manière extensive pour englober tous les appareils électroniques personnels connectés à Internet qui ont envahi le quotidien des jeunes, incluant les ordinateurs portables, les tablettes, les consoles de jeux vidéo connectées à Internet, et surtout, les smartphones avec leurs millions d’applications». (7) Avant la prolifération des appareils connectés à Internet, les enfants et les adolescents disposaient de téléphones, mais ces appareils étaient rudimentaires (vous souvenez-vous des téléphones à clapet?), ce qui signifie qu’ils ne pouvaient pas causer autant de dommages que les appareils modernes.

En 2016, d’après une enquête menée auprès des parents, 79 % des adolescents étaient en possession d’un smartphone, de même que 28 % des enfants âgés de 8 à 12 ans. La disponibilité permanente d’Internet, en particulier l’accès aux plateformes de réseaux sociaux qui ont recours à diverses tactiques manipulatrices sur le plan psychologique pour capturer et retenir l’attention des adolescents, a progressivement attiré ces derniers du «monde réel» vers le «monde virtuel».

D’après Haidt, les progrès technologiques antérieurs ont favorisé la transition vers le monde virtuel. L’émergence de la télévision par câble et des flux d’actualités 24 heures sur 24 a engendré une peur démesurée chez les parents. Bien intentionnés, nombreux sont ceux qui ont limité les enfants dans leur pratique d’un jeu autonome et risqué, alors même que la recherche démontre son importance cruciale pour le développement d’adultes sains et équilibrés. Haidt affirme : «La surprotection, ainsi que l’omniprésence des smartphones, agissent comme des «bloqueurs d’expérience», privant les enfants de la diversité et de la richesse d’expériences réelles et de défis nécessaires à leur développement» (98).

Haidt affirme que le «monde virtuel» est caractérisé par des formes d’interaction humaine qui ne datent que de quelques décennies: (1) la dépersonnalisation, où la communication se limite au langage, (2) l’interaction en ligne, asynchrone via des commentaires et des publications textuelles, (3) de multiples communications simultanées et non liées de type un-à-plusieurs, et (4) des communautés facilement accessibles et quittables qui offrent peu d’encouragement à l’investissement relationnel. Ces aspects définissent les environnements en ligne proposés par les jeux vidéo, les réseaux sociaux, et même les échanges numériques entre amis locaux. Il en ressort que le monde réel est un lieu plus propice à la santé mentale.

L’Église a l’opportunité d’être une oasis de réalité dans un monde virtuel, contribuant ainsi à façonner les individus de manière plus humaine.

Peu importe à quel point le monde virtuel peut sembler réaliste, il ne peut jamais égaler le monde réel de l’interaction physique, de la communication synchrone entre individus et de l’intégration au sein de communautés authentiques. Implicitement, «The Anxious Generation» rappelle aux Chrétiens que la doctrine de la création ne se limite pas à un sujet apologétique, mais a des implications profondes pour une vie épanouie. Dieu déclare que le monde réel et les corps qu’il a créés pour le peupler sont «bons», même après la chute. Les observations de Haidt soulignent l’importance du travail accompli par les Chrétiens dans des ouvrages tels que «Digital Liturgies» de Samuel James, «From the Garden to the City» de John Dyer, «Restless Devices» de Felicia Wu Song et «Analog Christian» de Jay Kim. L’Église a l’opportunité d’être une oasis de réalité dans un monde virtuel, contribuant ainsi à façonner les individus de manière plus humaine.

Sous-entendus religieux

Alors que je débutais ma lecture, j’ai trouvé difficile de ne pas sauter directement au huitième chapitre (mais j’ai résisté), intitulé «Élévation et dégradation spirituelles». Haidt avance que, en plus des problèmes bien documentés tels que la privation sociale et de sommeil, la fragmentation de l’attention et la dépendance, «La vie axé sur le téléphone produit une dégradation spirituelle, non seulement chez les adolescents, mais chez nous tous». (199)

De manière étonnante pour un athée, Haidt reconnaît qu’il «a parfois besoin de mots et de concepts religieux pour comprendre l’expérience de la vie en tant qu’être humain». (201) Cette admission découle du constat qu’il y a plus à la réalité que ce que le récit matérialiste séculier peut expliquer. Bien que Haidt adhère à un récit naturaliste évolutionniste du développement humain et de l’expérience (y compris nos impulsions religieuses), il estime que les anciennes pratiques spirituelles peuvent nous aider à résister aux effets destructeurs de la vie axé sur le téléphone.

Quand Haidt parle de «spirituel», il n’évoque rien de surnaturel. Au contraire, il utilise le terme pour désigner les actions et les objets qui nous élèvent et nous amènent à nous transcender, par opposition à ceux qui nous abaissent et fixent notre attention sur nos propres intérêts au détriment des autres. Il écrit : «Pour vivre davantage de transcendance de soi, nous devons nous détourner des choses dans nos vies qui activent le réseau du mode profane et nous attachent étroitement à nos egos, comme le temps passé sur les réseaux sociaux». (209)

Heureusement, le naturalisme n’est pas essentiel à la thèse du livre ni aux recommandations en matière d’action collective qu’il propose aux gouvernements, aux entreprises technologiques, aux parents et aux écoles pour lutter contre les effets actuels et protéger les générations futures du Grand Remaniement. Par exemple, il encourage les écoles à adopter des politiques sans téléphone et incite les parents à se connecter avec d’autres familles qui valorisent une enfance axée sur le jeu.

Les Églises locales constituent des lieux naturels pour le type d’action collective proposé par Haidt. Les pasteurs de jeunesse et les parents auraient avantage à réfléchir à la manière dont ils peuvent collaborer pour créer des cultures qui encouragent davantage d’activités dans le «monde réel». Cela exigera cependant une volonté de renoncer à la vitesse, à la commodité et à l’efficacité pour des biens plus grands. Cela exigera également le courage de résister à la pression sociale, même de la part des croyants.

Chemins anciens

Beaucoup trop de chrétiens négligent la corrélation entre la technologie, la théorie des médias et la formation spirituelle de chaque croyant. Nous avons tendance à évaluer les technologies numériques principalement, voire exclusivement, en fonction du contenu auquel elles donnent accès. La pornographie (à laquelle Haidt consacre une brève section dans son chapitre sur les effets du Grand Remaniement sur les garçons) est évidemment préoccupante et doit être combattue. Cependant, se contenter d’éviter le contenu sexuellement explicite ne suffit pas ; nous devons également remettre en question le pouvoir formateur de nos technologies. Comme l’ont souligné des théoriciens des médias tels que Marshall McLuhan, Neil Postman, et plus récemment Nicholas Carr, les médias ne sont pas des outils idéologiquement neutres. Ils nous orientent plutôt vers certaines valeurs, attentes et conceptions de la vie. Par conséquent, il ne suffit pas de se demander si ce que nous communiquons et ce à quoi nous accédons avec nos appareils est clairement péché. Haidt démontre que la vie axée sur le téléphone est, au moins dans certains aspects, incompatible avec ce que signifie être un disciple de Jésus.

Plutôt que de dériver avec les courants de la culture, les chrétiens doivent appliquer une compréhension biblique de la bonté de la création et de la présence personnelle incarnée.

Plutôt que de dériver avec les courants de la culture, les chrétiens doivent appliquer une compréhension biblique de la bonté de la création et de la présence personnelle incarnée. Le livre de Haidt nous rappelle la nécessité vitale de guider les enfants par l’instruction et l’exemple, le rôle des épreuves dans la formation du caractère, le pouvoir formateur de nos habitudes technologiques, et le besoin de communauté pour nous aider à faire face aux problèmes de la vie. L’Église dispose des ressources morales pour contribuer à répondre aux préoccupations de Haidt.

Ce livre mérite un public plus large que ceux impliqués dans la vie des enfants et des adolescents. Haidt a raison de dire que ce livre est utile «pour quiconque souhaite comprendre comment le remaniement le plus rapide des relations humaines et de la conscience de l’histoire humaine a rendu plus difficile pour nous tous de penser, de nous concentrer, de nous oublier suffisamment pour nous soucier des autres, et de construire des relations étroites». (17) «The Anxious Generation» est un autre rappel que parfois, le meilleur moyen de progresser est de suivre les chemins anciens.

 

EN VOIR PLUS
Chargement