Kanye West, Justin Bieber, que faire avec les conversions de célébrités

Kanye West a expérimenté une conversion au christianisme, selon ce que dit son épouse, Kim Kardashian. « Il a connu une spectaculaire évolution en découvrant la nouvelle naissance et en étant sauvé par Christ, » dit-elle. Sa conversion a débouché sur la production d’un nouvel album qui devrait sortir et inclura des chansons Gospel, aussi bien que des musiques d’église hip-hop qui ont été exécutées lors d’une tournée qui comprenait une représentation dans la New Birth Missionnaire Baptist Church à Atlanta.

Selon d’autres nouvelles, Justin Bieber a récemment parlé de ses luttes au sujet de la célébrité de son enfance, de son usage de drogues dures et des souffrances qu’il infligeait à ses proches. Il attribue à plusieurs pasteurs (certains associés à Hillsong) le mérite de l’avoir aidé à surmonter les conséquences de certaines décisions terribles, et il pressait ses fans de considérer l’« amour indéfectible de Jésus » envers eux.

Nous pourrions multiplier les exemples de célébrités qui, dans les années récentes, ont montré une relation avec le christianisme, depuis Chris Pratt jusqu’à Shia LaBeouf. Je suis suffisamment âgé maintenant pour voir se dessiner un modèle qui remonte à des décennies – jusqu’à l’époque où les Jonas Brothers faisaient la promotion du « Véritable amour qui attend » et où Miley Cyrus parlait de sa relation avec Jésus. Une génération plus âgée parle encore de Johnny Cash ou de la « phase Jésus » de Bob Dylan.

Deux réactions

Quand une célébrité se réclame du christianisme, nous voyons se manifester une paire de réactions parmi les chrétiens. Certains se précipitent pour louer la superstar et pour partager, tous azimuts, les grandes choses qui sont dites au sujet de l’amour et de la grâce de Dieu. D’autres jettent un œil circonspect sur cette célébrité, répondant avec cynisme pour ce qui concerne les paroles et les actions de la star.

Pour la première catégorie, c’est comme si la conversion d’une célébrité était porteuse d’une sorte de signification de la validation de la foi pour bien des chrétiens. N’est-ce pas merveilleux ? Cette personne riche et célèbre (et super cool) a trouvé Jésus ! Trop souvent on sent, sous cette réaction, un complexe d’infériorité : Voyez, le christianisme n’est pas si ringard, après tout ! Le résultat est alors d’élever la célébrité en question comme un grand exemple de la foi chrétienne.

Pour la seconde catégorie, c’est comme si la conversion d’une célébrité n’était qu’un prétexte pour elle afin d’élargir la base de recrutement de ses fans ; elle y trouve un enrichissement personnel ou elle adopte un christianisme culturel qui est thérapeutique et non doctrinal. Oui, nous allons voir combien de temps cela durera. Par ailleurs, en regardant d’autres choses qu’elle dit ou fait vous pouvez vous dire qu’elle ne suit pas sérieusement Jésus. Le résultat est que cela réduit la portée des déclarations de la célébrité et laisse ces personnes sceptiques au sujet de sa sincérité.

En y regardant de plus près

Qu’y a-t-il sous la surface de ces réactions courantes ? Je me demande parfois si notre réponse à des conversions de célébrités n’en dit pas plus sur nous que sur les célébrités en question. Voici pourquoi.

Nous vivons dans une culture de la célébrité dans laquelle la réputation équivaut à une validation de ce qu’on est et à notre signification même. Quand nous entendons des nouvelles au sujet de la conversion d’une célébrité, habituellement nous ne nous représentons pas l’individu isolé qui se tient devant le Dieu tout-puissant – dépouillé de tous les artifices et les succès mondains – au même niveau que vous et moi et quiconque d’autre. Nous voyons encore sous leur forme de célébrité, comme un avatar créé par leur appareil de promotion. Et dès que quelqu’un professe la foi, nous avons tendance à glisser dans la même appréciation mondaine de leur importance et de leur signification.

Nous ressentons peut-être un petit sentiment d’insécurité en ce qui concerne notre foi dans cette époque séculière et espérons qu’une personne célèbre, de grande stature, peut rendre notre foi plus plausible pour les autres ; aussi nous célébrons une conversion parce qu’elle dit quelque chose au sujet de la légitimité de ce que nous croyons. Nous ne nous sentons plus autant « en dehors » ou autant « étranges » quand une célébrité respectée nous fait un signe de la tête.

L’expression la plus extrême de cette vision nous conduit à célébrer davantage le commentaire spirituel vague venant d’une célébrité que la conversion de quelqu’un dans notre congrégation, même si nous avons des relations avec cette dernière et non avec la première. Parce que le monde dit que les célébrités « comptent davantage », nous pensons que leur conversion compte plus, aussi.

Que se passe-t-il ensuite ? Nous sommes trop prompts à montrer les célébrités en exemples de foi et de capacité de direction. Ceci, en dépit de l’avertissement spécifique de l’apôtre Paul de ne pas confier un rôle de direction officiel à quelqu’un qui est un « nouveau converti ». Le fruit de la repentance prend du temps à se manifester. Et alors que nous célébrons la profession de foi en Jésus comme Sauveur et Roi de quelqu’un, la Parole de Dieu nous demande de mettre à l’épreuve la profession de foi d’une personne au moyen de sa vie et de chercher du fruit en rapport avec la repentance.

Mais parce que les chrétiens se sentent comme sous-représentés à Hollywood, il est aisé de mettre le grappin sur toute célébrité qui pourrait devenir une force pour le bien dans cet environnement. Notre précipitation à installer une célébrité comme un dirigeant dans les questions de la foi fait injure à la fois à la célébrité et aussi à l’église, demandant un processus de sanctification accélérée à la célébrité (parce qu’on la voit déjà comme un dirigeant) et garantissant à l’église la déception quand la star de cinéma décevra.

Ceci explique pourquoi, avec le temps, les personnes migrent du premier groupe vers le second. Initialement excitées au sujet de la conversion d’une célébrité, elles font connaître l’histoire çà et là et ce n’est que plus tard qu’elles sont déçues par le manque de fruit qu’elles peuvent voir dans la star de cinéma ou par les postures non-bibliques que prend la célébrité. Alors, dans les mêmes médias sociaux sur lesquels elles avaient auparavant célébré la conversion, elles écorchent la célébrité parce qu’elle a fait défaut dans une vie conforme à la morale et à la théologie du christianisme. Quand ce processus s’est répété suffisamment, il n’y a rien d’étonnant au fait que bien des chrétiens répondent aux conversions de célébrités non par l’espérance et l’optimisme, mais par le ricanement du scepticisme.

Examinez votre cœur

Ces deux réactions en disent plus sur nous qu’elles ne le font sur la célébrité. Elles révèlent que nous avons adopté les conceptions mondaines au sujet de la réputation et de la fortune, de l’importance et de la signification, de la pertinence et de la validité. Si votre première réaction à la conversion d’une célébrité est la jubilation, demandez-vous si vous réagissez de la même manière quand quelqu’un de « moindre importance » montre de l’intérêt pour le christianisme. Si votre première réaction est de ricaner et de critiquer la déclaration de foi d’une célébrité, demandez-vous comment vous répondriez à un voisin qui ferait la même profession de foi ou les mêmes déclarations.

Si, dans l’un ou l’autre cas vous voyez une différence, c’est probablement parce que, involontairement, vous portez plus d’intérêt à la célébrité qu’à la conversion.

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement