Comment stimuler une vie de prière médiocre ?

Note de l'éditeur : 

Cet été E21 vous re-propose quelques ressources. Cet article a initialement été publié le 23 septembre 2015.

Quand on a une vie de prière médiocre, voire inexistante, ce n’est pas tant par manque de discipline, que par manque de foi !

Ce qu’est la prière

La foi s’exprime par la prière. Jean Calvin a dit que la prière est « le principal exercice de la foi ». Lorsque la foi brûle en nous, la prière n’est plus une obligation ou un poids. Elle devient naturelle. C’est le langage de base de la foi.

Dans la Bible, la foi et la prière sont intimement liées. Un des exemples les plus probants se trouve dans Jean 15:7 lorsque Jésus dit : « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. » Avoir la foi, c’est « demeurer » en Jésus, croire en ses paroles. Quand vous priez, « demandez ce que vous voudrez ». « En tout temps, […], confiez-vous en [Dieu] » déclare la Bible (Ps 62:8), et « faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières » (Ep 6:18), « croyez en Dieu » (Jn 14:1) et « demandez » à Dieu (Lc 11:9).

La prière est le principal exercice de la foi.

Dans Jean 15:7, on voit également que la Parole de Dieu et la foi (et par conséquent la prière) sont intimement liées. La foi est une réponse à la Parole de Dieu : « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ » (Rm 15:7). Tim Keller dit à juste titre, « Si la Parole de Dieu, c’est sa présence active et personnelle (Jn 1:1-3 et Es 55:10-11), alors croire en la Parole de Dieu, c’est faire confiance à Dieu lui-même ». Si l’on lui fait confiance et si l’on a confiance en ses promesses (2Pi 1:4), on peut lui demander ce que l’on veut (Jn 15:7). Le moyen le plus naturel d’exprimer notre foi est la prière.

La raison principale d’une vie de prière inexistante

Lorsque je parle d’une vie de prière inexistante, je pense plus à quasi inexistante qu’à complètement inexistante. Le « priez sans cesse » de 1 Thessaloniciens 5:17 semble alors bien loin de ce que l’on vit. Prier devient ennuyeux, pénible, futile parce qu’on ne s’adresse pas vraiment à Dieu, et en fin de compte on néglige cet exercice, voire, on l’évite. Lorsqu’il nous arrive de prier, nos prières paraissent sans effet, ce qui conduit à prier encore moins. On ne s’approprie pas le « prier constamment, sans jamais se décourager » (Lc 18:1).

Alors qu’est-ce qui ne va pas ?

Si la prière est le langage de base de la foi, et que notre vie de prière est inexistante, il faut tout d’abord chercher si nous n’avons pas un problème au niveau de notre foi. Tant que cela ne sera pas résolu, notre vie de prière ne changera pas.

Alors comment résoudre notre problème ? Avant de répondre à cette question, je voudrais d’abord parler du rôle de la discipline dans notre vie de prière.

Le rôle de la discipline dans la prière

Quand on a une vie de prière inexistante, on essaie tout d’abord d’instaurer une sorte de discipline pour que les choses changent. On essaie d’imiter des personnes dans la foi que nous admirons et qui semblent avoir des vies de prière extraordinaires. En se levant plus tôt la matin, en ayant une meilleure liste de sujets de prière, ou même en utilisant une application, on croit que notre problème sera résolu !

Il est évident que toutes ces choses sont importantes, mais si notre problème vient de notre foi, alors tout cela sera vain !

Prenons un exemple : admettons que la prière soit un train, la foi la locomotive, les promesses de Dieu le carburant, et la discipline les rails. Lorsque la locomotive cale, notre vie de prière devient inexistante. Si l’on veut avoir une vraie vie de prière, il nous faut alimenter notre locomotive avec le bon carburant, à savoir les promesses de Dieu.

Observons que la discipline ne fait pas avancer notre train. La foi oui ! Par contre, la discipline aidera le train à suivre la bonne voie. Organiser notre vie de prière sera essentielle lorsque la locomotive tournera à plein régime. Si notre foi est bouillante, on aura envie d’avancer, et alors, conduit par l’Esprit, on pourra choisir les rails les plus adaptés à notre train.

Petits aides pour pallier notre problème

Ainsi, lorsque notre vie de prière est inexistante, la première chose à faire est de découvrir l’origine de notre manque de foi. Voici quelques suggestions :

1. Se rappeler les nombreuses occasions où Dieu a manifesté sa grâce envers nous !

Pour moi, ceci est primordial. Lorsque je regarde en arrière et considère toutes les fois où ma foi était au plus bas sans que je sache exactement pourquoi, j’ai cherché à me souvenir combien Dieu a été fidèle tout au long de ma vie. Ce fut d’une aide précieuse, et ma foi en a été toujours encouragée. J’ai pu à nouveau mettre ma vie entre les mains de Dieu et lui faire confiance pour l’avenir. « Voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance ». (Lm 3:21)

2. Trouver la fuite !

Où se trouve la fuite dans le moteur ? Si les promesses de Dieu sont le carburant de la foi, il se peut alors que vous n’assimiliez pas une ou plusieurs promesses ! Avez-vous des craintes ou des doutes, cultivez-vous certains péchés, êtes-vous colérique, aigri ou simplement déçu ? Il faut en général peu de temps pour trouver ce qui ne va pas. Il arrive toutefois que ce soit plus compliqué à déceler surtout si c’est lié à une expérience passée enfouie dans votre esprit. Dans ce cas, demandez à un ami (e) chrétien de vous aider à trouver ce qui ne fonctionne pas. Ensuite, nommez ce qui ne va pas.

3. Demander pardon à Dieu pour votre incrédulité !

Manquer de foi est un péché. Cela déshonore Dieu car chacune de ses paroles sont entièrement vraies (Pr 30:5). Il faut alors nous repentir ! La bonne nouvelle c’est que Dieu aime venir au secours de notre incrédulité (Mc 9:24). La sanctification est un processus qui nous amène à nous confier en Dieu de tout notre cœur (Pr 3:5). Tout comme avec Thomas, Jésus nous montre ses mains transpercées par les clous pour que l’on se souvienne qu’il a payé pour notre incrédulité. C’est aussi à nous qu’il dit, « Ne sois pas incrédule, mais crois » (Jn 20:27).

4. Remplir le réservoir de la locomotive avec ses promesses !

Les promesses de Dieu sont le carburant de notre locomotive de la foi. Ne vous focalisez pas sur votre incrédulité, mais concentrez-vous sur les promesses dont Dieu veut vous faire prendre conscience. Ce n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît, car les promesses de Dieu sont ultra puissantes ! Repassez-les dans votre coeur, ainsi que la fidélité dont il a fait preuve à votre égard dans le passé ! Dans la demi-heure qui suit, vous verrez les choses sous un angle complètement différent, alors que vos circonstances resteront les mêmes. La seule différence sera votre attitude.

EN VOIR PLUS
Chargement