×

Salut Laurent, tu viens de commencer une chaîne YouTube où tu parles de manière humoristique de ton changement de perspective face à l’évolution. Qu’est-ce qui t’a motivé à faire cela ?

Bonjour Philippe, aussi étonnant que cela puisse paraître, mon analyse scientifique de la théorie de l’évolution m’a conduit à la conviction que le cœur de cette théorie n’est ni prouvé ni raisonnable. J’ai ensuite perçu que cette théorie de l’évolution produisait chez beaucoup de personnes une décrédibilisation de la Bible. Or ma conversion il y a 27 ans m’a conduit à être convaincu que la Bible est réellement la Parole de Dieu.

Alors, devant le constat du manque de ressources créationnistes en français, en particulier sur Internet, j’ai souhaité apporter ma pierre à cet édifice avec cette chaîne YouTube.

Tu m’as déjà communiqué que sur un sujet aussi polémique et complexe que le commencement de la vie il faut avoir du recul et de l’humilité. Quels sont les excès, autant des créationnistes que des évolutionnistes, que tu cherches à éviter ?

Les deux excès principaux sont selon moi les suivants : chez les créationnistes, de croire qu’un chrétien ne peut pas être évolutionniste, et chez les évolutionnistes, de croire qu’un scientifique ne peut pas être créationniste.

Quels sont les aspects de la création qui t’inspirent le plus ?

Lorsque j’observe la nature qui nous entoure, je suis émerveillé par l’intelligence, l’ingéniosité et la puissance qui ont été mises en œuvre par Dieu lors de la création.

Je suis également touché par la grandeur et la beauté de tant de choses que l’on peut voir dans l’univers ou sur la terre.

Quels sont selon toi les enjeux du débat création vs. évolution ?

L’enjeu est pour moi la confiance que l’on peut avoir dans la clarté de l’enseignement de la Bible. Par exemple, le risque d’une lecture très allégorique de la Bible est de ne plus trop savoir ce qui est littéralement vrai dans son contenu et dans son message central, qui concerne l’éternité après notre mort.

Ce n’est pas forcément le plus populaire de nos jours de défendre la création en 6 jours. Même les chrétiens sont frileux de s’aventurer dans ce domaine. Pourquoi d’après toi ?  

Il y a un mythe très dangereux qui s’est progressivement insinué dans la pensée populaire depuis des décennies, et qui voudrait que la science énonce La Vérité. C’est une grave erreur : la science formule simplement la description du monde qui semble être la meilleure à un instant donné, et les « vérités » scientifiques sont constamment remplacées par d’autres au fur et à mesure des nouvelles découvertes. Beaucoup de nos contemporains, dont de nombreux chrétiens, n’en n’ont pas conscience et pensent que l’âge de l’univers est « scientifiquement prouvé », ce qui n’est absolument pas le cas, et ils hésitent donc à promouvoir une lecture littérale des premiers chapitres de la Genèse.

Quelles sont selon toi les preuves scientifiques qui justifient une terre jeune ?

Tout d’abord, ce qu’il faut comprendre, c’est que toutes les méthodes de datation reposent sur des hypothèses concernant le passé. Or le passé n’est pas vérifiable directement : nous ne pouvons pas le reproduire dans une expérience, ni remonter dans le temps. Par conséquent, la confiance que nous pouvons avoir dans ces hypothèses est forcément limitée, tout comme notre confiance dans les dates qui en résultent. C’est le cas par exemple de l’âge donné à l’univers, et qui repose sur des hypothèses théoriques tout à fait invérifiables (le phénomène théorique de l’inflation par exemple).

D’autre part, nous disposons d’un certain nombre d’indices nous poussant à croire que les fossiles de dinosaures, entre autres, ne datent pas de dizaines de millions d’années : par exemple, on a découvert dans un certain nombre de ces fossiles des tissus mous, qui sont connus pour se dégrader rapidement.

Enfin, les observations scientifiques que nous pouvons faire aujourd’hui s’accordent elles-mêmes très bien avec une lecture littérale des premiers chapitres de la Genèse, et notamment avec le récit d’une création directe par Dieu des différentes formes de vie, suivie par la catastrophe du Déluge.

Je citerai 7 de ces observations :

  • Les différentes formes de vie apparaissent soudainement dans le registre fossile, c’est-à-dire sans précurseurs. L’indice le plus connu de cette réalité s’appelle l’explosion cambrienne.
  • C’est également le cas pour la forme de vie la plus simple que nous connaissons (une bactérie). Il n’y a en effet aucune preuve que quoi que ce soit de complexe puisse émerger spontanément d’une soupe primitive : nous n’avons pu le constater dans aucune expérience. Or la bactérie la plus « simple » est d’une complexité inouïe.
  • La capacité du phénomène « mutations aléatoires + sélection naturelle » à produire des nouveautés qui permettraient aux organismes de passer d’une forme de vie à une autre n’est ni prouvée ni raisonnable. Pour être plus précis, les seules choses que nous observons sont des variations mineures d’un élément existant. Et il s’avère que toutes les mutations produisent en réalité une dégradation du code génétique, même celles qui ont un effet bénéfique à court terme pour l’organisme concerné, comme par exemple la résistance des bactéries aux antibiotiques. Autrement dit, le « moteur » de l’évolution n’a jamais été observé. Et plus la compréhension de l’incroyable complexité du code génétique progresse, moins il est raisonnable de croire que ce moteur « aléatoire » existe.
  • Nous disposons d’exemples documentés et récents du fait qu’un phénomène de type Déluge a la capacité de créer des strates géologiques en quelques semaines (voir l’éruption du Mont Sainte-Hélène en 1980).
  • Pour qu’un fossile se crée, il faut notamment un enfouissement rapide de l’animal ou de la plante sous une épaisse couche de sédiments, ce qui correspond tout à fait à un phénomène de type Déluge.
  • 99% des espèces fossilisées sont des espèces disparues. Ceci cadre bien avec le récit qui entoure le Déluge, et implique que les conditions de vie devaient être bien meilleures avant le Déluge. On peut donc s’attendre à ce que les organismes qui ont vécu après le Déluge soient différents (plus petits, …)
  • Il existe des traces d’une catastrophe planétaire : c’est ce qui a conduit par exemple à la théorie qu’une météorite aurait provoqué une vague d’un kilomètre et demi ayant conduit à l’extinction des dinosaures.

Les trois premières observations m’ont conduit à la conviction que la théorie de l’évolution est tout simplement fausse. Les quatre suivantes m’ont convaincu que le récit du Déluge concorde avec ce qu’on observe en géologie et en paléontologie par exemple. Tout cela me pousse à avoir une lecture littérale des premiers chapitres de la Genèse. Et concernant l’âge de l’univers, une lecture littérale, basée notamment sur les généalogies, conduit à un âge compris entre 6000 et 10000 ans.

Dans tous les cas, si vous voulez approfondir la question, je vous invite à regarder ma nouvelle chaîne Youtube.

EN VOIR PLUS
Chargement