×

Peu de mois sont aussi motivants et dynamiques que ceux de la rentrée. Après la pause estivale l’Église revit. Les initiatives fusent, les chrétiens s’engagent, les ministères reprennent avec une force renouvelée. Et nombreux sont ceux qui cherchent leur place dans l’Église, un lieu pour servir et faire la différence. La bonne nouvelle : Dieu veut agir puissamment au travers de chaque croyant qui s’engage.

La grâce sur-mesure

En Éphésiens 4.7 Paul écrit : « Cependant, à chacun de nous la grâce a été donnée à la mesure du don de Christ. » Chaque croyant reçoit de Christ, par la grâce, un don sur-mesure. Ce cadeau est calculé, intentionnel, adapté à chacun pour une utilité maximale dans le corps de Christ.

Ce don spirituel est ainsi différent des dons naturels, qui eux ne sont pas toujours utiles. Ma fille aînée, quand elle avait 4 ans, est allé à un anniversaire et a mangé la moitié du gâteau à elle toute seule. Elle a une capacité incroyable pour manger du sucre. Mais ce n’est pas forcément quelque chose qu’on veut développer. J’essaie de limiter son sucre, et elle de son côté elle me rappelle régulièrement que ma capacité de faire des blagues de papa est supérieure à sa capacité de les recevoir.

Nous avons de nombreux dons naturels que nous n’aurons jamais le temps, l’opportunité, ou le besoin de développer. Mais concernant notre don spirituel, Christ l’a découpé sur mesure pour que nous puissions pleinement le manifester.

Un don singulier et pluriel

La Bible décrit le don spirituel comme unique (1 Pierre 4.10) et aussi comme pluriel (Rom 12.6). En effet, chaque croyant possède une portion des dons variés en quantité différente et avec des nuances variées, ce qui forme un tout unique, spécial et inimitable. Les listes des dons bibliques ne sont pas exhaustives, mais elles décrivent les couleurs primaires des dons dans lesquelles Dieu plonge son pinceau pour ensuite faire un mélange unique pour chaque croyant. Ainsi nous avons plusieurs dons qui forment un seul don unique.

Jésus-Christ, de son côté, a manifesté tous les dons parfaitement sur terre. Individuellement, plus nous l’imitons, plus nous grandissons dans l’ensemble des dons à des échelles différentes. Et lorsque l’Église est réunie, chacun remplissant son rôle, nous nous approchons de la beauté de l’épouse « semblable » à son Sauveur.

Le butin du Roi

En décrivant les dons spirituels en Éphésiens 4, Paul cite un passage assez surprenant, le Psaume 68. Dans ce passage, nous voyons un retournement de situation digne de l’Évangile : face à des menaces militaires meurtrières, Dieu intervient, libère les prisonniers et partage son butin à ceux qui étaient attaqués.

«8C’est pourquoi il est dit: Il est monté sur les hauteurs, il a emmené des prisonniers et il a fait des dons aux hommes. 9Or, que signifie: Il est monté, sinon qu’il est aussi d’abord descendu dans les régions les plus basses de la terre? 10Celui qui est descendu, c’est celui qui est monté au-dessus de tous les cieux afin de remplir tout l’univers. »

Paul trace un parallèle hyper-percutant : nos dons spirituels font partie du butin du Roi. Jésus a littéralement traversé le ciel et le séjour des morts pour nous conférer nos dons, ils sont le résultat du butin de la plus grand victoire jamais acquise dans l’histoire de l’humanité. Jésus a écrasé la mort, le mal, le péché, le diable, et il nous partage le butin de la victoire en nous conférant des dons spirituels. En nous partageant cette perspective, l’apôtre Paul ne laisse aucune place pour que quiconque puisse penser avoir « un petit don ».

Une puissance explosive

Avec l’Esprit et la grâce à la source, nos dons spirituels sont le moyen le plus puissant que nous avons pour servir Dieu. En écrivant à son disciple, Paul encourage Timothée à « ranimer la flamme du don de Dieu » (2 Tim 1.6). Timothée a de nombreux dons évidents. Son don de prédilection, sans aucun doute, est celui de prédicateur. Paul le reconnaît, ainsi que les anciens qui lui imposent les mains (1 Timothée 4.14). Ce terme « ranimer la flamme », un seul mot en grec, signifie non seulement garder une flamme allumée, mais surtout en augmenter la puissance. Paul rappelle à Timothée que son don est la puissance de Dieu. Dieu ne donne rien de plus fort à Timothée pour le représenter. Il ne lui a pas donné une petite allumette mais un lance-flamme !

Pour l’utilité commune  

Nos dons spirituels ne sont pas pour des fins égoïstes, mais pour le bien de l’Église locale, le corps de Christ. Paul insiste : « Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour le bien de tous. » (1 Co 12.7). Le don de Christ est distribué généreusement pour édifier le corps de Christ vers l’unité et la maturité. Celui qui a le don d’enseignement ne va pas s’arrêter au plaisir d’étudier la Bible, il va aussi transmettre ; celui qui a le don d’administration ne va pas se contenter de simplement réinventer le fonctionnement de l’Église dans sa tête, il va s’impliquer pour que l’Église voie de beaux projets ; celui qui a le don de foi ne va se limiter à lister les manquements de l’Église, il va prier et encourager l’assemblée pour que la gloire de Dieu se manifeste.

Une sensibilité de l’Esprit  

Nos dons spirituels sont un cadeau de l’Esprit. Mais avant même de donner la capacité d’accomplir un service ou ministère, il est important de se rappeler que le Saint-Esprit convainc en amont nos cœurs de la nécessité, du besoin, de l’urgence concernant ce que nous pouvons apporter au corps de Christ. Une personne qui est capable d’exercer le don de compassion est d’abord capable de discerner les besoins de l’assemblée, les manquements, les opportunités. Une personne qui a le don de libéralité comprend en amont les implications spirituelles de la générosité, une personne qui a le don d’enseignement saisit l’importance spirituelle et éternelle de la transmission, etc.

Ainsi, c’est ironique que ceux qui se plaignent des manquements dans l’Église soient souvent les premières personnes qui pourraient prier ou s’impliquer pour faire la différence là où l’Église locale a besoin de progresser.

Une capacité qui se développe

Nos dons nécessitent de l’investissement. Un enfant peut être doué en musique, mais ne fera jamais fructifier sa prédisposition sans heures de travail et de formation. De même nos dons spirituels sont comme un diamant brut qui a besoin d’être poli pour mieux briller. Ceux qui ont des dons de leaders sont appelés à former l’Église au service (Eph 4.12). Paul nous encourage d’aspirer aux meilleurs dons (1 Cor 12.31), de se donner à fond (Rom 12.6-8), Pierre de son côté nous exhorte à toujours recentrer nos dons sur Christ pour tirer de lui la force de nos paroles et de nos actions (1 Pi 4.10-11), Jaques avertit les enseignants de faire preuve de beaucoup de prudence et de tact dans l’exercice de leur ministère (Ja 3.1-2).

Étapes pour découvrir ou redécouvrir mes dons

  • Je me consacre au Seigneur, corps et âme pour le servir (Rom 12.1-2)
  • Je reconnais que tous les croyants ont des dons (Rom 12.3)
  • J’étudie les passages clés (Rom 12.3-8 ; 1 Cor 12 ; 1 Pi 4.10-11. ; Eph 4.7-16)
  • Je fais un test sur mes dons spirituels
  • Je prie pour de la sagesse sans sur-analyser
  • J’examine mes désirs et mes motivations
  • Je m’implique dans le corps de Christ, dans des milieux variés.
  • Je cherche la confirmation des autres et les retours du leadership de l’Église
  • Je regarde les fruits et la bénédiction de Dieu sur mon service

 

 

 

 

 

 

 

 

EN VOIR PLUS
Chargement