Lévitique 21 ; Psaumes 26-27 ; Ecclésiaste 4 ; 1 Timothée 6

 | 
Partager

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : Lévitique 21 ; Psaumes 26 – 27 ; Ecclésiaste 4 ; 1 Timothée 6

Le raisonnement de Paul dans 1 Timothée 6.3-19 est très caractéristique. On y distingue quatre unités de pensée. Dans la première (v. 3-5), l’apôtre met en garde contre ceux qui enseignent de fausses doctrines et décrit la personnalité des faux docteurs qu’il combat. L’une de leurs motivations est la « source de gain » (v. 5). Ils s’intéressent moins à l’Évangile et à la piété authentique qu’à une « piété » de façade qui assure un bon salaire. Cette constatation introduit la deuxième unité de pensée (v. 6-10). L’attitude correcte du chrétien est celle du contentement car « c’est une grande source de gain que la piété, si l’on se contente de ce qu’on a » (v. 6). En effet, au terme de notre vie, nous quitterons cette terre comme nous y sommes venus, c’est-à-dire avec rien (v. 7). La préoccupation excessive pour les choses éphémères de cette vie ne fait que précipiter les gens « dans la ruine et la perdition » (v. 9). À l’inverse – et c’est l’objet de la troisième unité (v. 11-16), Paul dit à Timothée quel genre d’homme il doit être. Dans la quatrième (v. 17-19), Paul demande à Timothée de dire à ceux qui sont riches comment ils doivent renoncer à l’arrogance, ne pas placer leur confiance dans des richesses « incertaines » (v. 17), mais la placer en Dieu « qui nous donne tout avec abondance, pour que nous en jouissions » (v. 17). Les riches doivent utiliser leurs richesses pour faire le bien, se montrer généreux, savoir partager. En agissant ainsi, ils s’amassent pour eux-mêmes un trésor dans le ciel (v. 19), comme Jésus l’a enseigné (Matthieu 6.20). Paul ne prône donc pas l’ascétisme, mais une générosité réfléchie comme étant la meilleure réponse chrétienne à la cupidité.

Les quatre unités de ce passage traitent donc respectivement des faux docteurs et de leur conduite, des dangers de la richesse, du vrai docteur et de sa conduite, et de nouveau des dangers de la richesse. Par conséquent, cette section, qui indique à Timothée quel genre d’homme il doit être (v. 11-16), doit être considérée comme un antidote à la fois à la fausse doctrine et à la cupidité.

Ce qui frappe dans ce paragraphe est ce que Paul propose pour combattre la fausse doctrine et l’amour du matérialisme. Paul déclare à Timothée que l’intérêt porté aux réalités éternelles nourrira une ambition chrétienne bien plus saine. Si Timothée fuit « ces choses » (v. 11), c’est-à-dire ce matérialisme grossier que Paul vient de condamner, il devra les remplacer en recherchant « la justice, la piété, la foi, l’amour, la patience, la douceur » (v. 11). Tout en maintenant sa « belle confession », comme Christ avait maintenu la sienne (v. 12-13), il doit saisir « la vie éternelle » et persévérer « jusqu’à l’apparition de notre Seigneur Jésus-Christ » (v. 12, 14), en vivant et en servant dans la gloire de la lumière inaccessible de Dieu (v. 14, 16).

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement