×

L’histoire de Jésus lavant les pieds de ses disciples (Jean 13.1-17) est rapportée pour mettre plusieurs points en lumière.

1° La marche sur les sentiers poussiéreux avait des inconvénients. De nombreux foyers confiaient au plus modeste des serviteurs le soin de laver les pieds des visiteurs. Toutefois, en cette occasion, Jésus et ses disciples sont entre eux, et pas un ne songe à endosser le rôle d’un humble serviteur, sauf Jésus. La manière dont Jean relate les faits montre que des décennies plus tard, au moment où il rédige son Évangile, il est encore profondément marqué par les dimensions de cet acte. Jésus sait que c’est l’heure pour lui d’aller vers la croix, « de passer de ce monde au Père » (v. 1), mais cela ne l’amène pas à s’apitoyer sur lui-même. Il sait que l’un de ces hommes dont il lave les pieds, Judas Iscariot, vendu au diable, est sur le point de le trahir. Jésus sait « qu’il était venu de Dieu et qu’il s’en allait à Dieu » (v. 3). Pendant tout ce temps, il « avait aimé les siens qui étaient dans le monde » ; maintenant, il leur prouve qu’il les aime « jusqu’au bout » (v. 1), non seulement en leur lavant les pieds, mais en allant à la croix vers laquelle le lavement des pieds dirige le regard (comme nous le verrons). Avec toute cette connaissance et tout cet amour, il « se leva de table, ôta ses vêtements et prit un linge dont il s’entoura » (v. 4). C’est comme si chaque détail s’était incrusté de façon indélébile dans la mémoire de Jean qui peut se repasser la scène, au ralenti, aussi souvent qu’il le veut. Dans une pièce où règne l’agitation, Jésus lave les pieds de ses disciples.

2° Pierre s’insurge (v. 6-11). L’échange qui suit se comprend à plusieurs niveaux. En apparence, Pierre fait preuve d’une forme d’humilité qui n’est, en réalité, que de l’orgueil. Dans un certain sens, l’attitude la plus humble qui convienne est de se laisser laver les pieds par Jésus. Le récit donne donc une leçon d’humilité. Mais une leçon plus profonde se dégage : « Ce que je fais, tu ne le sais pas maintenant, mais tu le comprendras dans la suite » (v. 7). En lavant les pieds de ses disciples, Jésus anticipe symboliquement la purification totale qu’il accomplira par la croix, là où il s’humiliera au maximum. Pierre ne comprendra ces choses que plus tard, seulement après les événements. Puis, dans un élan d’enthousiasme soudain et imprévisible, Pierre souhaite un bain complet. C’est l’occasion pour Jésus d’enseigner une troisième leçon : une personne déjà pure n’a pas besoin d’un bain, mais seulement de laver ses pieds (v. 10). À bien des égards, les disciples, à l’exception du fils de perdition, sont déjà purs. C’est l’annonce de l’efficacité une fois pour toutes de la croix (cf. Hébreux 9.11-14, 23-26) ; nous n’avons pas besoin d’un nouveau sacrifice, mais d’une confession renouvelée (1 Jean 1.7, 9).

3° Et Jésus réitère l’exigence de lui ressembler. Méditons les versets 12 à 17 et leur signification pour nous aujourd’hui.

EN VOIR PLUS
Chargement