1 Samuel 24 ; 1 Corinthiens 5 ; Ézéchiel 3 ; Psaumes 39

 | 
Partager

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : 1 Samuel 24 ; 1 Corinthiens 5 ; Ézéchiel 3 ; Psaumes 39

Deux des thèmes d’Ézéchiel 3, qui font partie de la vocation du prophète, méritent d’être expliqués.

1° La première partie montre l’importance d’être au diapason de Dieu et de sa perspective des choses. Dans sa vision, qui clôt le chapitre 2 et se poursuit au chapitre 3, Ézéchiel entend Dieu lui commander de manger le rouleau écrit sur les deux faces et contenant « lamentations, plaintes, gémissements » (2.10). Ézéchiel le mange et déclare : « Il fut dans ma bouche doux comme du miel » (v. 3). Comment se fait-il qu’un rouleau de « lamentations, plaintes, gémissements » soit doux ? La vision insiste sur le fait que les paroles de Dieu deviennent douces pour Ézéchiel tout simplement parce que ce sont les paroles de Dieu. Dieu sait ce qu’il y a de meilleur, ce qui est bien. C’est pourquoi, même si ses paroles annoncent jugement et malheurs, le prophète est, dans une certaine mesure, pleinement d’accord avec la perspective de Dieu.

Il en est de même dans les versets 4 à 9 : Dieu n’envoie pas Ézéchiel vers un peuple étranger dont il doit d’abord apprendre la langue. Il doit s’adresser à son propre peuple. Il constatera cependant qu’Israël ne l’écoute pas, parce qu’il n’est pas disposé à écouter Dieu (v. 7). Dieu promet donc : « Voici que j’endurcis ta face, pour que tu l’opposes à leur face ; j’endurcis ton front pour que tu l’opposes à leur front. Je rendrai ton front comme un diamant, plus dur que le roc. Ne les crains pas, ne t’épouvante pas devant eux, car c’est une famille de rebelles » (v. 8-9). Dans ce face-à-face violent, Ézéchiel est en mesure de se mettre sans réserve du côté de Dieu. L’Éternel suscite parfois des chefs forts et obstinés qui ne recherchent absolument pas la popularité et n’ont qu’un désir ardent, celui de se mettre du côté de Dieu. Cela ne signifie nullement que le prophète n’ait pas éprouvé de la compassion pour ses compagnons d’exil ; les versets suivants et le reste du livre le montrent bien. Toutefois, sa mission est un appel à adopter le point de vue de Dieu et à se montrer inflexible.

2° Ce chapitre contient un appel à lancer des avertissements et à être vigilant (v. 16-27). Le thème de la sentinelle (v. 16-21) reviendra dans le livre (chap. 33), et nous l’approfondirons à ce moment-là. Les derniers versets interdisent à Ézéchiel de dire quoi que ce soit – échange de politesses, salutations, discours politiques – qui ne lui viendrait pas de Dieu. Cette situation de mutisme se prolongera jusqu’à la chute de Jérusalem, environ six ans plus tard (Ézéchiel 33.21-22). À ce moment-là, Dieu déliera la langue du prophète. Cette restriction donne un poids supplémentaire aux paroles qu’il prononcera. C’est aussi un rappel adressé à tous ceux qui parlent an nom de Dieu. Nos paroles et nos silences doivent être tels que lorsque nous communiquons les paroles de Dieu, ils augmentent notre crédibilité au lieu de la diminuer.

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement