×

Définition

L’une des deux ordonnances de l’Église, la sainte cène, a été instituée par Jésus pour commémorer sa mort, pour symboliser la nouvelle alliance, pour représenter la communion d’un peuple racheté réuni à sa table, et pour anticiper le festin messianique à venir.

Résumé

La sainte cène trouve ses racines symboliques dans le repas de la Pâque du temps de l’Exode. Elle a été instituée par Jésus lors de son dernier repas avec ses disciples. Le pain et la coupe désignent son corps brisé et son sang versé et sont les symboles ultimes de la nouvelle alliance en Christ. Le débat sur la signification de la sainte cène (en particulier la nature de la présence du Christ lors de la sainte cène) a été un élément majeur de division à l’époque de la Réforme, tant entre les protestants et les catholiques romains qu’entre protestants. Les protestants rejettent le concept de transsubstantiation, mais ont des interprétations divergentes quant à la signification précise de la sainte cène. Néanmoins, tous s’accordent sur le fait que le pain et la coupe sont des symboles clairs de l’œuvre rédemptrice du Christ au Calvaire, de la communion du peuple de Dieu en Christ, et du jour à venir où un peuple racheté se rassemblera en présence du Sauveur lors de son festin eschatologique[1].

Plus de ressources

EN VOIR PLUS
Chargement