×

Que signifie pour nous la résurrection de Christ ?

Christ a triomphé du péché et de la mort en ressuscitant physiquement. Tous ceux qui croient en Lui ressuscitent à une vie nouvelle dans ce monde et ressusciteront à la vie éternelle dans le monde à venir. Tout comme nous ressusciterons un jour, ce monde sera lui aussi un jour restauré. Mais ceux qui ne croient pas en Christ ressusciteront pour la mort éternelle.

Christ a triomphé du péché et de la mort. Tous ceux qui croient en Lui ressuscitent à une vie nouvelle dans ce monde et ressusciteront à la vie éternelle dans le monde à venir.

Mode enfant

Écriture

1 Thessaloniciens 4:13–14

Nous ne voulons pas, frères et soeurs, que vous soyez dans l'ignorance au sujet de ceux qui sont morts, afin que vous ne soyez pas dans la tristesse comme les autres, qui n'ont pas d'espérance. En effet, si nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, nous croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts.

Commentaire

Martyn Lloyd-Jones (1899 – 1981)

La création tout entière aura été libérée de la servitude de la corruption et jouira de « la glorieuse liberté des enfants de Dieu » (Romains 8 : 21). Tout sera glorifié, jusqu’à la nature elle-même. C’est là, il me semble, l’enseignement biblique quant à notre état éternel : ce que nous appelons « le ciel », c’est la vie dans ce monde parfait telle que Dieu l'avait conçue pour l’humanité. Au commencement, Dieu a placé Adam dans le paradis, mais Adam a chuté et tous sont tombés avec lui. Cependant, les hommes et les femmes doivent vivre dans un corps, et ils vivront dans un corps glorifié, dans un monde glorifié, et Dieu sera avec eux.

Méditation

D.A. Carson

Les merveilleuses implications de la résurrection de Jésus-Christ sont très nombreuses. La première d’entre elles, c’est que la résurrection justifie Jésus. En effet, certains pensaient que si Jésus était mort sur la croix, ce ne pouvait être que parce qu’il le méritait. Il a été jugé coupable par le tribunal romain. Et l’Ancien Testament lui-même soutient que tout homme pendu au bois est maudit par Dieu. Mais il se trouve qu’il n’est pas mort en homme condamné par son propre péché. Il portait en effet le péché des autres, et ce sacrifice a tant plu à Dieu qu’il l’a ressuscité d’entre les morts. Ainsi, sa résurrection est une forme de justification. C’est la preuve suprême que, lorsque Jésus, mourant, a dit « Tout est accompli », Dieu a acquiescé. Son Père a acquiescé. L’œuvre de rédemption était accomplie et le Père a justifié Jésus par la résurrection.
La résurrection démontre également l’intérêt que l’Évangile porte aux êtres humains vivant dans un corps. En effet, certains pensent qu’à la fin nous serons tous des esprits immatériels, sans plus aucun lien avec un corps physique. Mais voici une vérité élémentaire et fondamentale du christianisme : dans le nouveau ciel et sur la nouvelle terre, dans la maison de justice, notre ultime destination, nous n’aurons pas une existence uniquement céleste car nous aurons aussi une existence terrestre. Il y aura un nouveau ciel et une nouvelle terre, et nous aurons des corps ressuscités semblables à celui du Christ. Ceci est au cœur du grand débat de 1 Corinthiens 15. Paul affirme que Christ est revenu d’entre les morts dans un corps ressuscité. Et aussi étrange et incroyable que cela puisse paraître, c’était un corps qui pouvait être touché, dont on pouvait se saisir, un corps à qui on pouvait parler, qui pouvait être vu et pouvait même manger de la nourriture terrestre ! C’est pourquoi, lorsque nous-mêmes atteindrons cet état final, après avoir enfin connu la résurrection au dernier jour, nous aurons des corps ressuscités semblables à celui de Jésus ressuscité. C’est ce à quoi nous sommes destinés. Sa résurrection est donc les prémices de ce que l’on appelle souvent la résurrection corporelle finale. Tous les êtres humains seront ressuscités, que ce soit pour la vie ou pour la condamnation, car les êtres humains ont par essence une nature corporelle.
Et cela implique aussi une vie et une existence au-delà de cette vie. Nous ne devrions pas croire que le christianisme ne fait que résoudre certains problèmes de notre vie sur terre. Au contraire, notre objectif ultime se trouve au-delà de cette vie. Quand nous vieillissons, quand nos cheveux tombent peu à peu, quand l’arthrite commence à se faire sentir, ou quand nous sombrons dans la démence, l’idée d’une vie de résurrection devient alors très désirable, car notre espoir n’est pas de vivre jusqu’à soixante-dix, quatre-vingts ou même quatre-vingt-dix ans. Notre espoir est finalement celui d’avoir un corps comme celui du Christ ressuscité. Et son corps en est les prémices ; notre corps de résurrection a été garanti par le sien, et nous avançons derrière lui, pour le rejoindre dans la vie nouvelle : une vie dans un vrai corps ressuscité, dans le nouveau ciel et sur la nouvelle terre, dans la maison de justice. C’est pourquoi 1 Thessaloniciens 4, le grand chapitre de la résurrection, se termine ainsi : « Encouragez-vous donc les uns les autres par ces paroles » (v. 18).

Prière

Dieu vainqueur de la mort, rappelle-nous sans cesse que la mort n’est pas notre fin. Sauve-nous du jugement que nous méritons et donne-nous d’inciter fidèlement les autres à fuir la colère à venir. Nous regardons avec espoir vers la joie qui sera un jour nôtre lorsque, sauvés de cette colère grâce aux mérites de Jésus, nous serons revêtus de nos corps ressuscités et nous régnerons sur une terre renouvelée. Amen.